27/07/2019

Captain Savoy et le chant de la Femme-Faucon

team.pngDans le dernier épisode de cette singulière saga, nous avons laissé les quatre disciples de Captain Savoy partis à l'assaut de Chambéry sans l'aval de leur maître alors qu'ils venaient d'achever leurs ennemis, et que l'Amazone céleste, en particulier, avait marqué de la joie d'avoir abattu un monstre qui avait failli la tuer; et cela avait fait frissonner sa meilleure amie, la Femme-Faucon.

L'Amazone cependant ne perçut pas ce frisson, et elle leva la tête, et en voyant la Femme-Faucon, son visage se détendit, s'éclaira, et elle sourit. Ses esprits apparemment repris elle vint auprès de son amie, lui enjoignant de sortir avec elle de ce vaisseau désormais macabre pour rejoindre leurs amis garçons, le Léopard des Neiges et le Noton bleu. Lorsqu'elles furent effectivement sorties de ce navire volant par la brèche ouverte en son sein par la lance de la Femme-Faucon, elles virent venir à elles ces deux Disciples, qui, de leur côté, étaient partis du vaisseau qu'ils avaient conquis. Ils se saluèrent, se congratulèrent, se racontèrent en quelques mots leurs aventures en vantant surtout les exploits accomplis par leurs amis – seule l'Amazone se gardant de surabonder dans ce sens, et prenant un plaisir visible au récit qu'effectuait de ses gestes la Femme-Faucon. Elle ne chercha guère à minimiser ses exploits, se contentant de rougir un peu aux paroles de son amie. Ce n'est qu'après l'avoir laissée longuement parler qu'elle énuméra, mais légèrement et comme à contre-cœur, les belles actions de la Femme-Faucon. Les autres s'en étonnèrent un peu, mais cela glissa sur eux, et ils ne le relevèrent pas vraiment.

D'ailleurs, quand le Léopard des Neiges, qui avait la langue bien pendue, dit en riant qu'il ne croyait pas que l'Amazone céleste eût pu en faire autant sans l'aide de son amie, s'attendant à ce qu'elle lui rendît un hommage plus vif, l'Amazone rit aussi, l'admettant – ou feignant de l'admettre: car une ombre alors passa sur son visage, et elle jeta un bref regard noir sur le Léopard humain, qui cependant ne s'aperçut de rien. Mais hawk 01.jpgcela n'échappa pas à la Femme-Faucon, ni au Noton bleu, qui ne comprit cependant pas ce que cela signifiait: il crut que lui revenait le souvenir des souffrances infligées par l'ennemi, et de la peur qu'elle avait eue. Il ne devinait pas tout, quoique son caractère renfermé en fît un redoutable observateur; car, songeur, il semblait aux autres constamment méditer.

Le Léopard des Neiges, quant à lui, avait le caractère fougueux de son animal-totem, et ne voulait voir que la joie et le plaisir d'avoir vaincu et de se retrouver entre amis, entre frères et fidèles camarades et disciples de Captain Savoy le gardien de la Savoie libre. Il voyait peu le mal, ayant l'esprit toujours enflammé, l'âme toujours pleine d'amour, voire de passion, et projetant sur le monde qui l'entourait l'étonnant éclat de ses yeux.

Tous les quatre s'en furent d'un bon pas vers Chambéry, dont ils voyaient se dresser les murs au loin, au bout de la route qu'ils empruntaient. Ils n'utilisèrent point, dans leur avancée groupée, leurs pouvoirs – soit de voler, soit de courir plus vite que la lumière, soit de se téléporter, comme ils pouvaient avoir –, mais ils marchèrent, cherchant à régler leurs pas les uns sur les autres, ce qui fit naître en leur cœur une chanson, dont l'air fut étonnamment le même, et dont les mots furent trouvés et prononcés instantanément par la Femme-Faucon, habile à cet art:

Chambéry, Chambéry, cité de nos ancêtres,
Tu te dresses devant nos pas étincelants,
Tu sembles nous attendre et de tes remparts blancs
Nous saluer de l'air qu'ont les célestes êtres!

Tu sembles réclamer que nous te libérions
- Que nous te libérions des maudits monstres sombres
Qui t'infestent partout, qui répandent les ombres
Dans tes rues qu'autrefois tous les quatre adorions.

L'ange de ton église est debout dans le ciel
Au-dessus de tes toits, et l'obscurité pâle
Que répand le Malin en exhalant son râle
N'empêche pas l'éclat de ta face de miel.

Tu fais signe à tes fils, tu fais signe à tes filles,
Et nous accourons tous pour t'embrasser, ô dieu
Éternel de la ville où notre Noton bleu
Bientôt sera seigneur et maître des familles!

Il se tiendra devant ta bouche, et sur le trône
De la ville aux cent tours sera ton héraut pur,
Il rendra sa lumière à chacun de tes murs,
Et de son plastron lisse un rayon luira jaune.

Tremble donc, animal à visage trompeur
Qui se veut comme humain, Malitroc le barbare
- Ou toi, son sbire infect, Ortobac du Tartare
Aux yeux d'ours sépulcral, tremble à notre fureur.

Tremble donc, car voici! nous venons libérer
La blanche cité pure où vécurent les ducs,
La ville au château noble où naquirent les sucs
Dont le peuple jadis se nourrit sans errer.

hawk 02.jpgSon appel à notre âme a retenti sonore
Et nous y répondons avec joie et courage,
Tous quatre sommes prêts à la guerre sans rage
Sous ce ciel du matin que le soleil mordore.

Et, ayant dit ces mots, la Femme-Faucon n'en dit pas davantage, mais les trois autres, à la mémoire sans pareille, entonnèrent à nouveau le chant complet, et, quoique son effort l'eût fatiguée, la Femme-Faucon les rejoignit bientôt, et ce fut le chœur le plus glorieux et le plus joyeux que la plaine devant Chambéry – que l'on appelle la Combe de Savoie – eût jamais entendu. Les montagnes semblaient, au loin, en tressauter de joie, et les vagues du lac du Bourget s'éveillaient de bonheur à l'audition de cet air magistral.

Mais il est temps, lecteurs, de laisser là cet épisode, et renvoyer au suivant, pour ce qui concerne l'assaut de Chambéry par ces quatre disciples – et la première lourde défaite de l'Amazone céleste!

Les commentaires sont fermés.