04/11/2020

De la première action d'éclat de Capitaine France lors de sa mission terrestre

c9eacf2868f37c5d097ef0949dfdfc25.jpgIl y a seize jours, j'ai commencé à décrire l'apparence du héros Captain France, fils de Charles de Gaulle et de la bonne fée de France – Marianne à l'étoile, comme on l'appelle communément. Et je disais qu'il avait une chevelure curieuse, planant au-dessus de son crâne recouvert d'un masque blanc comme lys.

Elle avait la faculté de changer de forme, et de se détacher de lui, pour enserrer l'ennemi dans ses filets serrés. Il la dirigeait à distance – mais non comme on dirige une machine inerte, plutôt à la façon d'un chien dressé – et plus douée d'intelligence encore qu'un chien, car elle saisissait les pensées de son chef. Les cheveux pouvaient s'en allonger prodigieusement, et saisir les bras, les jambes, le cou des ennemis – ou soulever les amis dans les airs s'il en était besoin, aussi. Ou ils pouvaient s'enrouler en boules solides, et livrer des coups puissants. Cette chevelure était redoutable.

Capitaine France portait un beau collier doré, suspendant à son cou un diamant luisant. Un insigne était à sa poitrine, qui représentait une flamme bleue.

Il s'agissait d'un saphir de forme oblongue, enserré dans l'argent. Plus bas était à sa taille une ceinture de soie, bleue également, et les pans en pendaient le long de sa hanche droite.

Ses gants étaient dorés, et des bracelets vermeils les maintenaient à ses poignets, et ses bottes à rabats étaient blanches et luisantes. Tout son corps se miroitait à la clarté des astres, car son costume tissé de mailles fines et légères était propre aux Elfes, il n'était point fait de toile ordinaire.

De ses mains il lançait des rafales de rayons bleus, dévastateurs pour l'ennemi, et sa force était prodigieuse – il avait, dit-on, celle d'au moins dix hommes.

Sa première mission marqua beaucoup les esprits, même s'il vécut des moments plus difficiles et plus grandioses plus tard. Un sorcier avait soufflé sur la France une vapeur maléfique, qui rendait malades les gens, et leur inspirait de la terreur. Or ce sorcier, malgré son apparence, n'avait rien d'un être humain: un démon l'habitait, de la suite d'Asmodée et du nom de Sirnoth, et il se nourrissait de la peur et de l'affaiblissement des hommes. Voilà pourquoi le sorcier avait répandu son vent infect – qu'il soufflait depuis ses poumons, mais qu'il saisissait en plaçant sa bouche sur une faille du sol.

À coup sûr il s'agissait d'un vent infernal, dont il n'était que l'infâme intermédiaire.

Et il se nommait Radsal-Tör, et il avait un autre ennemi en la personne de l'Homme-Météore, mais Capitaine France était intervenu pour le remplacer alors qu'il était occupé ailleurs (par un combat contre un terrible allié de Radsal-Tör, en compagnie de son ami l'Homme-Fétiche: tous deux étaient partis au Cameroun pour y libérer le 000000000000.jpgpeuple d'un malfaiteur atroce au visage de crabe, lequel ravageait les villages et exigeait de l'or, des femmes et des enfants en échange de sa prétendue protection, mais en fait contre lui-même, la seule menace réelle du pays).

Pendant ce temps, à Paris et en France, Radsal-Tör agissait, et lançait de sa bouche énorme et infecte d'étranges boules couronnées d'éclairs – ou qu'au moins ceignaient d'ardentes flammes crépitantes, à l'état de repos. Elles touchaient les gens, qui tombaient à terre consumés, vidés de l'intérieur, et remplis de terreur. Capitaine France devait agir.

Il quitta son apparence ordinaire de simple représentant en logiciels libres, ôtant son manteau, et resurgit dans la rue sous la forme que j'ai décrite. Alors, le combat commença, et des immeubles en furent détruits, des hommes tués, mais il le fallait, car sinon Radsal-Tör aurait étendu son empire de manière illimitée, et la civilisation en aurait été ruinée.

Le premier, sans prévenir Capitaine France lança un feu de son gant doré, pour faire cesser le ravage que commettait le monstre. Il lui vint à l'épaule, et de fait il ferma la bouche, et se retourna vers son agresseur.

Il rouvrit la bouche, et lança contre Capitaine France ses boules enflammées, plus rapides que les autres – plus meurtrières aussi, plus entourée d'éclairs que jamais on ne les avait vues. Captain France fit jaillir de ses yeux des rayons qui les détruisirent et les brisèrent, et il frappa celles qui avaient échappé à son regard dévastateur de ses gants dorés, à droite et à gauche, les envoyant sans dommage vers le sol où il n'était pas, et où ne se trouvait personne.

Alors Radsal-Tör se mit en colère et, comprenant dans le même temps qu'il ne pourrait atteindre directement Capitaine France, il se tourna vers l'immense trouée du boulevard des Champs-Élysées, à l'ouverture duquel il se tenait, et fit partir d'un coup des milliers de ses boules meurtrières, pour détourner de lui son ennemi. Des immeubles en furent détruits, et des hommes tués, comme je l'ai dit.

Capitaine France ne s'en laissa pas compter, il n'eut pas la faiblesse de son détourner de son but, car il savait que plus tôt il l'atteindrait, mieux cela vaudrait pour tout le monde. Il bondit sur le monstre, et lui asséna un coup magistral du tranchant de la main sur le cou, qui l'abattit sur le sol. Et ensuite furieux il le traîna, comptant le 0000000000.jpgfaire passer par une des portes qu'il connaissait, et qui menaient au pays de sa mère enchantée – car il s'y trouvait, sachez-le, des geôles dont aucun sorcier né mortel ne pouvait s'échapper.

Il s'envola en le tenant par une jambe, et sonné le sorcier ne pouvait rien faire, sinon gémir comme un enfant giflé – puni de quelque père sévère et juste, ne voulant point laisser l'enfant se faire du mal à lui-même en laissant le démon grandir en lui par ses nombreuses bêtises. Car tel est le sens véritable de l'éducation.

Cependant Radsal-Tör avait un allié. Il était mystérieux, mais Capitaine France reçut un rayon violet qui lui fit lâcher prise, et quand il eut retrouvé ses esprits, il chercha sur le sol Radsal-Tör, mais ne le retrouva pas. Toutefois sa chute avait dû assez le blesser pour qu'il ne pût plus commettre ses méfaits, car ceux-ci ne recommencèrent pas avant un bon bout de temps, pendant lequel Capitaine France put reprendre son apparence ordinaire. Jusqu'au jour où il dut combattre un monstre apparenté aux dinosaures. Mais c'est une autre histoire. Un jour aussi sera révélée l'identité de l'ennemi qui sauva ce jour-là Radsal-Tör. Mais pour le moment il faut mettre fin à ce texte. Il est déjà bien assez long.

19/10/2020

L'apparence ordinaire de Captain France – et ses pouvoirs, et sa vie

00000000.jpgDans un précédent billet – alternant avec mes diverses séries merveilleuses – j'ai évoqué la naissance du véritable Captain France (ou Capitaine France, si on préfère), fils de Charles de Gaulle et de la Marianne vivante, fée du pays et dame de nos cœurs, immortelle souriante aux bonnes âmes, tant d'ici que d'ailleurs: car il ne faut pas croire que les frontières politiques la touchent beaucoup, elle est surtout sensible à la langue qu'on parle, ayant dans sa jeunesse inspiré justement la langue de Jean Racine aux hommes.

Or, ce héros, parvenu à l'âge adulte après avoir été élevé par sa mère fée (un peu comme Achille par Thétys – ou Lancelot par la Dame du Lac, même si celle-ci n'était pas officiellement sa mère), ce héros, dis-je, s'est penché sur le sort des hommes, et son cœur s'est ému, il a voulu les aider. La belle Marianne alors lui a forgé une armure qui était telle qu'un costume de super-héros – a suit, comme disent opportunément les Anglais (puisqu'il peut s'agir à la fois d'une armure et d'un costume). Elle lui a aussi donné des armes incorporées à ce costume, qui ainsi a légitimement le nom d'armure. Je vais maintenant présenter ce costume et ces armes.

D'abord, parlons de son apparence – toute en beauté, car rien ne peut être fait par une fée qui ne soit profondément beau, même si elle l'a fait dans un esprit d'utilité. Mais, le savez-vous? l'utilité réelle de ce qui est laid est nulle, car c'est dans la beauté qu'est la force spirituelle, et donc la force tout court. C'est pourquoi le maître Jack Kirby a su créer de si jolis costumes – mais il ne fut pas le seul. Gil Kane fut un grand maître, à cet égard, et d'autres le furent aussi. C'est sans doute Stan Lee qui avait compris l'importance de cette beauté, car les Marvel Comics se distinguent surtout par là des DC Comics – le souci esthétique apporté aux costumes. Detective Comics ne se souciait guère que du symbolisme; mais qu'est-ce qu'un symbole, sans la beauté? Rien du tout, puisque, encore une fois, c'est dans la beauté qu'est la force spirituelle. Un symbole juste émane de l'art, et non de la pensée abstraite. Un symbole laid ne contient jamais que l'envers de ce qu'il prétend représenter: le dieu refuse d'y venir, et à la place sont des fantômes qui ont pris son apparence, des singes du monde spirituel. Peu importe que le symbole soit ou non conforme à une prétendue Tradition. L'important est sa beauté. Et j'essaierai de le monter, donc, avec le costume de Captain France.

Son masque était blanc, pareil au lys; et justement des fleurs de lys stylisées, mais en argent, ornaient chaque côté de son front – une à droite, une à gauche. Au cœur de cette fleur, un singulier petit diamant brillait, ayant la forme d'une étoile, et qui s'effaçait quand on essayait de le regarder de plus près. Les yeux de 00000.jpgCaptain France n'étaient pas directement visibles, car une coquille dorée les cachait, fine et ayant la forme des yeux mêmes – et elle aussi luisait, jusque dans la nuit: par eux il voyait dans les ténèbres comme en pleine lumière, et même, dit-on, à travers les murs. Plusieurs l'auraient vu faire jaillir, de ces yeux métalliques, des rayons meurtriers, pour les ennemis les plus irréductibles.

Contrairement à ce qu'il en est pour Captain America, le masque n'était pas coupé au-dessus du nez pour laisser la bouche libre; mais, curieusement, il épousait la forme de la bouche et la laissait libre, et de même pour le nez et les oreilles – il ne bouchait pas les orifices mais lui créait comme une seconde peau. C'était l'effet de l'art de la fée; car si un simple mortel avait taillé dans un tissu ordinaire un costume, il n'en eût pas été ainsi. Mais qu'attendre d'une fée, sinon la capacité, quand elle crée un costume, de donner à celui qui le porte une seconde peau? Les traditions à ce sujet sont formelles: quand un être fée donnaient la peau d'un loup ou d'un phoque à un homme, il devenait un loup ou un phoque. On en a des exemples dans la chanson de geste de Huon de Bordeaux, avec les dons de nain Obéron, issu de la mythologie germanique.

Les cheveux de Captain France, du reste, ne disparaissaient pas sous le masque lui recouvrant le crâne. Il se passait, pour eux, quelque chose de très curieux, qui nous rappelait à quel point Captain France n'était qu'à moitié de ce monde – à quel point il était plus qu'un homme. Car s'il avait souvent une apparence d'homme ordinaire – lui permettant de se mêler aux autres hommes et de passer inaperçu, de vivre une vie anodine sous une identité empruntée –, il restait constamment fils d'une fée et, en remettant son costume de super-héros, il retrouvait cette nature enchantée qui était peut-être vraiment la sienne, comme s'il avait tenu plus au fond de sa mère que de son père. Car dans ce costume tissé par sa mère, il avait véritablement des traits impossibles, inouïs, miraculeux – défiant les lois de la science, comme on dit –, et qui faisait facilement croire en lui à une origine extraterrestre. Et qu'on me pardonne cette nouvelle digression, mais c'était à la fois faux et vrai, puisque même sa mère vivait sur Terre, où il était né: elle vivait, seulement, dans une dimension parallèle. 000000.jpgCependant, il était vrai qu'elle était issue d'une lignée solaire, qu'elle appartenait à un peuple né sur le soleil, ou sur terre à l'époque où celle-ci et le soleil ne faisaient qu'un: on s'exprimera comme on voudra. Elle était née, peut-être, peu après leur séparation; mais d'un peuple qui avait gardé en lui les qualités solaires, et était resté sur terre pour accomplir une mission – justement y conserver les vertus solaires. C'est ce qu'on appelle la suite du dieu Yahvé, en vérité.

Les cheveux de Capitaine France, donc, ne semblaient pas pleinement implantés dans son crâne; on voyait le masque épouser la forme ronde de la tête qui lui permet de refléter les étoiles à toute heure du jour et de la nuit. Mais au-dessus il y avait comme une nuée de cheveux mouvants, lumineux, pareils à des herbes ondoyant dans l'eau claire, et dont la taille semblait curieusement varier selon les mouvements que faisait Captain France même. Ils avaient quelque chose de vivant, comme doués de volonté propre, et parfois des étoiles semblaient s'y accrocher – des éclats scintillants y vivaient, comme au sein d'une forêt. Là encore était un grand pouvoir, sur lequel je reviendrai une autre fois, car, à cause de mes digressions importunes, cet article est venu à sa fin canonique avant que j'aie pu décrire entièrement notre héros. Je renvoie le lecteur à ce qui sera en principe publié ici dans seize jours.

10/05/2020

Frédéric Mistral et le poème du Rhône

000000000.jpgDans un salon du livre en Savoie, j'achète, au stand des écrivains de langue régionale, Lou Poèmo dou Rose, récemment réédité par la Région Rhône-Alpes, dans une collection créée par Jean-Baptiste Martin. Publié en 1897, il est de Frédéric Mistral, et chante les bateliers qui descendaient le Rhône de Lyon à Beaucaire pour la foire qui y avait lieu, et le remontaient ensuite. On en suit un équipage. Cela se termine mal: un vapeur, annonciateur du progrès et de la fin d'une tradition, brise en mille morceaux les barques à la remonte.

Mistral en profite pour évoquer l'histoire, la géographie et surtout les légendes qui courent sur le Rhône, selon les lieux. On apprend mille choses agréables, dans la tradition romantique qui mêlait science et poésie. Mais surtout, pour approfondir son récit et en donner une portée symbolique, mystérieuse, il a inventé une histoire d'amour entre un jeune prince hollandais appelé Guillaume, et une jeune orpailleuse surnommée l'Anglore, c'est à dire lézard.

Le premier appartient à la maison des princes d'Orange, Il descend le Rhône pour renouer avec ses ancêtres, supposés être les comtes d'Orange, descendants à leur tour de Guillaume d'Orange, le célèbre héros des chansons de geste, pair de Charlemagne et conquérant des pays occitans.

La seconde est une fille du peuple qui travaille sur le gravier du Rhône et que le bateau va emmener jusqu'à Beaucaire pour ses achats à la foire. Or, elle a, un soir, lors d'une veillée, entendu de sa mère un conte qu'en fait Mistral a pris de l'ouvrage latin de Gervais de Tilbury, anglais installé en Provence au treizième siècle: celui du Drac, esprit, génie du Rhône qui a tantôt la forme d'un ravissant jeune homme, tantôt celle d'un serpent, et qui aurait, un jour, capturé une lavandière des rives du fleuve pour qu'elle s'occupe d'un enfant qu'il avait eu avec une 0000.jpgmortelle noyée. Elle est restée sept ans avec lui, puis est revenue.

Une nuit, alors que dans la cabane de ses parents elle a beaucoup trop chaud, l'Anglore sort et se baigne dans le Rhône, après s'être dévêtue. Les vagues la caressent, la baisent, et, de ses mains de lumière, la lune fait de même; le vent est chaud et lourd, et l'eau, onctueuse et sensuelle. La pointe de ses seins est mouillée doucement par les vaguelettes. Et soudain, c'est la révélation: dans l'eau et la clarté de la lune, elle voit s'avancer vers elle le Drac, jeune homme pur et souple, qui lui tend une fleur. Elle tend la main, il disparaît.

Plus tard, elle essaiera de le revoir: elle a été saisie d'amour. Mais comme elle fait un signe de croix dès qu'elle entre dans l'eau, le Drac ne réapparaît pas.

Puis elle monte sur la barque d'Arpian, capitaine de notre équipage, et voit le jeune Guilhem. Elle le reconnaît, car il tient la même fleur dans la main: c'est le Drac, 0000000.jpgdéguisé en prince hollandais, il a pris une forme d'homme mortel. Elle tombe follement amoureuse de lui, et il le lui rend.

La jeune fille a-t-elle été prise d'une illusion? On peut le penser. Mais ce n'est pas sûr. Finalement ils se noient dans le naufrage de la barque dans laquelle ils étaient. Peut-être, dit un personnage qui était amoureux de l'Anglore, que le Drac a repris sa vraie fome et a emmené la jeune fille dans son royaume, grotte souterraine où l'on respire! Le doute est grand, que cela n'ait été qu'une hallucination. Mais la rencontre avec le Drac se charge de tant de sensualité, de détails corporels magnifiques, que le passage est sublime, et le poème en prend une profondeur et une beauté rares.

Des symboles sont disséminés pour donner corps à ce nouveau mythe. D'abord, celui de Mithra, qui est gravé sur une roche au bord du Rhône, à Bourg-Saint-Andéol: l'Anglore y fait allusion et se présente comme voyante, ou prophétique. Ce bas-relief est près d'une fontaine où dans l'antiquité on aurait accompli rituels et sacrifices. On y voit un taureau que menacent un scorpion et un chien, tandis qu'autour de ses pattes s'enroule un serpent. Un homme avec un bonnet phrygien tue le taureau: tout le monde connaît cette figure. L'Anglore assure que le serpent aux pieds du taureau est le Drac, génie du Rhône.

L'allusion à Mithra est intéressante car il a été prétendu que Mistral n'était pas attiré par les Cathares. Mais il semble que, s'il n'a pas parlé d'eux, il les ait perçus, lui aussi, comme liés à l'âme locale. Il défend 000000.jpgles Provençaux de Beaucaire assiégés par Simon de Montfort et les siens, et les loue de les avoir repoussés maintes et maintes fois, célébrant leur héroïsme et faisant montre de patriotisme, contre les Français du Nord. Et puis on sait que les Cathares se référaient à Mithra, qu'ils avaient avec lui un rapport. Or Mistral donne au symbole mithraïque une portée sourde et profonde, sans s'expliquer vraiment, mais en suggérant infiniment.

Un des noms constants du Rhône, en effet, est le taureau: son eau rappelait l'animal divin! Mithra est la force qui l'évapore. Le Drac celle qui le soutient. Le symbole en dit long, sans parole aucune.

Le paganisme est ici omniprésent: Mistral entend vénérer les dieux de la Terre plus que les saints du Ciel, dont il est peu question. Si saint Nicolas, qui a, le long du Rhône, une chapelle où on le vénérait, a bien effectué quelques miracles, il n'intervient pas pour sauver l'Anglore, ou consacrer le Drac. Loin de là. Il reste absent et muet. Sa puissance est limitée au passé.

J'aime l'idée de célébrer le Rhône, et d'y placer un dieu: les Français ne parlent que de la Loire et de la Seine. Mais Mistral montre que le Rhône est d'essence 0000.jpgplus mythologique! Qu'en tout cas grâce à lui il a une mythologie plus riche.

Autre élément symbolique: le vapeur qui détruit les barques d'Arpian est décrit comme un monstre infernal. Il n'est pas apprécié du Drac, sans doute. Mistral rejetait la civilisation mécanique. Il voulait seulement vénérer le monde des esprits. Et il préfigurait la pensée écologique moderne.

Quoique l'histoire en soit moins intéressante que celle de Mireille, ce Poème du Rhône est beau et chatoyant. La langue aussi en est belle. Car je l'ai lu en édition bilingue, m'efforçant de mieux connaître le provençal. C'est mon hommage rendu au Drac, peut-être. N'a-t-il pas suscité cette langue en l'âme des riverains? Je le crois, plus qu'on ne s'en doute.