18/05/2020

L'Elfe jaune face à la vivante butte aux vieilles souches

000000000000000000000000000000000.jpgDans le dernier épisode de cette série singulière, nous avons laissé l'Elfe jaune, ami de Momülc et disciple de Captain Savoy, alors qu'il tentait de desserrer l'étreinte d'un être végétal ayant placé ses tentacules noueux autour de ses membres. Et il avait fait jaillir de sa broche magique un feu qui avait atteint cet être et l'avait repoussé. Tout le bosquet en tressaillit de la plus étrange façon.

Les branches enserrant l'Elfe jaune aussi se tordaient, vibraient, frémissaient, claquaient, vives et alertes; mais cela ne semblait préluder qu'à une sanglante attaque, car la colère qui les animait était sensible et, en plusieurs endroits du corps du guerrier au pourpoint jaune, loin de relâcher leur étreinte elles tenaient bon, comme préparant une terrible vengeance; elles se maintenaient fermes, dans leur volonté claire d'attaquer.

Toutefois, le bras gauche de l'Elfe ayant été libéré par une branche qui avait bondi au coup de lumière envoyé par sa broche, il en profita pour renchérir dans son propre assaut. Car il abattit le tranchant de sa main libre sur une branche qui le tenait au ventre, et voici! aussitôt elle fut rompue.

Il advint alors quelque chose d'inattendu: du tronçon bondissant jaillit une gerbe d'un liquide aux reflets rouges, et qui ressemblait à du sang. Une partie de ce jet vint même jusqu'au visage de l'Elfe jaune, éclaboussant sa joue droite et ses lèvres, et il put le goûter, lorsque son effort lui fit ouvrir la bouche; car il y coula, qu'il le voulût ou non. Or, il avait bien la saveur du sang, quoiqu'il fût plus épais que celui des hommes, et qu'il eût aussi un goût végétal et terreux étrange, comme s'il émanait d'un homme-plante, d'un être à mi-chemin entre l'homme et la plante.

L'Elfe jaune comprit que l'être qui s'attaquait à lui était hybride, peut-être le fruit d'un maléfice. Et s'il avait l'air extérieurement d'une plante, il avait clairement aussi la nature d'une pieuvre, et les pensées d'un homme. Car il semblait rusé, et puissant, et il ne réagissait pas comme un animal craintif.

Toutefois les branches avaient encore tressailli quand il en avait coupé une, et voici que vibrant de plus belle les autres se resserrèrent, comme saisies d'une rage inouïe qu'alimentait une peur sourde. Et l'armure de 0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000.jpgl'Elfe jaune se rompit à son côté droit, et les branches hérissées d'épines entamèrent sa chair blanche, et y firent jaillir des ruisseaux de sang clair.

Et avec horreur l'Elfe jaune vit s'ouvrir, le long de la branche qui l'avait ainsi entamé, de petits trous mous, comme de fines bouches, et qui dans un mouvement hideux de succion se mirent à aspirer son sang, et à le boire, à en imprégner le bois et les fibres de l'être ligneux et infâme, vampire, pieuvre de l'air que seules les ténèbres avaient pu engendrer.

Révolté et marri l'Elfe jaune plissa les yeux, et en concentra le feu, comme il l'avait si souvent fait dans ses divers combats, l'envoyant non plus sur les branches de façon globale, mais, dans un trait fin et net, vers l'endroit où il pensait qu'était le corps de l'être infâme.

Il ne le voyait pas; il était caché par la butte, et l'obscurité de la porte anéantie. Mais il le devinait, diabolique et ruminant ses assauts immondes; une haine palpable s'exhalait de lui et de l'ouverture noire, et elle était mêlée d'un désir atroce de mort et de sang répandu, d'une aspiration à dévorer tout ce qui avait vie, chaleur et lumière. Il en sentait la présence, et, lui qui avait été visité par des êtres stellaires, il frémissait à sa sensation, comme si la racine de l'être était dans un abîme 000000000.jpgdont la vision aurait rendu fou jusqu'à Captain Savoy. Il savait que cela n'était pas possible, ou que ce n'était point vraisemblable, mais la peur l'envahissait, et avec elle l'impression que tout était perdu, et que nul être ne pouvait résister à une telle abomination.

Avec l'énergie du désespoir, encore et encore il tira ses feux oculaires dans le fond de ces ténèbres horribles, respirant de cette présence démoniaque dont il n'avait jamais vu la pareille. Il se demandait si cette flamme pure qui sortait de ses yeux ne serait pas à son tour dévorée, comme son sang l'avait été, si elle ne serait pas impuissante à vaincre tant de ténèbres; mais un ange dut donner une puissance inconnue à son feu, et limiter celle de l'être-pieuvre, car soudain, accusant le choc de ses attaques répétées, celui-ci tressaillit plus qu'il ne l'avait jamais, et la butte 0000000000000000000000.jpgtrembla, et le fit si fort que des branches craquèrent, et qu'un arbre même se déracina, déchaussé du sol à sa base. La forêt était en furie, et les arbres tous frémissaient, leurs feuillages bruissaient, et les oiseaux effrayés tous s'envolaient en criant.

Enfin les branches qui tenaient enserré l'Elfe jaune relâchèrent leur étreinte, et le premier disciple de l'ange de la Savoie dégagea son bras droit et sa jambe droite, et il enchaîna des coups si vifs et puissants, malgré sa blessure au flanc et le sang qui coulait, qu'il brisa, tordit ou trancha plusieurs branches en un instant rapide, qu'un œil ordinaire à peine eût pu suivre. À lui, c'eût été comme un éclair brutal et ardent, faisant exploser le feu de l'Elfe jaune, l'énergie qui l'habitait, et qui lui venait des étoiles mêmes, mystère des mystères. Car il avait ce don, d'être lié aux astres, depuis son initation mystique: nous en avons déjà parlé.

Puis, libre de toutes ses entraves, l'Elfe jaune bondit si vivement, dans sa nature forte, qu'il passa désormais entre les branches ralenties, et aux mouvements erratiques, et qu'il marcha sur elles, prenant appui légèrement sur l'une ou l'autre pour s'approcher, ainsi qu'un danseur gracieux, à nouveau du seuil de l'antre maudit. Se jouant de l'être qui avait failli le tuer, il échappait désormais aisément à ses molles attaques, les branches qui s'élevaient étant aussitôt écrasées par un pied rageur de l'elfe, ou frappées, envoyées au loin, parfois arrachées de leur source par la violence du coup. L'Elfe jaune était vainqueur et l'arbre vivant avait perdu tout son feu. Il subissait la suprématie du disciple de Captain Savoy, et semblait déjà gémir de se voir anéanti. Les branches ne faisaient plus que des mouvements pitoyables, craintifs et penauds, comme si leur défaite les avait humiliées.

Mais il est temps, dignes lecteurs, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au prochain, quant à ce que l'Elfe trouva finalement dans l'antre obscur par où s'était échappé Arcolod.