28/11/2020

L'Elfe jaune contre l'ombre des Orcadil

0000.jpgDans le dernier épisode de cette série fantasque, nous avons laissé l'Elfe jaune, ami de Momülc, alors qu'il passait dans un antre obscur rempli d'hommes-chauves-souris qui avaient résolu de lui faire peur afin de l'affaiblir, puis de bondir sur sa personne et se nourrir de son sang étincelant.

Elles l'entourèrent en se pressant le plus possible aux limites du rayonnement de son fabuleux rubis, et entonnèrent un chant obscur, mystérieux et bizarre, plein de sourdes menaces et de sanglantes promesses. Elles évoquèrent, ne sachant que faire d'autre, leur passé inquiétant – le sort horrible des Orcadil, puisque tel était leur nom! Et dans leur langage qui ferait frémir le plus courageux des hommes, gluant de crachats haineux et tout tendu de colère rentrée, elles racontèrent leur histoire épouvantable en y mêlant des accusations mensongères contre ceux qui les avaient vouées à leur sort cruel – les dieux dont les lois étaient absolues, et ne pouvaient être enfreintes sans effet triste. Et il en était ainsi parce que le monde avait été fait par elles, et qu'il ne pouvait donc en être autrement.

Elles dirent leur histoire, et voici ce qu'en saisit l'Elfe jaune – car il connaissait un peu de leur langage emprunté aux anciens Elfes, quoique déformé à foison par leur haine farouche.

Elles avaient régné, sous les traits d'elfes étincelants, au sommet d'une montagne radieuse, au cœur de la Savoie, et y avaient érigé un château à la mesure des Géants qu'ils étaient, splendide et sublime. Et depuis ce château qui dominait une vallée, ils s'élançaient vers les étoiles, car ils avaient trouvé le moyen de franchir les espaces, d'aller de la Terre à la Lune, et même jusqu'à l'étoile de Mercure. C'est du moins ce dont ils se vantaient, chantant leurs exploits, décrivant orgueilleusement les navires éclatants et dorés qui les emmenaient à travers le ciel, et les armes qu'ils portaient et les rendaient aptes à reconquérir les terres qu'ils avaient, disaient-ils, perdues en venant sur la Terre.

Car si un cercle enchanté les maintenait dans leur immortalité, au sein de leur château qui touchait aux nuages, ils se sentaient menacés par l'évolution du monde et les progrès de l'humanité en son sein. Et, sous prétexte de demander l'autorisation aux êtres étoilés de guider en leur nom les hommes mortels, ils cherchaient à prendre du 00000.jpgpouvoir parmi les étoiles – et à maintenir les humains sous leur coupe, alors que les êtres étoilés avaient décidé de les laisser croître, grandir, évoluer, et devenir des êtres radieux, un jour, par les grâces qu'ils leur donneraient. Mais les elfes orgueilleux ne l'entendaient pas de cette oreille, et ils espéraient convaincre voire contraindre ces êtres sublimes à les écouter et à se plier à eux. Donc ils les défièrent, car les autres refusèrent.

Ils attaquèrent la forteresse de la Lune où se maintenaient les fils du Soleil, et comme ils avaient, au cours de leur séjour sur Terre, multiplié leurs pouvoirs et accru considérablement leurs connaissances, ils faillirent prendre cette forteresse et s'en rendre maîtres. Mais un homme de la Lune qu'on appelle Don Solcum s'élança, lui, vers Vénus et, agenouillé, demanda de l'aide aux êtres plus sublimes encore qui y vivaient. Et ceux-là envoyèrent une armée, menée par des hérauts ailés, et les elfes de la montagne de Savoie qu'on appelle aujourd'hui Les Fiz durent s'enfuir, pour ne pas être anéantis.

Ils se réfugièrent dans leur château terrestre, mais les guerriers ailés de l'étoile de Vénus vinrent jusqu'à eux, accompagnés de Don Solcum et de quelques autres – et Alar en particulier les tança, brisa leur cercle magique, 000.jpgconfisqua leurs armes et leurs navires, s'empara de leurs livres et enferma leurs savants, et les dispersa de sa puissante épée étincelante. Comme ils tentèrent de résister beaucoup furent anéantis, et les autres se soumirent, et furent placés sous l'autorité d'Ëtön, l'oncle de Don Solcum. Mais ceux qui péchèrent jusqu'au bout furent transformés en ombres démoniaques très puissantes, en spectres sorciers, et au bout de leur errance vinrent jusqu'à l'être-souches dans le ventre duquel l'Elfe jaune était entré – obtenant sa protection et s'alliant avec lui, se mettant à son service après avoir pris la forme de grandes chauves-souris aux dents longues et pointues, et au visage presque humain.

Tel est le destin, en vérité, des Orcadil, qui furent glorieux et tombèrent bien bas, jusqu'au point de devenir de véritables vampires. Et maintenant l'Elfe jaune devait les affronter – car ils comptaient bien s'attaquer à lui, quoiqu'il eût lui aussi reçu ses pouvoirs des êtres lunaires et de l'étoile de Vénus, ou précisément pour cette raison.

Il les sentait qui se rapprochaient toujours davantage, se pressant autour de sa flamme, et devinait que, passant pour ainsi dire entre les rayons rouges de son rubis sanglant, l'un d'entre eux, plus courageux que les autres, finirait par oser porter le premier coup.

Il y avait, dans leur troupe, le fils d'un roi déchu, appelé Artlëc. Il avait été particulièrement virulent, lors du combat contre les chevaliers lunaires qui à lui s'opposaient. Et il avait vu son père tomber dans une attaque entre des montagnes, et il en avait ressenti une grande douleur. Depuis, il nourrissait une haine dévorante à l'égard de ces chevaliers lunaires et de leurs alliés. Or il reconnaissait en l'Elfe jaune l'un d'entre eux, et cherchait à passer entre les rayons du rubis, pour l'approcher sans en être blessé.

Mais il est temps, chers lecteurs, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au prochain, quant à la suite de cette effroyable histoire.

Les commentaires sont fermés.