22/07/2010

Gloire à Captain Savoy!

Or, lorsque Captain Savoy eut disparu de l'horizon et du ciel de la noble cité d'Annecy, celle-ci fut en proie à une stupeur jusque-là jamais connue en ces lieux. Bientôt, une transformation profonde eut lieu, dans les esprits. On prit sans tarder de nouvelles dispositions, dans l'organisation de la Cité. Feux d'artifice Annecy.jpgOn osa à nouveau créer des lois selon le sentiment qu'on avait, au plus profond de son cœur, de ce qui était juste. On abrogea au contraire celles qui avaient été promulguées dans l'idée de faire gagner de l'argent à telle ou telle catégorie de la population, dont on avait naïvement cru qu'elle serait particulièrement susceptible de partager ses richesses, d'une façon ou d'une autre.

A cet égard, on compta surtout, précisément, sur le sens de la justice qui avait chu comme une pluie lumineuse sur la ville, qui avait pénétré tous les cœurs, et qui conduisit les plus riches à faire des dons gratuits, en direction de projets nobles en soi mais non susceptibles de créer mécaniquement de la valeur ajoutée. Et en particulier, on vit se financer des œuvres artistiques destinées à renforcer ou à développer le sentiment de ce qui était juste Kannon 2.jpget de ce qu'il fallait faire au sein du peuple.

Ces œuvres avaient fréquemment Captain Savoy pour objet: on lui adressait des poèmes, on lui dressait des statues, on lui érigeait des temples, au sein desquels on le priait; car on savait qu'il entendait spécifiquement les mots qui lui étaient adressés, notamment au travers d'images qui lui ressemblaient: il existe un lien secret entre les formes semblables qui ne tient aucun compte de l'éloignement dans l'espace.

Dans son mystérieux château sous la montagne, les écrans de contrôle et de connaissance occulte de Captain Savoy étaient sensibles non à des flux d'énergie qu'une machine créée par l'homme eût pu déceler, mais précisément à des lignes de force existant entre des formes et des couleurs qui avaient un lien entre elles, et qui semblaient résonner entre elles sans tenir compte de la distance, ou même, parfois, étrange chose! de l'inadéquation dans le temps des images telles qu'elles pouvaient être matérialisées. Oui, c'est étonnant, mais il semblait qu'une prière pouvait être ouïe dans le futur et dans le passé, et que l'image pouvait prendre magiquement vie en faisant voyager l'esprit qui l'habitait inland_empire_1.jpgdans le temps. Mais c'est un mystère sur lequel je ne veux pas m'appesantir, car il est difficile à saisir, même si certains écrivains ont essayé de s'exprimer sur la question: pensons notamment à Olaf Stapledon, ou Gérard Klein, ou bien le cinéaste David Lynch: car dans INLAND EMPIRE, est-ce qu'on ne voit pas une âme remonter le temps et franchir les espaces pour en rédimer une autre?

Bref, on voua un véritable culte à Captain Savoy; et c'est alors que la municipalité d'Annecy, le Conseil des Sages de la Ville, décida d'envoyer, auprès de ce héros, un apprenti, afin que sa justice pût régner plus souvent dans la cité, car cet apprenti y habiterait en permanence, tandis que Captain Savoy ne venait que quand il voulait, et on cherchait à améliorer la vie de la cité, au sein de la Ville.

ironmanmark.jpgLa difficulté fut dès lors double, aux yeux des Sages: premièrement, il fallait trouver le bon candidat, et on ne savait comment le choisir; certains pensèrent, même, qu'il devait être élu par la seule Destinée, sous la lumière occulte de Captain Savoy, sous le regard scintillant de sa principale statue consacrée, au cœur de la Ville, et dont on avait pensé à faire de ses yeux des diamants; or, curieusement, ceux-ci semblaient briller de leur propre éclat. Bref, on voulait créer un rituel pour susciter cet élu. Mais comment s'y prendre? Et de toute façon, même si un homme - ou une femme - était choisi, comment rejoindre la base cachée de Captain Savoy? Accepterait-il de le ou la guider sur le bon chemin? Beaucoup d'incertitudes demeuraient.

10/05/2010

Le répit de Captain Savoy

brueghel_sturz_der_engel_2091.jpgPour Captain Savoy, regardant ses ennemis disparaître dans les ténèbres de la nuit, au loin, lançant des imprécations et des menaces pour la suite, promettant de revenir en force et mieux armés et accompagnés de monstres plus puissants encore qu'eux-mêmes, promettant aussi des souffrances infinies, dans les tréfonds du monde, à celui qui avait osé les affronter, tentant de jeter dans son cœur une terreur cosmique - pour lui, donc, le moment du repos ou du moins du répit était arrivé: il avait accompli avec succès sa première mission, dont il savait cependant que ce serait l'une des plus faciles. Il savait que ses adversaires n'en resteraient pas là, et qu'il devrait souffrir encore longtemps; mais au nom du dieu de justice et d'amour de l'univers, il était prêt au pire, il était prêt au sacrifice, et il bénissait les dieux du ciel de lui avoir permis d'exercer cette force qu'il possédait au service du bien, dût-il en périr.

Girodet_apoth%C3%A9ose.jpgC'était sa mission, et il avait vu les anges glorieux la lui donner, et leur grâce se déposer sur le front de nombre de héros qui l'avaient précédé, la gloire être placée dans les cieux sur leur tête, à la façon d'un astre qui les eût couronnés; il les vit même, en vision, s'asseoir sur des trônes d'or, semblables à ceux des dieux de l'Olympe - et du reste, ils étaient ceux qu'avait laissés vides la défection de certains de ces immortels jadis vénérés: ils avaient chu dans les ténèbres, rejetés par les anges du Seigneur. Quelle crainte, par conséquent, devait avoir Captain Savoy, notre héros? Sa soumission au roi de toute chose était sans égale.

Sur Terre, le peuple des hommes mortels le regarda partir majestueusement et lentement dans une direction inconnue. Il se taisait, ébahi, émerveillé, admiratif, stupéfait que le temps des héros fût revenu. La première réaction fut celle d'un espoir incroyable, d'une foi infinie. Plus tard viendraient les doutes, les contentieux, les voix discordantes. Pour le moment, on voyait s'éloigner vers l'horizon, en direction de Faverges, et des montagnes 270px-Kirby_Silver_Surfer.jpglointaines qui se dressaient par-delà, ce vaillant chevalier volant.

La dernière vision qu'on en eut fut celle d'un éclat brillant, d'un trait d'or qui sembla traverser le ciel, comme s'il était entré dans la montagne ou dans un autre monde, comme s'il avait disparu soudain dans ce que certains appellent l'Intermonde, et qui abrite des hommes immortels, ou des anges qui ont un corps sensible, faits d'éther, corps qu'on a souvent dits de gloire. Cela fit un éclair, on entendit un faible roulement de tonnerre, et le silence total ensuite se fit. Mais dans la ville d'Annecy, on laissa alors éclater sa joie.

Ce fut une joie grandiose, qui donna lieu à des fêtes enthousiastes, des discours d'un genre complètement nouveau; les sceptiques mêmes n'osaient plus parler. De ce qui eut lieu durant ces festivités, et de ce qui s'ensuivit pour la vie de la cité même, je reparlerai la prochaine fois, si je puis.

24/03/2010

Le combat de Captain Savoy

Silver Surfer 4.jpgOr donc, lorsque Captain Savoy eut su que le moment était pour lui venu d’intervenir, dans l’attaque des zombies volants contre Annecy, il surgit tel un lion, glissant sur l’air, les pieds posés sur une sorte de fine planche d’or qu’il semblait créer au fur et à mesure qu’il avançait, et qui se dissolvait derrière lui, devenant une neige d’étincelles qui disparaissaient finalement en tombant, comme au sein d’un feu d’artifice.

Comment se créait-il cette espèce de surf magique? Au doigt majeur de sa main gauche, son anneau d’or était la source de l’énergie secrète qu’il employait à cette fin: il en sortait un puissant rayon qui tissait dans l’air, à la façon d’une aiguille d’ange, son chemin glissant, Green Lantern 4.jpgsa planche volante.

D’abord, Captain Savoy ne fut qu’une fine étoile, puis il devint un grand astre, et dans cet astre on distingua, puissants et terribles, les traits de son implacable visage, que mouvait la justice inexorable! Ses ennemis ne le virent pas tout de suite, mais ils sentirent sans tarder les effets de sa puissance: car le premier d’entre eux - celui qui les menait, leur chef - reçut soudain une décharge fulgurante d’énergie vermeille qui avait jailli de la lance du héros, qu’il tenait dans sa main droite; elle l’avait touché de plein fouet!

Chez les monstres, ce fut un moment de stupéfaction complète; ils regardèrent choir vers le sol, puis disparaître dans le lac, en faisant une gerbe d’écume, leur capitaine, celui qui avait reçu de leur roi maudit et diabolique la mission de les mener au combat, - et leurs yeux demeurèrent grands ouverts, et la crainte put s’y lire.

warlock.jpgDe ce moment d’hésitation et d’arrêt, Captain Savoy fut prompt à profiter. Il se jeta en même temps sur eux tous, et l’on vit bientôt tournoyer sa lance, qu’il maniait à la vitesse de l’éclair, si vite que l’œil des simples mortels ne pouvait en suivre les mouvements innombrables. Cela faisait dans la nuit des cercles de feu dont jaillissaient des traits qui foudroyaient un à un les monstres innommables!

Ceux-ci étaient saisis de terreur; ils ne savaient ce qui leur arrivait. L’un d’entre eux, vaillant combattant, âpre au combat, tenta bien de résister, en lançant un éclair de feu vert sur Captain Savoy; et celui-ci le reçut au buste. Néanmoins, son costume était une armure forte et magique: il y avait autour de lui un champ de force, un fin manteau d’énergie qui repoussait ou atténuait les coups adverses - vinssent-ils des démons, fussent-ils des foudres jaillies des profondeurs de l’abîme! Ce costume, comme l’armure des vieux chevaliers, avait reçu la bénédiction efficace des dieux, la grâce efficace des anges. Captain Savoy ne fit entendre qu’un léger cri, recula à peine; il rendit aussitôt son coup à celui qui l’avait assailli, et en vérité, la force du coup ennemi ne fit que décupler la sienne: il le renvoya sur son auteur comme un miroir!

Thor.jpgLe spectre hideux ne fut pas seulement foudroyé, il fut mis en pièces, et son âme se dispersa dans les ténèbres en hurlant: de fait, ces monstres étaient en soi immortels, et il fallait détruire leurs corps, si on voulait les vaincre définitivement; toutefois, Captain Savoy avait porté à la plupart d’entre eux - et notamment à leur chef, auquel il avait porté le premier coup, qui avait été le plus pur - des attaques suffisantes pour endommager leur corps forgé par les gnomes affreux du gouffre, sur ordre du roi de l’abîme; ils ne pouvaient plus s’en servir correctement: et voyant le sort terrible et pour eux d’une douleur atroce de celui qui avait réussi à toucher leur adversaire, ils résolurent de s’enfuir, en attendant de posséder des armes propres à résister à ce héros, ou même propres à s’en débarrasser.

Ils ne partirent pas toutefois sans lancer d’effroyables menaces. Et la prochaine fois, nous dirons ce qu’il est advenu du héros et des citoyens d’Annecy, lorsqu’ils eurent vu la fuite de ces monstres.