31/10/2019

Mömulc et l'Elfe jaune et la défaite d'Arcolod aux rayons de ténèbres

fangorn 3.jpgDans le dernier épisode de cette étonnante saga, nous avons laissé l'Elfe jaune et Mömulc au combat face à un puissant adversaire, qui parvint, chose étonnante et à peine croyable, à percer le cuir réputé invulnérable de Mömulc de son pouvoir magique créant des lances acérées à partir d'une mystérieuse lumière noire.

Par bonheur, nul organe vital ne fut touché: c'est au flanc droit, et sous le foie, qu'il reçut cette terrible blessure – et la maladresse d'Arcolod, cette fois-ci, l'empêcha de tuer d'un coup son adversaire. Maladresse d'ailleurs inexplicable. Ou bien son bras avait-il tremblé, craignant que le cuir de Mömulc ne confirmât son invincibilité, et ne démontrât qu'Arcolod avait une puissance plus limitée qu'il ne le pensait?

D'ordinaire, en effet, il ne ratait jamais sa cible. Mais le regard fixe, et de défi, de Mömulc avait aussi pu le troubler, et dévier son tir. Dans les yeux rouges du monstre d'origine humaine une folie demeurait, qui reflétait les Titans du Chaos, dont Arcolod avait eu jadis d'effrayantes visions. Souvent il avait tâché big_thumb_c56d04ff367ca4ac3ae7c08796431586.jpgd'acquérir leurs pouvoirs, mais souvent aussi l'étude de leur vie, de leurs arts et de leur essence l'avait fait frissonner – et lui, d'habitude si orgueilleux, se sentait honteux de n'être pas à la mesure de ces maîtres dont il était secrètement l'esclave.

Car par-delà les éons, ils le surveillaient, ils contrôlaient son esprit, et vivaient dans son corps une nouvelle vie – dont ils avaient besoin pour reconquérir leurs terres perdues. Ils pensaient pouvoir vampiriser la Terre au travers de leurs disciples indirects, dont ils prenaient possession souvent à leur insu, répandre leur règne et regagner les étoiles dont ils avaient été exclus, eux que des guerriers étincelants avaient précipités dans le Gouffre!

Telle était leur nature, à présent. Ils étaient vicieux, habités par la rage et la colère, et ne songeaient, méprisants pour les êtres de la surface, qu'à réduire les âmes, à les comprimer et à s'en nourrir comme d'une orange dont on presserait le jus. Mais ne demeurons pas dans l'évocation sinistre de ces horreurs, dans le portrait honteux de cette race maudite, et proscrite, enfermée dans la geôle de l'Abîme.

Car dès que Mömulc se sentit touché, son regard de feu se ternit et marqua de l'étonnement; mais l'Elfe jaune réagit pour protéger son ami, dont il prononça le nom d'une voix forte et inquiète, comme pour hulk.jpgl'empêcher de rejoindre les ombres de l'inconscience, en le retenant à la surface. Il bondit et, saisissant le faisceau durci qui dépassait du dos de Mömulc, le brisa, et le renvoya comme un javelot vers Arcolod.

C'était rusé, malin et subtil. Car la matière dont était faite cette lance, l'Elfe jaune l'avait d'emblée compris, ne pouvait pas être retenue par aucun obstacle, même les mailles serrées dont avait été tissé le haubert d'Arcolod – et, si l'on peut dire, ce monstre fut pris à son propre piège: il fut à son tour transpercé, à la cuisse, par ce trait qu'il avait créé, matérialisé dans l'espace depuis sa masse enchantée.

Il gémit, et admira, en secret, la subtilité et l'intelligence de l'Elfe jaune. Il venait de se faire avoir, comme on dit vulgairement.

Il tenta de fuir, mais il boitait, et comme le trait avait percé son artère, il perdait beaucoup de sang: un liquide noir coulait abondamment le long de sa jambe.

Si le combat s'était arrêté là, il eût pu être soigné; mais l'Elfe jaune le harcela encore, sautant vers lui pour lui asséner des coups de poing magistraux, ou lançant des rayons de lumière cristallisée de son joyau pectoral; 10155680_1536762489941231_1860265214758073061_n.jpget Arcolod en était meurtri, et il reculait, et titubait, et mit finalement un genou à terre. Il s'inquiéta, car il ne pouvait rentrer dans l'antre de Börolg pour récupérer, et se soigner, sous la houlette des mages-médecins de son seigneur impie.

D'ailleurs, Börolg ne l'aurait pas permis: il n'acceptait nul échec de ses troupes, et aurait pu lui-même mettre à mort Arcolod s'il s'était enfui jusqu'à rentrer honteux, fuyant, dans son palais. Il eût profité de sa faiblesse, peut-être, pour se débarrasser de lui, puisqu'il le craignait – et Arcolod le savait, il n'avait nulle pitié à attendre de son maître, de l'horrible Börolg, l'homme-sanglier.

Il se releva donc, et, faisant tournoyer sa masse, jeta un nouveau rayon vers l'Elfe jaune; mais celui-ci bondit et, écartant les jambes, l'évita. Le monstre eut alors une autre idée: viser Mömulc agenouillé, regardant le sang qui, coulant de sa plaie, était recueilli dans sa main étonnée. L'Elfe jaune l'aperçut, distingua le rayon de son regard, et comprit le danger. Il bondit vers son ami Mömulc et l'entourant de ses bras aimants le dématérialisa en même temps que lui, chose difficile à faire, et fatigante, mais qui lui permit de sauver son ami d'une mort certaine. Car le trait meurtrier était dirigé vers sa tête, et elle n'eût pas résisté à ce coup terrible. Le trait en effet s'enfonça dans un rocher, et le fit éclater. Tel eût été le sort de la tête de Mömulc, s'il l'avait touchée!

Arcolod profita de cette diversion pour faire retraite, non en regagnant l'antre de Börolg, dont il craignait le lâche châtiment, mais en tâchant une loge de la forêt qu'il s'était bâtie, et que souvent il occupait. Là, pensait-il, il pourrait se soigner, appliquer sur sa plaie des herbes salutaires, se recoudre la peau et bander sa cuisse. Là aurait-il le loisir de se préparer des onguents salvateurs, et de prier les nymphes de la forêt, qu'il dirigeait, de l'assister et de le soigner, pendant le repos qu'il prendrait. Un jour, sans doute, il aurait sa revanche, et détruirait définitivement Mömulc et l'Elfe jaune! Mais pour le moment il ne le pouvait pas.

Mais il est temps, chers lecteurs, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au prochain, quant à la suite de cette histoire palpitante. Et la fois prochaine, justement, il y aura la poursuite de l'Elfe jaune à travers les feuillages!

Les commentaires sont fermés.