23/04/2018

Saint Louis face à l'atroce Ornicalc

room.jpgDans le dernier épisode de cette geste insigne, nous avons laissé le roi saint Louis alors qu'il venait d'être amené, les mains liées, devant une porte effrayante qui commençait à s'ouvrir.

De l'autre côté était une grande salle, avec des piliers. Le plafond en était si élevé qu'à peine saint Louis le voyait; il était perdu, à ses yeux, dans un nimbe lumineux créés par de gros cristaux sertis dans de larges piliers qui montaient vers ce nimbe avant d'y disparaître à leur tour. S'il n'avait pas vu, depuis l'extérieur, le toit de la forteresse (à des hauteurs certes vertigineuses) s'arrêter sous la voûté étoilée, et y faire, parce qu'il s'élançait en pointe, comme une plaie, le roi de France eût pu croire que les colonnes soutenaient la voûte même du ciel, et que la salle était à l'air libre. D'ailleurs, sur la gauche, assez loin, une arche s'ouvrait sur ce qui semblait être un jardin, aussi curieux que cela paraisse, surtout au vu de la terre dévastée qui s'étendait dehors, comme si la vie avait été arrachée du sol pour être placée dans la tour, et comme si le prince de ce lieu avait décidé, comme à Babylone, de créer une nouvelle terre en hauteur, par la force des bras et les mesures de l'intelligence.

Une foule de guerriers étincelants occupait la salle et, quand Louis entra, se sentant tout petit face à l'énormité du lieu, ils se tournèrent, se placèrent, lentement, en rangs serrés, comme obéissant à un ordre, tirèrent leurs épées, la mirent devant leur visage, et laissèrent, devant la porte d'entrée, une allée menant à Fantasy__039372_.jpgun endroit paraissant assez lointain, mais situé toujours dans cette salle. Louis n'eût jamais cru possible que la tour dans laquelle il était fût si large que tant de distance pût exister entre ses deux extrémités, et il se demanda par quelle magie il semblait que toute une cité eût été mise en son sommet.

Peu à peu, devant lui, les files de guerriers se rangeaient, et le chemin se créait. Louis vit que le sol était serti de trois lignes de pierres précieuses - bleues, violettes, jaunes -, menant aux marches d'un dais sur lequel se tenait un trône. Et sur ce trône était assis un géant, lui aussi en armure, dont la tête se perdait, comme les colonnes, dans le nimbe de lumière - et Louis sut qu'il était devant Ornicalc, et, sans qu'il sût pourquoi, il sentit ses membres involontairement trembler.

Etalacün le tira vers ce dais et ce trône, et ils s'avancèrent, les chevaliers francs et leurs gardes, entre les deux rangs d'hommes armés. Derrière eux, Louis distinguait des femmes, également armées, qu'il distinguait à la forme arrondie de leurs hanches et de leurs poitrines, puis, encore derrière, des hommes et des femmes qui n'étaient point armés, mais avaient un air orgueilleux et fier, et portaient de longues robes comme des mages. Enfin, tout à l'arrière, près du mur, sous des fenêtres cristallines laissant voir les étoiles et (à droite) fantasy-art.jpgla Lune, et qui étaient teintées comme si elles étaient des pierres précieuses énormes découpées en lamelles, Louis distingua des formes sombres, aux contours difficiles à définir, mais remuant de temps en temps, et disposant d'yeux rougeoyants; et des saillies ténébreuses se voyaient à leurs épaules, comme si des voiles noires étaient tendues dans l'air au-dessus d'eux. Il devina d'horribles monstres, malgré la distance due à l'immensité de la salle, et les noirceurs de ces êtres aussi se perdaient dans la clarté qui les surplombait. Une menace sourde s'élevait d'eux, et de tous les gens présents; mais curieusement, plus ils étaient éloignés, plus ils semblaient dangereux, haineux, menaçants, prêts à bondir et à déchirer les chevaliers francs en passant par dessus les files de guerriers et de mages apparemment anodins et bénins.

Pourtant, Louis, dans le regard des hommes et des femmes armés, ne voyait que froideur glacée, mépris profond, et ce regard de diamant ne respirait d'aucun amour: ils étaient à cet égard tous comme Etalacün, tout comme s'ils avaient eu l'âme vidée par leur chef, été transformés en machines vivantes, et leur éclat extérieur en devenait illusoire, et démoniaque. Louis comprit qu'il s'agissait d'êtres encore bons récemment, et qui, envoûtés par le fantôme de la gloire, cherchaient à asservir les hommes, de telle sorte qu'eux-mêmes knight_of_crows_by_jameszapata-d71qp5z.jpgse laissaient asservir par un autre, qui leur était un modèle éblouissant, et que leur esprit propre en était écrasé, qu'il en avait expulsé comme le jus d'un citron qu'on presse, et qu'il n'y avait plus, en eux, qu'une âme éblouie par les beautés du démon Ornicalc.

Ils cherchaient, désormais, à absorber les autres en eux-mêmes, afin d'acquérir l'illusion de la puissance. Mais, ce faisant, ils n'étaient que les outils de leur prince, seul homme à les diriger tous, et à conserver son esprit propre.

Et encore était-il en lui, peut-être, d'autres mystères, qui faisaient fuir aussi, de cette âme, l'esprit qui lui avait été donné à l'aube des temps. Dieu seul le sait. Louis était même trop loin pour distinguer ses yeux: il ne savait pas, après tout, s'il ne s'agissait pas d'une simple statue.

Il fut néanmoins démenti, quand il le vit bouger légèrement un pied, et une main, pour on ne sait quelle raison: ce géant était animé.

Le roi de France s'approchait toujours davantage, et bientôt, il put mesurer sa taille, car le contour de son crâne, faisant ombre vague dans la clarté descendant d'en haut, lui apparut. Et voici qu'il mesurait bien sept coudées, au bas mot, et que son regard brillait comme deux soleils en haut de sa personne, assombrissant les clartés des cristaux sur les piliers immenses, et représentant juste derrière l'ombre de sa tête hideuse.

Or, elle n'avait rien de rond, comme c'est le cas chez les hommes, mais elle était informe, et ressemblait à ce que serait la tête d'un arbre si, arraché à son sol, il se mettait à marcher sur ses branches, renversé. Et les racines, éparses et arbitraires dans leurs sens, longues ou courtes, lui servaient de cheveux, bougeant mollement comme si elles fussent faites de peau, et faisant entendre un vague sifflement, comme si elles fussent aussi des serpents. La vision en était effrayante, et le tremblement qui s'était emparé des membres de Louis et de ses compagnons, lorsqu'ils étaient entrés dans la salle, ne fit que s'accentuer, s'éveillant même alors qu'ils commençaient à se sentir plus calmes, rassurés par la monotonie de leur marche lente le long des files de guerriers étincelants, et que leur pas devenait plus ferme, sous leurs genoux mâles. À présent, ils le sentaient défaillir, comme ils l'avaient senti à leur entrée, mais plus fortement encore.

Mais il est temps, ô lecteur, de laisser là cet épisode fascinant, pour laisser, au suivant, le récit de la triste mort de Charles d'Anjou, frère du roi saint Louis de France.

15/04/2018

Agnosticisme et mythologie: de l'abstraction lyrique à l'esprit des couleurs

peste_001.jpgJ'ai conversé une fois avec un amateur d'art élégant et gracieux qui défendait dogmatiquement (de mon point de vue) la ligne de l'art officiel, et qui avait été choqué par mon idée que les Surréalistes avaient eu tort de s'en prendre à l'art religieux médiéval parce que, en général, il avait donné à voir les Grands Transparents qu'aspirait à représenter André Breton. Même si le cadre doctrinal fixé par l'Église romaine était contraignant, il n'empêchait pas, lorsque l'artiste regardait dans la direction autorisée, de percer le voile du réel et de déceler, dans l'obscurité créée, les êtres célestes baignés d'or. Il n'était pas vrai, comme le prétendait Breton, que les limites imposées de l'extérieur anéantissent toute possibilité de vision suprasensible rendue par l'art, et que la 8c771784ccc6144c504c2da947ade444.jpgclarté théorique fût exigée ne prouvait pas la cécité spirituelle de l'artiste.

Mon interlocuteur m'a sauté à la gorge en pensée, car pour lui toute représentation du monde spirituel était sacrilège. Il brandissait l'Abstraction lyrique comme aboutissement absolu de l'Art. Or, manifestant un monde psychique dans lequel on ne peut rien discerner, elle s'appuie entièrement sur l'agnosticisme brandi en dogme. C'est la source de l'universel, prétendait mon détracteur en substance - et j'ai vu passer cette idée souvent, dans l'aristocratie culturelle, notamment parisienne. Toute représentation mythologique étant marquée par un courant culturel distinct, elle n'est que leurre local, semblait-il encore dire.

Mais je n'en crois rien. Pour moi, l'agnosticisme renvoie surtout à une incapacité à distinguer les Grands Transparents, qui effectivement sont différents, dans leur première approche, d'un lieu à l'autre, mais dont la nature fondamentale est partout la même, et qui convergent tous, dans le cône qui les tient, vers un point central qui est commun à toute la Terre. La forme de cécité psychique pratiquée par l'aristocratie occidentale, du reste, a aussi son air local, elle émane de la Rome païenne, et, au-delà, de l'aristotélisme et de l'averroïsme. On a beau jeu de poser ce courant comme universel, comme au temps des empires coloniaux, au fond ce n'est pas vrai, cela correspond seulement à la nature des Grands Transparents qui circulent dans les villes d'Occident. Ils se rendent indistincts dans une brume particulièrement épaisse, oserai-je dire. Quand on a les pensées entièrement tournées vers le monde physique, il est évident qu'il est extrêmement difficile de rien distinguer, par les yeux de l'intelligence, au fond du monde psychique. Cela n'est pas forcément à critiquer: cela a aussi son utilité. Mais c'est un fait.

Beaucoup de peuples moins tournés vers les lois physiques et les machines voient spontanément, dans le monde psychique où les Occidentaux élégants ne voient rien, des formes distinctes. C'est évidemment le cas en Asie, où traditionnellement on y distingue le Bouddha, c'est à dire un être humain doré et glorieux - ou bien des femmes célestes venant parler en rêve aux simples gens, et assimilées par eux à nos anges...

Le plus singulier, dans cet universalisme cécitaire de principe, c'est que les mythologies comparées ont montré que les hommes tendaient partout à distinguer le même genre d'êtres, dans l'espace psychique, en particulier une sorte d'être solaire effectivement apparenté au Bouddha. C'est donc au contraire l'incapacité à voir quoi que ce soit qui est locale, et propre à une cellule particulière de l'humanité, quoique matériellement importante par les moyens d'action dont elle dispose - précisément parce qu'elle se focalise sur les lois physiques, et les exploite dans un sens pratique. Tout le monde voit un être qui sourit dans le soleil, même les enfants, et ceux que la lumière du soleil éblouit ne sont pas très nombreux. Ce sont ceux, peut-être, qui ne veulent voir en elle que bataille_keridwen_abstraction_lyrique.jpgle moyen d'obtenir de l'électricité - et s'ils rendent ainsi service à l'humanité, ils ne peuvent pas imposer à tous leur façon de voir.

Et je veux bien trouver pareillement, pour ma part, que les couleurs informes que l'Abstraction lyrique déploie sur la toile sont parfois très jolies - même si elles rappellent des rêves qu'on fait plutôt fiévreux. Mais je m'oppose à sa démarche en tant que principe esthétique général. Je ne prône certainement pas la soumission à des formes conventionnelles, en quelque sorte mortes et artificielles, et en ce sens je comprends André Breton. Je ne défends pas absolument l'art baroque - même s'il était plus imprégné de sensibilité personnelle qu'on ne l'a dit. Mais je suis convaincu que si le calme des pensées prolonge la paix du cœur, l'artiste distingue, dans le monde psychique, des personnes singulières, mystérieuses, non incarnées - ce que David Lynch appelle des abstractions. (Ce cinéaste du reste montre un surréalisme poussé jusqu'au moment où des liens se a7e525cae5a04732cbcddd51baae5debf38856a1.jpgtissent avec l'art médiéval ou asiatique.)

Rudolf Steiner a justement créé une philosophie esthétique allant dans ce sens, estimant que le jeu des couleurs faisait naître inéluctablement, dans l'âme apaisée, des figures d'anges, et qu'il en était ainsi chez toute l'humanité, de telle sorte que le refus de se laisser aller à cette paix clairvoyante émanait d'une forme de crainte plutôt défectueuse. C'est pourquoi il a critiqué l'Impressionnisme, au fond préparatoire de l'Abstraction lyrique. Il en est né un style de peinture dit anthroposophique à la fois abstrait et mythologique que j'approuve totalement, et qui pour moi a donné de grandes choses. C'est peut-être ennuyeux pour les élites qui prônent l'agnosticisme en art, mais au fond on constate que l'art a toujours et partout tendu à cela - à donner une forme harmonieuse et apaisée renvoyant à celles de la nature, aux couleurs mises ensemble. Il n'y a pas d'opposition entre l'imagination de l'artiste et celle de l'univers, et il n'y a aucun universalisme à refuser de peindre des formes que contient réellement l'univers.

Celle de l'homme, en particulier, n'a rien d'arbitraire, elle émane de l'homme tout entier, partout. Où, dans l'humanité, la silhouette humaine ne serait pas universelle? Cela n'a pas de sens. Dès qu'il se tourne vers lui-même, c'est bien sa propre forme que l'artiste voit, nimbée de lumière. En refusant d'assumer son humanité, et donc de se représenter en peinture comme mythe, il ne fait rien de bien naturel ni de réellement universel.

07/04/2018

Captain Savoy: le combat du Léopard des Neiges

09b27f3fa0c206feb3f50a7633743f43.jpgDans le dernier épisode de cette geste insigne, nous avons laissé le Léopard des Neiges, disciple de Captain Savoy parti à la reconquête de Chambéry en même temps que trois autres disciples, alors que trois hommes ailés l'attaquaient, et que lui-même était dans un petit vaisseau spatial poussé par des êtres élémentaires. Ces ennemis venaient de tirer des coups de feu de leurs armes.

Elles avaient beau être puissantes, la coque, protégée d'un champ de force fait d'air épaissi, résista. L'Homme-Léopard fonça vers les deux créatures, et en frappa une de sa carène luisante. Elle fut projetée à plusieurs dizaines de mètres et commença à tomber, mais l'Homme-Léopard put voir, dans le miroir placé à la hauteur de ses yeux, qu'elle reprenait son équilibre et, appuyé sur ses ailes de peau, revenait à la charge. Au reste, celle qu'il n'avait pu frapper de son engin était pressante: elle s'était agrippée, au moyen de griffes d'acier jointes à ses pieds, visiblement mobiles comme des doigts, au revêtement d'argent de sa nef à l'arrière, y enfonçant sa puissance; et le bruit qu'elles firent fit sursauter le Léopard des Neiges, et lui inspira brièvement une crainte qu'il eût aimé ne pas avoir. Il se croyait fort, et ardent, l'esprit cosmique des léopards sibériens étant sur lui, et brillant à son front comme une étoile. Il se pensait courageux, sauvage, sans peur; mais la part d'humanité en lui demeurait, qui fit glisser le long de son échine un frisson.

Dès qu'il en eut conscience, toutefois, il se reprit et rugit, comme l'animal dont il portait à la poitrine l'emblème. Il ouvrit la trappe supérieure, et, laissant les sylphes porter seuls sa machine, il se se mit debout en face du monstre, plantant aussi les griffes de ses pieds dans la coque. Puis il sortit du fourreau son sabre lumineux, pareil à une flamme durcie que commandait une poignée qu'ornaient une garde d'or, et un rubis au pommeau. Le monstre lança un feu de son fusil, mais le Léopard le repoussa d'un coup rapide de sa lame, qui était magique. D'autres feux partirent, mais le Léopard avait déjà bondi dans les airs, et ses pieds frappèrent le monstre à la figure; le coup fut si violent que le masque se brisa, et le crâne de l'autre côté apparut: car 1920x1080_fentezi-robot-fantasy-glowing-svetovoj-fantaziya.jpgl'être, modifié par la sorcellerie, n'avait plus de visage, et son heaume s'était confondu avec sa tête - y avait été incrusté. Ainsi était-il devenu plus sûrement l'esclave de Malitroc.

Derrière le masque, la cervelle, mêlée de fils, de rouages et de bandes de fer, apparut, mais le monstre n'était pas mort pour autant. Il voulut frapper de son poing ganté le Léopard des Neiges, qui s'était replacé sur la nef toujours en mouvement, tout près de lui, mais cet homme-fauve put l'éviter aisément, rapide comme il était. Puis il lança son propre sabre vers le cœur de la créature, et le transperça dans une gerbe d'étincelles. De l'autre côté, au dos, entre les omoplates, la lame ressortit, et d'un mouvement brusque, le Léopard des Neiges fit basculer son ennemi vers la gauche, retenant à lui la lame. Le monstre était mort, ou à l'agonie, ou détérioré, s'il était désormais une machine plus qu'un homme: il se laissa tomber, tentant de mouvoir ses ailes, mais ne parvenant pas à se rétablir, et le Léopard des Neiges le vit tomber jusqu'à terre et y créer un trou dans un jaillissement de fumée, de feu et de boue. Il était, sans nul doute, hors de combat, mais avait certainement eu temps de prévenir les autres du péril que représentait le Léopard des Neiges. Cat tel était son pouvoir, qu'il pouvait communiquer à distance, par les ondes de l'air.

Cependant, le quatrième disciple de Captain Savoy (puisque tel est le rang du Léopard des Neiges) n'avait pas oublié l'autre garde monstrueux, qui se précipitait vers lui en tirant des salves de feu. Le chevalier les évitait ou les renvoyait de son sabre, mais un tir parvint à traverser sa défense, et le toucha au flanc. Il eut de la chance: le trait ne put percer son costume pareil à un haubert, et, au contraire, comme il avait donné confiance à l'ennemi, il le rendit imprudent, et le Léopard put lui trancher la tête d'un coup sec, en s'élançant vers l'arrière de l'esquif des vents.

Cela lui fit néanmoins perdre l'équilibre, et il dut se rattraper, de la main gauche, à la poupe effilée, pour ne pas tomber à terre. Car il était à plus de trois cents mètres au-dessus du sol, et fatale lui eût été la chute. Le second monstre tomba comme le premier, et, pendant ce temps, le Léopard des Neiges, souplement, balança ses pieds vers le sommet de l'esquif, et se remit debout dessus. Il rengaina son épée, et put voir que, là où l'avait touché un tir de feu, il ne fallait pas qu'un autre allât, car sa chair était à nu, et il eût été blessé mortellement, par un tel trait. Il se remit dans la cabine de pilotage juste à temps pour apercevoir devant lui, non pas, cette fois, des hommes ailés, mais des esquifs semblables au sien, quoique plus lourds et plus big_thumb_d69fac5372db0fbf7d4e111d116f0d9f.jpgremplis de fer, et faisant jaillir davantage le feu à l'arrière, Malitroc ayant avec cet élément un lien spécial, tandis que Captain Savoy dominait plutôt l'air et (par le biais de ses alliés) l'eau.

Les trois bateaux volants firent jaillir sans attendre de leurs canons des éclairs terribles, signes que Malitroc avait pu aussi maîtriser certaines forces de l'air, et cette fois l'esquif du Léopard ne put les éviter tous. Il fut frappé par un foudre, et les sylphes qui le portaient un bref instant dispersés. La nef tomba, mais la volonté du Léopard des Neiges était grande, et il rappela ses serviteurs, ou d'autres pour remplacer les précédents, lorsqu'ils avaient été tués. Il rétablit son altitude et son vol juste au-dessus du sol, et il filait vers la porte occidentale de Chambéry, échappant à la vue des guetteurs des navires qui l'avaient attaqué, quand, soudain, d'une énorme motte de terre jaillit un bras de géant, puis le corps du géant même, qui bloqua son avancée, et le saisit dans sa main droite comme il l'eût fait d'un jouet. Hideux était-il, et rappelait autant le singe que l'homme, quoiqu'il fût habillé et armé. Noire était sa peau, rouges ses yeux, blanches ses dents, et ses poils le signalaient à peine humain. Mais sa force était terrible. Le Léopard des Neiges n'aurait pas cru Malitroc capable d'engendrer un tel monstre, mais il fallait bien, à présent, qu'il l'affrontât, s'il voulait être présent au rendez-vous!

Mais il est temps, ô lecteur, de laisser là cet épisode, pour renvoyer à la fois prochaine la suite et la fin de cette bataille.