21/07/2020

L'Elfe jaune dans l'antre maudit de la butte douée d'âme

000.jpgDans le dernier épisode de cette insigne geste, nous avons laissé l'Elfe jaune, compagnon de Momülc, alors qu'il venait de se libérer d'un monstre mi-pieuvre, mi-plante, mi-homme, et qu'il se faufilait entre ses branches penaudes, voire marchait dessus rageusement.

Toutefois, alors que l'Elfe ainsi domptait la bête, le sang de son flanc ouvert aspergeait en gouttes le sol et les tentacules durs de l'être. À chaque goutte tombant sur eux, un frémissement léger persistait – la nature hideuse du monstre se maintenant même dans son échec infâme.

Mais l'Elfe jaune se faufila sans problème jusqu'au seuil ouvert, et pénétra dans l'antre obscur en longeant les branches qui désormais n'osaient plus le toucher, tant il avait de vigueur à les briser ou à les trancher. Puis il vit, au loin dans l'obscurité, tout près du sol, un reflet d'yeux malins et cruels, qui clignaient, et où une lueur de peur, à cette apparition lumineuse du Premier Disciple, désormais se décelait. Nombreux étaient-ils, ces yeux ronds et noirs – et sur un éventuel visage disséminés sans ordre clair, comme si cet être eût été multiple – comme s'il n'eût été qu'un informe amas de plusieurs êtres mêlés. Quel père démoniaque de cette masse ignoble avait pu les mâcher et les recracher pour former cette entité unitaire, Dieu seul sait. Puis quelle magie, quel art immonde avait pu donner vie à ce monstre, il serait bien difficile de le dire. Mais aussi, mieux vaut ne pas entrer dans ces mystères, car ils pourraient ôter la raison aux hommes imprudents qui s'y risqueraient.

Cependant, l'Elfe jaune, lui, n'avait point peur. À ses pieds désormais luisaient des ailes formées de fines flammes, car en lui le feu était revenu plus fort que jamais. Même sa blessure, qui avait longtemps goutté et qui avait paru si profonde, déjà se refermait: les forces de vie qui emplissaient son corps accomplissaient cet office. Une bulle de clarté molle, traversée d'irisations mouvantes, l'entourait, éclairant l'air autour de lui.

En vérité l'œil aguerri, ou initié par quelque ange, eût pu voir à sa blessure s'affairer des gnomes, suspendus à son flanc. Y demeurant comme le long d'une falaise aux subtils rebords, ils tissaient de fils mystérieux une 0000000000.jpgcouture inconnue, aussi belle que vivante, et reformaient sa peau. De leur haleine leurs épouses fines et ravissantes vivifiaient ce fil d'or, achevant de faire disparaître sa triste plaie. Car tel était le pouvoir des disciples de Captain Savoy, qu'ils disposaient d'êtres élémentaires à leur service pour les soigner au combat et les rendre quasiment invincibles, et immortels.

Quand ce travail de chair tissée fut achevé, miracle suprême, d'autres gnomes surgirent – d'un rang plus noble, plus élevé, plus digne, semblant plus près du ciel que les précédents, ressemblant davantage aux anges dont ils émanaient. Car il faut le savoir, en passant les anges laissent sur leurs pas ces êtres élémentaires, qui naissent d'eux à mesure qu'ils marchent, et qu'on voit surgir de leurs pieds, de leurs flancs, de leurs mains, de leurs bouches, selon les cas. Cela aussi est un grand mystère, sur lequel nous reviendrons un autre jour.

Et voici! ces autres lutins de leur art consommé réparèrent son haubert rompu, sans que l'Elfe jaune en fût gêné dans sa marche propre: sans l'empêcher de marcher, de bouger, de lever les bras s'il en avait besoin, ces êtres petits et fins reforgèrent ses mailles d'or qui lui faisaient comme une seconde peau, révélant en même temps sa nature divine cachée, puisque c'est de sa propre énergie sacrée que les gnomes tiraient le métal dont elle était faite. Liée par divers conduits aux étoiles, cette énergie était captée, concentrée et purifiée, pour former les mailles de son haubert, nouveau mystère. De telle sorte que ce qui apparaissait le plus à l'extérieur était en réalité ce qui manifestait le plus l'intérieur de l'Elfe jaune, et que son costume, en un 0000000.jpgcertain sens, lui ressemblait plus que sa propre peau. Entendez cela, âmes de peu d'éveil! Car c'est plus important qu'on pourrait le croire, et en même temps nous ne pouvons, présentement, nous y attarder.

Et le costume était fait de rêves profonds qu'avait le Premier Disciple, de rêves durcis et affinés, et il en était d'autant plus fort et puissant, il en recelait d'autant plus de merveilleux secrets, de ressources incroyables. Une grâce venue de l'arc de la Lune le permettait, et c'est aussi elle qui l'entourait de son feu légendaire, et mettait des ailes de flamme à ses pieds. Adalïn, épouse lunaire de Captain Savoy, intervenait dans l'accomplissement de cet adeptat, et les êtres qui l'entouraient et disposaient des officines à cela destinées, lui obéissaient. Les onze disciples plus un bénéficiaient de ce don des astres, et l'Elfe jaune ne pouvait pas, ainsi, sentant sur lui la main de la belle princesse de la Lune, avancer devant lui avec courage, plein de foi en lui-même et en ses protections saintes. Ce n'était plus de son côté, non, qu'était désormais la peur, mais de celui de cette pieuvre-arbre qui l'avait attaqué, et qui maintenant devant lui fuyait. Elle n'offrirait ainsi plus d'obstacle sur son chemin vers Arcolod le Meurtrier. Et sa traînée sanglante, sur le sol éclairé par la pierre frontale de l'Elfe, était toujours visible, aisée à suivre, jetant sous la lumière des reflets humides.

Fuyant devant l'éclat de ses rayons, l'arbre que douait une âme s'affairait à rétracter ses branches, et l'Elfe jaune les voyait glisser le long des parois de la grotte, emportant avec elle de la glaire venue d'on ne sait où. 0000000000000000.jpgL'être immonde s'enfonçait dans des profondeurs obscures, disparaissait dans des ténèbres insondables, comme s'il avait été accroché à l'abîme par on ne sait quelle queue infinie. Il reculait de plus en plus vite, à la façon d'un crachat avalé, tombant dans on ne sait quel puits – dont l'Elfe jaune lui-même, tout triomphant qu'il était, frissonna à la pensée de son fond. Se pouvait-il, songea-t-il, qu'il était entré dans la gueule d'un monstre énorme dont l'être-pieuvre n'était qu'un parasite, une sorte de ver vivant dans son œsophage et parfois sortant de sa bouche, quand il le lui ordonnait pour ses besoins? L'horreur d'une telle perspective faillit immobiliser l'Elfe jaune, dont le pas hésita: pouvait-il entrer sans crainte dans le corps d'un tel être? Mais il le fallait, et il était prêt à tout obstacle, à tout ennemi.

Mais il est temps, dignes lecteurs, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au prochain, quant à la suite de cette aventure effrayante, et de la chasse de l'Elfe jaune à Arcolod le Traître.

Les commentaires sont fermés.