01/08/2021

Saint Louis le roi et la nymphe maudite

00000000000.jpgDans le dernier épisode de cette série incroyable, amis lecteurs, nous avons laissé saint Louis alors qu'il venait de reconnaître, dans le val fleuri d'une dimension parallèle, son frère Robert courant après une fée, et riant de joie et de bonheur!

Cependant, Ostön, prenant un air inquiet, plaça sa main sur le bras de Solcum, et lui murmura quelques mots d'une langue chantante et inconnue – faisant comme de l'eau au sein de l'air, un flux harmonieux, et pouvant être restitué par les mots: Saluniamën, taïloman. Saint Louis ne put saisir leur sens – mais il vit le visage de Solcum s'assombrir, les ayant entendus.

Le bon roi de France n'en descendit pas moins joyeux la pente qui le séparait de son frère, et il l'appela, cria son nom. Et Alphonse et même Imbert le suivirent prestement – et eux aussi hélèrent Robert, si heureux de le revoir! 

Mais celui-ci ne répondait pas, continuant à courir en riant après Silasán couronnée de jolies fleurs. À son tour Louis se mit à courir, et comme Robert faisait des courbes, ondoyait dans l'herbe à la façon d'une rivière, lorsqu'il courait ensorcelé après sa belle – comme, même, il faisait des boucles, revenant fréquemment sur ses pas en sautant par dessus la rivière argentée –, il l'attendit sur le trajet qu'il devait prendre, puisqu'il prenait sans cesse le même: il était sûr qu'il le verrait et que, le voyant, il s'arrêterait, et le saluerait.

Et voici! il fut très étonné quand Robert passa près de lui et des deux chevaliers de France ses compagnons, sans paraître aucunement les voir. 

Louis reproduisit son manège, se plaçant à nouveau devant lui, afin de le saisir entre ses bras. Mais, il ne sut comment, non seulement Robert ne parut point le voir, mais lui-même fut incapable de le saisir, et ses mains ne se refermèrent pas sur lui, mais ne le touchèrent pas. Il était pour lui pareil à une ombre – et courait toujours, passant à travers ses anciens amis, et son frère même, et il n'avait pour ainsi dire plus d'épaisseur, on ne pouvait le saisir, ou le toucher!

Stupéfait, effrayé, Louis se tourna vers Solcum, qui tira aussitôt son épée. Louis se demanda si c'était pour lui, et si la traîtrise des démons enfin apparaissait, mais Solcum se précipita vers Silasán l'épée levée – et Silasán le vit, et poussa un cri. 

Cependant Robert continuait de la suivre à vive allure, comme si de rien n'était, et de rire stupidement, les yeux éblouis, grands ouverts, la bouche aussi ouverte et souriante sans saisir ce qui se tramait autour de lui – et une grande épouvante pénétra le cœur de Louis, qui comprit qu'il ne reverrait plus jamais son frère, tel qu'il l'avait connu! 

Et Silasán se mit à fuir devant Solcum, pendant que Robert la poursuivait toujours. Et si rapide était-elle que Solcum peut-être ne l'aurait jamais rattrapée, s'il n'avait pas levé la main puis fermé le poing – et n'avait fait, on ne sait comment, trébucher instantanément à distance la nymphe maudite. Elle s'affaissa, et Robert se jeta sur elle. Mais elle l'écarta d'un geste, et il se dissipa dans l'air lumineux, sans que Louis pût voir où il s'en était allé. Il l'entendit rire une dernière fois, avant que brusquement le silence se fît. Et Solcum fut en un instant au-dessus de Silasán, et elle leva la main, et le supplia, l'implora, mais furieux Solcum brandit l'épée, s'apprêtant à la frapper. Et Silasán ouvrit son sein, le plaçant nu sous les yeux de son assaillant – et Louis n'avait jamais rien vu de plus beau que ce buste enchanté, que ce sein d'immortelle: il brillait, rayonnait, éclatait à travers les voiles de la belle – jetant comme devant lui une lumière –, et il pensa que Solcum hésiterait avant d'y enfoncer le fer – que malgré lui il éprouvait de la pitié pour cette sorcière! Celle-ci dit quelques mots dans la langue inconnu des génies, suppliante et tentatrice, montrant ses seins rayonnants, et saisit la cuisse de Solcum dans sa main blanche, légère et douce, et le futur génie de Paris hésita. Mais voici, il regarda cette main, et, au doigt fin, vit l'anneau de Robert, avec son sceau; et Louis le vit aussi, et poussa un cri, comprenant ce qu'avait de maléfique l'ignoble sorcière. À son tour Solcum se secoua, dégagea sa cuisse, repoussant la belle Silasán, et enfonça horriblement le fer dans son sein pur. Elle poussa un cri, et du sang jaillit de sa bouche, coulant aussi sur sa chair blanche; mais bientôt une fumée aigre vint de la plaie, et le corps de Silasán se recroquevilla, se renfrogna, s'assombrit, s'assécha, et la nymphe se mit à hurler comme une goule, et de fait elle s'élança dans les airs en crissant, et disparut à son tour 0000000.jpgcomme une fumée, noire et laide. Solcum jura, comprenant qu'il avait été joué, et que ce corps parfait avait dissimulé une horrible démone.

En tremblant Louis s'approcha, lui posa la main sur l'épaule. Il voulut lui parler, mais il le vit tremblant de colère, le visage rouge vif – plus que ne peut l'être un homme mortel, et comme si c'eût été sa couleur naturelle: les génies, en effet, avaient la faculté de changer de couleur, sur leur peau, même s'ils n'en usaient pas souvent, afin de ne pas dérouter les mortels. Ainsi trouvait-on des génies bleus, verts, violets, jaunes, rouges. Mais souvent ils ne faisaient qu'arborer ces couleurs sur ce qu'on pensait être leurs habits – laquelle les mortels ne distinguaient que difficilement de leur chair. Ou ils les assimilaient à leurs bannières. Cela dépend de leur degré de ressemblance avec les êtres humains; car ils aimaient leur ressembler, les imitaient, et en ce cas cette qualité de couleur était atténuée. Toutefois ces teintes pouvaient-elles être vives, comme elles le sont dans les plantes, chose étrange à dire. Et c'est ainsi que certains ont été appelés génies bleus, génies jaunes, génies rouges – surtout quand ils n'apparaissaient que comme des ombres, sans corps épaissi. Mais c'est un mystère propre à la manifestation des génies dans le monde, et il nous faut revenir à notre sujet, afin d'éviter l'égarement.

Mais il est temps, dignes lecteurs, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au prochain, quant à la suite de cette étrange histoire.

Les commentaires sont fermés.