07/08/2018

L'Homme-Météore combat violemment l'Homme-Glu

cthulhu 6.jpgDans le dernier épisode de cette geste sanglante, nous avons laissé l'Homme-Météore, nouveau gardien de Paris, alors qu'il s'apprêtait à en venir aux mains avec un bandit nommé Damien Molter, dernier survivant d'une attaque qu'il avait menée contre une bande d'exploiteurs et de violenteurs de femmes, et qui venait juste, à son approche, de se lever.

Il porta la main à son visage, et, étrangement, l'en détacha. Il le retirait de sa tête comme s'il s'agissait d'un masque. Il lui vint sans effort dans la main. De l'autre côté était un autre visage. On en voyait surtout la grande bouche, avec des dents longues et pointues, et qui souriait sardoniquement. Nul autre trait n'était distinct. Le reste de la face se perdait dans une ombre épaisse, comme s'il était plus fait d'un trou que de matière.

En regardant mieux, l'Homme-Météore vit, néanmoins, deux taches plus noires, là où auraient dû se trouver les yeux, comme si une cagoule de ténèbres recouvrant le visage de Damien Molter avait connu un enfoncement sous ses sourcils; et, ténues, deux étincelles d'or, cruelles et froides, luisaient dans les profondeurs de ces taches. Mais elles étaient curieusement placées près du bord de sa tête, tant sur les côtés qu'en haut, comme s'il n'avait ni tempes ni front, ou, pour mieux dire, comme si l'Homme-Météore ne voyait ce visage qu'à travers une ouverture n'en montrant qu'une partie. Et, de fait, le sourire effrayant semblait glisser derrière le pourtour laissé humain de la tête, comme si Damien Molter n'était qu'une fenêtre pour une entité plus large, plus grosse, plus épaisse, et vivant non seulement derrière ce corps malingre, mais derrière la matière elle-même, et l'air, et la lumière! Si horrible était cette vision que l'Homme-Météore demeura un instant immobile, stupéfait.

Damien Molter laissa tomber son visage détaché à terre, qui s'aplatit mollement comme un morceau de caoutchouc, puis, lentement et méticuleusement, arborant toujours son sardonique sourire, il ôta son glu.jpgcostume et ses habits, laissant paraître ce qu'il portait dessous.

Il était vêtu d'une sorte d'armure soyeuse, miroitante et violette, épousant la forme étonnante de ses membres. Car, à mesure qu'il se déshabillait, le malfrat faisait apparaître une musculature et une taille que l'on n'aurait jamais crues possibles tant qu'il conservait son apparence ordinaire. Il semblait grandir et s'élargir à mesure qu'il ôtait ses habits, comme s'ils avaient constitué un sort d'illusion - tissé un mensonge dissimulant sa véritable nature aux yeux des hommes. Son costume violet palpitait, et l'Homme-Météore se demandait s'il s'agissait d'une fine cotte de mailles, ou d'une seconde peau, ajoutée à la première par la sorcellerie. S'était-il fait lui-même ce corps? Venait-il du pays des démons? Était-il une gargouille ayant survécu à la guerre de la Seine, menée plus de cinquante ans auparavant par le Génie d'or, précédent gardien de Paris? Quel était son secret?

L'habit du monstre semblait tissé de fils arrachés à l'améthyste, et, à sa poitrine, un saphir luisait, signe de sa puissance. Ses gants et ses bottes tiraient sur le vert, quoiqu'ils fussent presque noirs, et à ses mains des éclairs couraient, comme impatients d'en découdre! Mais elles furent portées à l'arrière de la tête, et le monstre jadis appelé Damien Molter retira son crâne, pour en laisser voir un nouveau, qui était le véritable, et qui, comme l'avait pressenti l'Homme-Météore, était bien plus gros que l'ancien, aussi curieux que cela paraisse: car qui a jamais ouï dire que du moins était né le plus? Mais en réalité, l'opération à laquelle assistait l'Homme-Météore était la suppression d'un leurre, et la restitution du DORMAMMU4.jpgplus dont était né le moins. Il remontait le temps, si l'on peut dire!

La face hideuse du véritable Molter lui apparut, et il eut un frisson, malgré la présence en lui, qu'il sentait, de l'ange qui l'avait armé - et qu'il confondait avec le Génie d'or, à tort ou à raison. Elle lui donnait courage, mais le maléfice de ce monstre était incroyable, et aurait jeté dans l'épouvante l'homme le plus brave. En vérité, sans l'ange à ses côtés, Robert Tardivel aurait perdu la raison.

La tête de l'être se tenant devant lui était énorme, mais, outre cela, elle brûlait comme d'un feu noir, qui écartait la lumière et créait autour d'elle une ombre tendue d'obscurité. Elle empêchait ainsi qu'on distinguât le contour exact de son crâne, qui semblait se dissoudre dans les ténèbres, et ne s'y être matérialisé que partiellement. Comme ses traits se perdaient dans des flammes noires lentes et flottantes, on eût pu croire que ses cheveux fussent des tentacules, et que sa tête fût une pieuvre placée sur un corps d'homme, ou bien quelque araignée aux longues pattes molles dont les petits yeux et la grande iron.jpegbouche seuls fussent restés distincts dans l'obscurité environnante. De la gueule aux grosses dents pointues sortit cependant un rire atroce.

Et soudain, ce monstre, appelé communément l'Homme-Glu, leva les deux mains, et un jet blanchâtre en sortit, dans une coruscation étincelante, et aussitôt créa des liens fumants autour de l'Homme-Météore. Celui-ci, pris au dépourvu, en fut momentanément immobilisé. L'Homme-Glu écarta alors les doigts, et ils s'étirèrent en longues griffes, droites et fines, comme des lames de couteau - ou pour mieux dire de stylet -, et il s'avança vers l'Homme-Météore, lequel ne fut pas assez rapide pour éviter l'attaque: car, à vive allure, le méchant planta ces griffes dans sa poitrine, dont il jaillit des étincelles. L'Homme-Météore poussa un gémissement, et il se crut mort; mais ce n'est pas du sang humain, qui coula des plaies, mais une lueur épaisse, sourde, qui surprit l'Homme-Glu. Croyait-il n'avoir affaire qu'à un homme augmenté par les techniques ordinaires? Il s'agissait de bien davantage. Dans l'armure de l'Homme-Météore, Robert Tardivel était véritablement transfiguré.

Il profita de l'instant d'hésitation de son adversaire pour envoyer sa jambe droite, restée libre, sur le genou du monstre, qui se plia méchamment, et fit entendre un bruit de craquement. Un rugissement résonna, et la bouche de l'Homme-Glu cessa de sourire. Il mit un genou à terre. L'Homme-Météore se recueillit, se concentra, et, faisant appel à toutes ses forces, brisa les liens pourtant magiques - et réputés invincibles - qui le tenaient enserré.

Mais il est temps, ô chers lecteurs, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au suivant la suite de ce terrible affrontement! La prochaine fois, nous saurons ce que l'Homme-Météore fit de la cape magique du monstre, quand elle l'assaillit à son tour.

Écrire un commentaire