17/11/2010

Le prodige de Captain Savoy

chateau-annecy.jpgAu moment où l'assemblée d'Experts - ou de Sages - constituée pour instituer une garde spéciale elle-même vouée à l'esprit de Captain Savoy était dans le plus fort de son doute, concernant les moyens, précisément, de cette institution, elle était dans la pièce du château d'Annecy où autrefois, déjà, s'était assemblé ce qu'on appelait le parlement de Genevois: c'était à l'époque où le comte de Genevois était un prince, également duc de Nemours, et le célèbre Antoine Favre y siégea, du temps du duc Henri Premier. Or, soudain, aux yeux de tous, le mur de la pièce, pourtant épais d'au moins un mètre, et élevé en blocs de pierre dure - ce mur devint étrangement transparent, comme s'il avait été changé en verre, ou même en cristal, car cette transparence s'accompagnait d'une lueur, comme s'il s'était agi, également, d'une nappe d'eau illuminée voire irisée par le soleil: l'effet sur l'âme en est extrêmement difficile à exprimer, au moyen de la langue des mortels; on me pardonnera les images multiples par lesquelles j'ai essayé d'y remédier.

Oiseau-de-feu4.jpgEt voici! une flamme qui semblait vivante, et avait la forme d'un oiseau, se montra dans les cieux, au-dessus de la cité. Bientôt, elle se posa, sous le regard ébloui des Sages, sur certaines maisons, y laissant des étincelles, ou de petites étoiles: car ces feux demeuraient immobiles, se contentant de scintiller à la place où les avait laissés la flamme-oiseau. Semblables par conséquent, au-dessus des toits, à ces escarboucles qui luisaient, dans les récits médiévaux, au sommet des temples, et qui contenaient le feu des Immortels, suspendus dans les airs, ces grains de lumière rappelèrent à plus d'un de ces Sages celui qu'on disait avoir brillé au sommet de la colonne dédiée à Jupiter, sur le mont Joux - nommé de nos jours Grand-Saint-Bernard, depuis que saint Bernard de Menthon y a installé un hospice pour les voyageurs. On disait que cette escarboucle était l'œil de Jupiter, et que des démons se nourrissaient de son feu. Mais aujourd'hui, ils paraissaient plutôt être les graines d'un ange, les graines qu'un ange avait semées pour les hommes!

vue-des-toits-de-la-vieille-ville-dannecy.jpgOr, la flamme, qui était vivante et ailée, en agit ainsi pour douze maisons, ce qui fut aussitôt le signe que la Confrérie des Chevaliers de la Garde devait, elle-même, être constituée de douze membres, dans l'esprit de tous les Sages.

Lorsque le douzième astre eut, de cette façon, été déposé en surplomb d'un toit, ces Experts crurent distinguer, dans le ciel, la propre main de Captain Savoy - laquelle ils reconnurent à son gant. Elle tenait la flamme, qui jaillissait de sa paume; et elle se referma dessus, en l'éteignant dans son poing. Et au moment précis où elle s'éteignit, les nobles sages qui siégeaient dans le vieux château virent comme le corps entier de Captain Savoy soudain luire dans des nuées, comme si un éclair l'avait révélé; il était débout sur sa planche tissée de rayons d'or.

Mais l'instant d'après, le mur de la pièce du château, qui avait comme ouvert son rideau de matière, redevint l'assemblage de pierres grises qu'on connaissait, et tout disparut. Les sept Sages eurent beau se précipiter dehors, Captain Savoy s'en était allé, et les étincelles qu'il avait placées au-dessus des toits des maisons s'étaient également estompées, à la façon d'un rêve: on eût pu croire qu'elles n'avaient jamais été.

Seulement, les nobles Experts avaient bien noté sur quelles maisons elles avaient été déposées, quels toits elles avaient rendus luisants, dans quels foyers elles avaient pénétré. Et, à ce moment, ils entendirent une voix; elle venait du fond de l'horizon, et elle résonnait sur les eaux du lac, à la façon d'un tonnerre sourd, et lointain. Or, elle disait: Lac-d-Annecy-3.jpgPrenez les premiers nés de chaque famille, garçon ou fille!

Cette parole fut entendue distinctement, par les Sages; mais quant au Peuple, il n'entendit alors qu'un roulement de tonnerre, ce qui en étonna fort plus d'un, car le ciel était assez limpide. Le sens de ce qui avait été dit ne parvint pas à l'entendement des gens ordinaires. Au sein du Peuple, seul un homme le saisit, mais il ne pourra en être question qu'ultérieurement. (Quant au prochain épisode, il sera consacré à la constitution officielle du groupe des Douze.)

20/10/2010

Les Enfants de Captain Savoy

Avengers.jpgLes incertitudes, que j'ai mentionnées la dernière fois, concernant le projet de créer un héros représentant en permanence, à Annecy, l'immortel Captain Savoy - la formation d'un super-héros plus accessible à l'humanité ordinaire, qui pût faire le lien entre celle-ci et le héros des astres, comme lui-même était un lien entre les hommes en général et les dieux -, avait bien été décidée. On prévit de l'appeler le Gardien, ou Chef de la Garde, et, à cette fin, on commença par créer un Comité d'Experts - que le peuple appela plus judicieusement Sages -, dont la tâche unique serait, à son tour, de créer une Confrérie initiée aux mystères de l'héroïsme propre à la lignée et au style de Captain Savoy, et qui fût dans le même temps un ordre de Chevaliers défenseurs de la paix et de la justice dans la cité et le pays, lorsque Captain Savoy serait absent. Cette Confrérie devait avoir pour tâche d'élire son chef, et celui-ci devait représenter le Héros, parmi les hommes.

La difficulté fut dès lors de savoir comment recevoir l'approbation du Héros, puisqu'on n'était même pas sûr qu'il fût au courant qu'on eût ce projet. Certains affirmèrent qu'il suffirait de se réclamer formellement de lui et de vouloir être fidèle à son action et à ce qu'elle laissait lire en guise de principes; mais d'autres firent remarquer, avec plus de profondeur, que la prétention à représenter un héros ne pouvait pas servir de justification fondamentale, et que le héros seul pouvait savoir et dire si ceux qui se réclamaient de lui le faisaient d'une manière légitime. Car en matière morale, il faut avoir des dons particuliers, pour reconnaître les formes similaires, et déceler ce qui résonne de façon identique, à distance ou en des temps différents: Green Lantern 2.jpgil s'agit réellement de voyance.

Il advint alors qu'on commença à se demander si l'opération était réalisable et si le résultat serait tout simplement crédible, aux yeux du peuple - si elle aurait l'autorité nécessaire. Car il apparut bien qu'il ne suffisait pas de vouloir réaliser un lien entre Captain Savoy et des gens choisis selon des idées purement humaines pour le créer effectivement. Et ce fut au moment où on désespérait le plus de résoudre ce douloureux problème qu'un fait des plus étranges se produisit, semblant manifester la volonté de Captain Savoy même, voire des dieux qui l'avaient suscité.

Or, de ce fait étrange, je reparlerai une fois prochaine!

22/07/2010

Gloire à Captain Savoy!

Or, lorsque Captain Savoy eut disparu de l'horizon et du ciel de la noble cité d'Annecy, celle-ci fut en proie à une stupeur jusque-là jamais connue en ces lieux. Bientôt, une transformation profonde eut lieu, dans les esprits. On prit sans tarder de nouvelles dispositions, dans l'organisation de la Cité. Feux d'artifice Annecy.jpgOn osa à nouveau créer des lois selon le sentiment qu'on avait, au plus profond de son cœur, de ce qui était juste. On abrogea au contraire celles qui avaient été promulguées dans l'idée de faire gagner de l'argent à telle ou telle catégorie de la population, dont on avait naïvement cru qu'elle serait particulièrement susceptible de partager ses richesses, d'une façon ou d'une autre.

A cet égard, on compta surtout, précisément, sur le sens de la justice qui avait chu comme une pluie lumineuse sur la ville, qui avait pénétré tous les cœurs, et qui conduisit les plus riches à faire des dons gratuits, en direction de projets nobles en soi mais non susceptibles de créer mécaniquement de la valeur ajoutée. Et en particulier, on vit se financer des œuvres artistiques destinées à renforcer ou à développer le sentiment de ce qui était juste Kannon 2.jpget de ce qu'il fallait faire au sein du peuple.

Ces œuvres avaient fréquemment Captain Savoy pour objet: on lui adressait des poèmes, on lui dressait des statues, on lui érigeait des temples, au sein desquels on le priait; car on savait qu'il entendait spécifiquement les mots qui lui étaient adressés, notamment au travers d'images qui lui ressemblaient: il existe un lien secret entre les formes semblables qui ne tient aucun compte de l'éloignement dans l'espace.

Dans son mystérieux château sous la montagne, les écrans de contrôle et de connaissance occulte de Captain Savoy étaient sensibles non à des flux d'énergie qu'une machine créée par l'homme eût pu déceler, mais précisément à des lignes de force existant entre des formes et des couleurs qui avaient un lien entre elles, et qui semblaient résonner entre elles sans tenir compte de la distance, ou même, parfois, étrange chose! de l'inadéquation dans le temps des images telles qu'elles pouvaient être matérialisées. Oui, c'est étonnant, mais il semblait qu'une prière pouvait être ouïe dans le futur et dans le passé, et que l'image pouvait prendre magiquement vie en faisant voyager l'esprit qui l'habitait inland_empire_1.jpgdans le temps. Mais c'est un mystère sur lequel je ne veux pas m'appesantir, car il est difficile à saisir, même si certains écrivains ont essayé de s'exprimer sur la question: pensons notamment à Olaf Stapledon, ou Gérard Klein, ou bien le cinéaste David Lynch: car dans INLAND EMPIRE, est-ce qu'on ne voit pas une âme remonter le temps et franchir les espaces pour en rédimer une autre?

Bref, on voua un véritable culte à Captain Savoy; et c'est alors que la municipalité d'Annecy, le Conseil des Sages de la Ville, décida d'envoyer, auprès de ce héros, un apprenti, afin que sa justice pût régner plus souvent dans la cité, car cet apprenti y habiterait en permanence, tandis que Captain Savoy ne venait que quand il voulait, et on cherchait à améliorer la vie de la cité, au sein de la Ville.

ironmanmark.jpgLa difficulté fut dès lors double, aux yeux des Sages: premièrement, il fallait trouver le bon candidat, et on ne savait comment le choisir; certains pensèrent, même, qu'il devait être élu par la seule Destinée, sous la lumière occulte de Captain Savoy, sous le regard scintillant de sa principale statue consacrée, au cœur de la Ville, et dont on avait pensé à faire de ses yeux des diamants; or, curieusement, ceux-ci semblaient briller de leur propre éclat. Bref, on voulait créer un rituel pour susciter cet élu. Mais comment s'y prendre? Et de toute façon, même si un homme - ou une femme - était choisi, comment rejoindre la base cachée de Captain Savoy? Accepterait-il de le ou la guider sur le bon chemin? Beaucoup d'incertitudes demeuraient.