12/01/2019

Captain Savoy ou la compassion du télépathe

23621430_353211795139217_2648758616373776040_n.jpgDans le dernier épisode de cette geste fabuleuse, nous avons laissé le Léopard des Neiges, quatrième disciple de Captain Savoy, alors que, soutenu par son ami le Noton bleu, il venait de vaincre les trois hommes-loups de Malitroc.

Le Léopard des Neiges, épuisé, mit ses genoux à terre après avoir sauté de l'échine affaissée de Balishac, et s'appuya sur son épée, respirant ardemment, reprenant son souffle.

Il sentit une main sur son épaule: il leva la tête, inquiet; c'était le Noton bleu, qui souriait. Il avait mis tous ses ennemis en fuite. Le Léopard des Neiges sourit également, et se remit debout en riant.

Une belle bataille, mon ami! fit-il. - Oui, répondit le Noton bleu. Tu as fait merveille; je n'ai fait que te seconder. - Mais sans toi, repartit le Quatrième Disciple, je serais mort, à l'heure qu'il est, et détruit. - Est-ce possible? Qui peut te vaincre, Léopard? Tu es trop puissant. - Ah! tu dois plaisanter: aucun de nous n'a la force de ces loups-démons que Malitroc nous envoie, et je doute même que notre maître Captain Savoy eût pu les vaincre seul. La pure chance m'a permis d'en venir à bout, ainsi que la grâce divine. Dis-moi donc par quel miracle tu es arrivé à point nommé. - En vérité, obéit le Noton bleu, j'ai cru entendre un appel au secours, une voix de femme résonnant dans l'air, comme si on l'agressait, comme si on la violait. Je me suis dirigé vers le lieu dont semblait venir cette voix, et j'ai vu le trou dans la coque, et je t'ai retrouvé après avoir suivi la piste des corps sans vie laissés derrière toi par ton bras flamboyant. Comment l'expliques-tu? As-tu aussi entendu cette femme? - Non pas, répondit le Léopard des Neiges, et je crois là que c'est une ruse des anges pour t'attirer jusqu'à moi; car tu sais que jamais je n'aurais appelé au secours, encore moins avec la voix d'une femme! Et les deux éclatèrent de rire, étonnés de ce qui venait se produire, et émerveillés par les fils de la destinée qui se nouaient d'une manière inattendue, mais aussi charmés par la plaisanterie de notre homme-panthère.

Il est temps, cependant, de revenir au combat livré par la Femme-Faucon contre le monstre appelé Oclitit, le plus puissant héraut de Malitroc entre les murs de Chambéry. Il avait commencé sous des auspices incertains, et les deux combattants s'étaient échangé de rapides et vifs coups, parant, tournant, assénant, évitant, sans qu'on pût d'abord dire qui aurait le meilleur sur l'autre. Mais à l'œil aguerri, il devint bientôt clair que la Femme-Faucon avait le dessous, et que son ennemi était trop puissant pour elle. Elle s'épuisait, et sentait que la fin approchait, et que seul quelque prodige pourrait désormais la sauver de l'anéantissement.

Elle crut que ce prodige arrivait quand elle vit, par la grande fenêtre du poste de commandement, l'Amazone céleste volant vers le verre pour le briser. Mais quatre motocyclistes des airs, lançant vers elle des tirs de feu, l'empêchèrent de mener à bien ce projet, et la Femme-Faucon, tout en parant les coups de son adversaire, vit sa maîtresse, celle qu'elle regardait comme sa grande sœur en l'ordre spirituel de Captain Savoy (le successeur de l'Annonciade), répliquer à ses attaquants, qui tombaient, certes, sous ses coups, mais se multipliaient au fur et à mesure, comme si leur mort les dédoublait.

Durant de longues minutes, qui parurent interminables à la Femme-Faucon, qui la surveillait du coin de l'œil, l'Amazone céleste resta aux prises avec ces êtres étranges, qui inlassablement revenaient dédoublés de l'anéantissement provoqué par ses armes. Elle les avait tous mis à terre, mais ils s'étaient relevés, de e1d0edcf91d7460c51e7b14ff68a2ddb.jpgnouvelles motocyclettes volantes étaient nées comme de leurs corps au sein d'une brume, et ils s'étaient élancés vers elle pour l'empêcher de sauver la Femme-Faucon, et tâcher de la tuer. Quel sort, quelle magie leur permettait de se comporter ainsi, c'est ce que l'Amazone céleste ne savait pas; et elle en était fort marrie, et très inquiète, car, tôt ou tard, si ces êtres infatigables continuaient de revenir, elle perdrait ses forces et, submergée par le nombre et la lassitude, mourrait sous leurs coups - ou serait capturée, prise dans leurs filets, tout du moins. Dès lors la Femme-Faucon, sa sœur chérie en l'ordre spirituel de Captain Savoy, serait tuée par le monstre Oclitit. Elle sentit l'alarme monter en son cœur, et douta de la destinée. Toutefois, elle continua d'asséner des coups, qui détruisaient les motards volants, mais conservaient le même effet.

Il est des moments où, dans la vie d'un homme, ou d'une femme, tout paraît perdu. Alors, il ou elle regarde le ciel sans y voir de lueur, et baisse la tête, résigné, sans que la raison ait pu attester qu'effectivement, tout était fini pour lui ou elle, et qu'il ou elle n'avait qu'à se laisser mourir. Pour la Femme-Faucon et l'Amazone céleste, les deux sœurs spirituelles en l'ordre de Captain Savoy qui s'aimaient plus qu'on ne saurait dire, un tel moment était apparu comme un roc dans le cours de leur destinée, et elles ne savaient plus que faire, se croyant condamnées à jamais.

Elles avaient beau lutter, le mal n'était pas repoussé, mais les ceignait inéluctablement, les dominait à force de persévérance - et parce que, pareil à des machines, il ne semblait jamais se fatiguer, mais revenir inexorablement d'entre les ombres, mû par on ne sait quelle loi fatale qu'aucun sage n'a jamais su pleinement expliquer.

Le cœur de l'être humain, cependant, a des ressources insoupçonnables et, au moment où elle désespérait le plus, l'Amazone céleste crut entendre, en elle-même, la voix de Captain Savoy: il ne l'avait pas abandonnée, malgré sa désobéissance! Dans son infinie compassion, il continuait à la chérir - et à l'aider, à la green-lantern-new-guardian-18-mtv-geekcrop.jpgsecourir. Se pourrait-il que, dans sa sagesse insondable, il eût cherché, en vérité, à ce que l'Amazone céleste lui désobéît, et qu'il eût agi ainsi pour lui donner plus de force, plus d'allant, dans la mission que de toute façon il lui aurait donnée? Était possible une telle chose; mais non certaine. Une telle ruse pouvait être aussi venue des dieux, et Captain Savoy n'eût fait que la constater, dans sa force de prescience. Dès lors, il n'avait plus qu'à se soumettre à leur volonté et veiller, de loin, grâce à la puissance de ses pensées porteuses d'ailes, à ses disciples et à la réussite de leur mission. Ainsi s'adressait-il, depuis sa montagne, de loin, à l'Amazone céleste!

Mais il est temps, lecteur digne, de laisser là cet épisode étrange, pour renvoyer au prochain, en ce qui est relatif au secours apporté par Captain Savoy à sa fidèle disciple l'Amazone céleste.

28/12/2018

Captain Savoy au secours de Santa Claus: conte de Noël

095a7ba21944ea6063c175e8ee5c49ca.jpgLa nuit du 24 au 25 de ce mois, m'a-t-on raconté récemment, il s'est produit quelque chose de fâcheux. Le Père Noël a été bloqué au sommet du mont-Blanc.

En effet, c'est un secret qu'il faut maintenant révéler, qu'il s'y arrête aux alentours de minuit, pour se reposer quelques instants. Ce qui représente quelques instants pour les mortels peut être assez long chez les êtres enchantés, car le temps n'est pas le même pour eux. Dès qu'ils le désirent, ils le remontent, s'arrachant à l'emprise de la Terre. Et puis ils le descendent, quand ils s'y replacent. C'est de cette façon que le Père Noël - saint Nicolas - a tout le loisir d'honorer l'ensemble de ses commandes. Il a d'ailleurs aussi des elfes qui le dédoublent. Il est le maître d'un grand nombre de gnomes.

Chaque année, donc, il séjourne dans le royaume caché de l'Immortelle du mont-Blanc; il lui rend visite, l'assure des bonnes intentions à son égard de l'Assemblée céleste, et c'est un rite qu'apprécie la Dame occulte de notre montagne sainte.

Mais cette année, une vingtaine de voyous du monde immortel étaient passés par une brèche qu'ils avaient pratiquée dans le mur qui entoure la cité de la Fée, et celle-ci, avec ses chevaliers et ses nymphes, avait dû fuir, prise à revers. Ils s'étaient réfugiés dans une partie excentrée de leur ville de givre, et les voyous purent occuper le palais royal qu'ornent mille diamants, et leur chef s'asseoir sur le trône enchanté.

Ces voyous du monde immortel, il faut le savoir, ont une effroyable apparence; ils sont ce que certains nomment des démons, ou monstres. Certains ont les bras doublés de tentacules, parfois aussi les jambes, d'autres ont des cornes, d'autres encore des défenses, comme les éléphants ou les sangliers, les derniers ont des formes si irrégulières qu'on les dirait des arbres arrachés au sol et renversés, leur tête se situant aux racines. Différents noms ont été donnés à ces différents êtres, qu'il est inutile de répertorier. Ils sont si mouvants qu'ils changent jusqu'à leur nom durant leur vie, souvent. La plupart d'entre eux vivent dans les ombres bleuâtres du glacier des Bossons, maintenant avec eux les âmes égarées.

Lorsque le Père Noël, cheminant sur la Voie Lactée, est arrivé dans le royaume de la Fée, il a été très surpris de n'être pas accueilli comme d'habitude; tout était désert. Le garde ordinaire - un fils de Heimdall - n'était point présent, avec sa lance flamboyante. Le patron des enfants est quand même entré, circonspect, faisant glisser son traîneau sur les pavés de cristal.

Soudain, trois des monstres ci-dessus décrits se précipitèrent vers lui et le ligotèrent. Ils l'emmenèrent auprès de leur chef, le terrible Rangür. Lequel, vicieusement, se réjouit de le voir à sa merci, pensant qu'il pourrait en tirer une grande rançon, voire lui arracher le secret de ses pouvoirs, pour accroître les siens: car saint Nicolas peut matérialiser les rêves des enfants, mais c'est pour mieux les leur rendre: ses cadeaux sont faits de cela; tandis que ce monstre voulait les leur arracher et s'en nourrir, donc les vampiriser, les assécher intérieurement, boire leur feu vital. Il exigeait en quelque sorte, de ces innocents, un horrible sacrifice!

Par bonheur, un homme qui servait la bonne fée du mont-Blanc, et était parti épier l'ennemi, vit de loin enlever le Père Noël, et l'emmener au palais royal; dès lors courut-il prévenir sa Dame, passant par un souterrain secret que ne connaissaient point les méchants.

La bonne fée du mont-Blanc, Asagmë, eut alors l'idée de faire prévenir Captain Savoy par sa sœur, la propre épouse du héros, Adalïn. Elle envoya vers la Lune une de ses nymphes armées, qui put, sur le dos d'une rapide licorne qui bondissait d'étoile en étoile, échapper aux cinq voyous du monde occulte qui tentèrent de la capturer; elle leur donna, à droite et à gauche, des coups de son épée claire alors qu'ils s'agrippaient à la bride de sa monture, ou lui prenaient en main la crinière, et ainsi put se dégager. De cette manière la belle épouse de Captain Savoy fut-elle prévenue.

On sait qu'elle entretient à distance une relation privilégiée avec le gardien secret de la Savoie immortelle son mari, qu'elle lui parle à distance, lui apparaît dans ses rêves. Ils vivent séparément, mais ont ce lien spécial.

Captain Savoy donc s'éveilla de son sommeil, prévenu par une apparition de sa femme, et s'arracha à son lit avant de s'élancer de sa base secrète du Grand Bec, en Tarentaise, et d'accourir vers la première montagne de la Savoie, pour y délivrer à la fois le Père Noël et la fée du mont-Blanc.

Muni de la lance et de l'anneau de saint Maurice, le héros attaqua furieusement les Démons, qui quelques instants prétendirent résister, mais 988418_717006645055264_4058087367881277633_n.jpgrapidement n'en purent mais. Il leur envoyait la foudre, depuis sa lance éclatante! Et eux en étaient transpercés, rompus, réduits en cendres. Une fois, l'un d'eux, propre frère de Rangür, parvint jusqu'à lui en se protégeant de son bouclier; il l'avait enchanté, cela explique sa résistance. Il tenta de lui infliger un coup de son épée sombre, mais Captain Savoy para de sa lance, et de son poing muni de son anneau il l'abattit, lui assénant un rude crochet du gauche. Il allait l'achever de la pointe de sa lance, qui brillait comme une étoile, mais le monstre demanda grâce, et Captain Savoy eut pitié.

L'ennemi crut pouvoir se réfugier dans le palais de la Dame, mais c'est alors que celle-ci, suivie de ses guerriers, effectua une sortie. Sa nymphe préférée, s'aventurant en secret pendant que contre Captain Savoy la bataille faisait rage, utilisa un passage secret qui lui permit d'ouvrir la porte du palais de l'intérieur, et tous se ruèrent vers Rangür. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, la garde de celui-ci fut mise hors de combat, et ce chef capturé.

On courut aussitôt délivrer le Père Noël, qui put continuer sa mission; une petite fête fut donnée en l'honneur de Captain Savoy, mais il ne put pas y rester longtemps, car d'autres missions l'appelaient, et il demeurait mélancolique, car cela lui rappelait ses noces sur le palais de la Lune, et il se languissait de sa femme. Les nymphes eurent beau s'efforcer de le dérider, il ne voulut point se laisser aller; il ne le pouvait!

Et c'est ainsi que cette nuit les enfants eurent leurs cadeaux. Car même s'il était vrai que le Père Noël n'existe pas, comme certains le prétendent, il faudrait bien savoir que c'est lui, saint Nicolas, qui inspire aux femmes et aux hommes le désir de faire des cadeaux aux enfants. Il agit invisiblement dans leur cœur! En quelque sorte il prend leur place, habitant à leur insu leur corps. C'est ce que voient les enfants en vision.

28/10/2018

Les disciples de Captain Savoy et les loups de Tracer

d57e097256167c552eb0852521a5aebe.jpgDans le dernier épisode de cette geste violente, nous avons laissé le Léopard des Neiges, Quatrième Disciple de Captain Savoy, alors qu'il affrontait les loups géants dits de Tracer, dans la cale aux couloirs étroits d'un navire volant de l'ennemi Malitroc!

Dans leurs yeux cruels une malignité incroyable se faisait voir, et le Léopard des Neiges distinguait, aux mouvements de leurs membres, qu'ils étaient doués d'intelligence. Et il entendit des mots, dans leurs hideux aboiements: ils se parlaient entre eux, s'insultaient, s'injuriaient, ne pouvant guère faire autre chose, animés qu'ils étaient par la haine et la rage, mais il s'agissait assurément de loups-hommes, et l'on disait que du sang humain coulait dans leurs veines. On ne savait pas, sans doute, de quel homme ou de quelle femme ils étaient nés, ni qui aurait pu, volontairement ou contraint, s'unir à des loups-démons; un mystère planait sur leur origine. Mais leur péril était clair, et le Léopard des Neiges n'avait pas le temps de réfléchir à la question: de sa queue il les frappait, de ses poings aussi, de ses pieds, et de son sabre il parait leurs coups de dents, qui, magiques, n'étaient pas entamées par le contact avec sa lame de feu, bien qu'il en jaillît des étincelles, et que les monstres en poussassent des cris.

Toutefois le disciple de Captain Savoy reculait, et il eût été en fâcheuse posture, puisque, derrière lui, accouraient aussi des nuées de gobelins bien armés, si, soudain, le Noton bleu, passant comme un trait de lumière, ne l'avait pas soulagé de ces ennemis de l'arrière, les décimant de son bâton magique. Il était revenu sur ses pas, et, ayant vu le trou dans la coque du navire volant, avait deviné que le Léopard des Neiges s'y trouvait. Comme il n'avait pas constaté que le vaisseau eût arrêté sa course, il en avait conclu que son condisciple n'en avait pas vaincu l'entier équipage, et que, malgré les tremblements et les bruits sourds qu'il entendait, le combat se poursuivait, peut-être dangereux pour le jeune héros.

Son arrivée ôta de celui-ci un poids dangereux, et il sentit qu'un feu nouveau animait ses membres, comme si un ange avait accompagné le Noton bleu, qui se fût placé en eux; et, usant d'une vitesse jamais encore vue sur Terre, il contourna le pourtant rapide premier loup qui l'attaquait, dont le nom était Portronoc, et enfonça, ice_mage_concept_by_jasontn-d94xzau.jpgsans que le monstre eût eu le temps de réagir, dans son flanc son glaive étincelant jusqu'à la garde. La créature hurla, et s'écroula, battant des pattes et brisant dans son dépit une paroi du navire. Puis, après un dernier spasme, il ne bougea plus.

Ses deux frères, stupéfaits (ils se croyaient jusque-là invincibles), mirent un moment à réagir. La colère n'en monta pas moins jusqu'à leur cœur, et, débarrassés du corps encombrant de leur frère, ils attaquèrent à deux, frontalement, le Léopard des Neiges, dont la taille, pourtant grande pour celle d'un homme normal, n'était pas comparable à celle de ces hommes-loups, de telle sorte qu'il se retrouva devant eux comme une feuille d'or sur une paroi d'onyx, un reflet de lune au fond d'un puits profond, une étoile entourée de nuées sombres. Car il brillait, si eux étaient obscurs!

En vérité, le combat fut si rapide que l'œil humain n'eût pu le suivre. Les crocs et la lame mauve flamboyaient dans la pénombre du bateau, pendant que le Noton bleu traversait les rangs des gnomes hideux comme s'il nageait dans le flot d'un torrent contraire, quoique sans s'arrêter, et en vainquant à chaque coup ses ennemis. Derrière lui un chemin jonché de cadavres tordus ruisselait de sang noir; devant, les hordes beuglantes de Nains infernaux continuaient à faire des vagues, comme montant les uns sur les autres pour mieux l'abattre. Mais dans ce flot il faisait des trouées, et il était tel, lui, qu'une flamme écartant les ténèbres, qui prétendaient l'empêcher de briller.

Soudain, un autre hurlement de loup se fit entendre: le Léopard des Neiges était parvenu à couper une patte au benjamin de la fratrie, qu'on nommait Balishac. Une gerbe de sang épais jaillit, et recouvrit l'armure dorée du Léopard. Curieusement, cela le protégea, car le troisième loup (qu'on nommait Itlacac) profita de l'instant de soulagement du disciple de Captain Savoy pour lui donner un coup de griffe qui eût été fatal, s'il n'avait pas glissé sur le sang gluant. Toutefois, les mailles scintillantes sautèrent, et une blessure apparut dans la poitrine et au flanc du Léopard, dont le sang coula.

Se mêlant au flot noir de l'ennemi, il scintilla comme un fil rouge, mais le Léopard des Neiges n'en fut pas chagriné. Profitant de la joie vaniteuse d'Itlacac à cette vue, il bondit, enroula sa queue autour de sa tête, le fenrir.jpgtira en arrière, rebondit contre la paroi d'acier qu'il avait atteinte, et, se jetant sur le cou du monstre, l'égorgea de son épée flamboyante. De nouveau un épais sang noir se répandit. Le loup-démon s'écroula.

Il ne restait que Balishac, qui avait perdu la patte avant gauche. Du sang gouttait du moignon, fumant et acide. Le monstre serra les dents, ses yeux devinrent de braise. Il s'élança vers l'Homme-Léopard, pensant le blesser de sa patte gauche, car elle avait de longues griffes acérées, pareilles à des lames de poignard. Mais la douleur le ralentissait. Le valeureux Disciple l'évita en se baissant, et, après s'être tapi, il bondit, mains en avant, vers la poitrine du loup. L'épée, cependant, glissa sur sa cuirasse, et il en fut quitte pour le saisir de ses bras, aux flancs, tâchant de l'étouffer.

Mais le monstre était trop fort, même avec une patte en moins. Il s'aplatit judicieusement au sol, pensant écraser le Léopard des Neiges, et il l'eût fait, si celui-ci, toujours vif et prompt, n'avait roulé sur le côté, et ne s'était placé sur le dos du loup. Il leva l'épée, qu'il tenait la lame tendue vers le bas, et l'abattit sur le flanc droit de la bête, qui en fut transpercée, et mourut sur le champ.

Mais il est temps, lecteurs, de laisser là cet épisode, pour laisser au suivant le soin de la suite de l'aventure de la Femme-Faucon, aux prises avec Oclitit le Démon.