09/05/2018

L'Elfe jaune et le message des Disciples adoubés

fairytale monica gold.jpgDans le dernier épisode de cette geste insigne, dignes lecteurs, nous avons laissé nos deux héros, l'Elfe jaune disciple de Captain Savoy et Momülc, alors qu'ils venaient de recevoir un message de Captain Savoy leur rapportant tout ce qui s'était passé durant leur absence - que l'Elfe jaune s'étonna alors d'avoir été si longue, s'exprimant à haute voix.

À cela Captain Savoy répondit: Ô Elfe jaune! C'est bien pendant de longs mois que tu fus absent. Tu es entré dans le royaume de Vouan au printemps, et l'automne est bien avancé. N'as-tu point remarqué les feuilles des arbres devenues rouges? Quand tu as quitté la Terre des mortels, elles verdissaient comme un nuage autour des géants de bois; à présent elles ont jauni, ont été brûlées et cuites par le soleil haut dans le ciel, et les voici qui déjà tombent.

Peut-être tu n'as pas remarqué l'inclinaison du soleil, parce qu'il est à peu près autant au sud que quand tu es parti; mais alors qu'il se redressait vers le nord, les jours se suivent et le voient se rabaisser vers l'horizon.

Sache en effet que le temps ne passe pas en Vouan comme il passe parmi les mortels, et qu'un jour là en compte beaucoup ici. Telle est la magie de ce lieu, encore rattaché à sa source la Lune et qui continue, étrangement, de former avec elle un tout, quoique la distance soit apparemment grande. Vouan est comme un poste avancé de l'astre d'argent, et il ne subit que ses lois, échappant à celles de la Terre. On ne saurait bien le décrire, au moyen img184.jpgdes mots humains, car il est la marge de l'orbe lunaire et en même temps semble placé sur la Terre, et je vais te dire ceci: autrefois la Terre et la Lune ne faisaient qu'une, mais la Terre est la partie qui s'est violemment effondrée et ainsi détachée du tout; or, certains royaumes lunaires ont subi l'effondrement, mais sont parvenus à conserver le lien qui les unissait à la Lune, par de mystérieux fils qui les tiennent comme suspendus au-dessus de l'abîme – car pour les immortels lunaires, la Terre est un abîme, et son sol une illusion. Le filet qui retient le royaume des immortelles de Vouan lui permet de rester en lien avec la Lune, quoiqu'il soit accessible depuis la Terre, aux âmes méritantes. Car là est le pays de la beauté, mais aussi de la vérité, et de la droiture, de l'absence d'illusion et de trahison. D'autres royaumes semblables existent, tel celui de Tsëringmel, ou celui d'Asagmë, en haut de montagnes qui sont comme des ports pour les dieux, ceux que les hommes nomment des anges. Ce n'est pas la montagne qui s'est soulevée, à proprement parler, mais la Terre autour qui s'est effondrée et des forces demeuraient, saisies de la Lune, qui ont permis à ses sommets de résister au poids des siècles, à l'effondrement qui se poursuit, et que provoquent dans l'abîme les dents des rats de Mardon, rongeant les fondations de la Terre pour libérer un jour leur maître, et lui permettre de reconquérir le ciel dont il a été banni.

Mais pour en revenir à toi, tu sais que, à distance, j'ai pu suivre tes actions en communiquant avec Amariel, en les observant par ses yeux, sans jamais chercher à intervenir ni à te donner des conseils par son intermédiaire, d'abord parce que sa sagesse est au moins égale à la mienne, ensuite parce que je voulais te laisser libre dans toutes tes actions, afin que tu apprennes plus vite l'essence de ta destinée.

Même quand Amariel ne me communiquait rien, fermant son esprit au mien pour se laisser de l'intimité, j'entrais, à volonté, avec l'esprit de Vouan même, qui la garde et la guide, de sorte que rien de ce que tu as accompli en son sein ne m'a échappé. Vouan a en effet un génie propre, que tu n'as pas rencontré, et qui est comme le père d'Amariel, et vit dans son grand arbre. Il se maintient caché, mais il voit, entend, sent tout, et il m'a laissé entrer dans sa chambre secrète.

Pendant ces cinq jours lunaires où tu combattis Fomal l'Homme-Taureau, où tu assistas aux cérémonies funéraires de ses tristes victimes, où tu nouas avec Amariel une amitié singulière, où tu eus la mystérieuse expérience de la Cascade sainte, certes, 783130735598b1020f55cad82ac08c46--prophetic-art-communion.jpgdes semaines se sont écoulées ici, et le temps a passé plus vite que l'oiseau qui vole d'arbre en arbre, plus vite que la pensée qui va de montagne en montagne en un instant, à la façon de la lumière. Et de nombreux malheurs, sache-le, se sont abattus sur les hommes comme des vautours aux ailes noires pendant ce laps de temps, et si tu nous quittas en paix, nous sommes à présent en guerre.

Or, lorsque Captain Savoy fit allusion à son amitié pour Amariel, l'Elfe jaune de nouveau rougit sous son masque. Il frémit, aussi, quand il entendit évoquer son expérience de la Mystérieuse Cascade. Il eut d'ailleurs la soudaine révélation que le moment le plus long de son séjour devait justement avoir été celui-ci, pendant lequel il était demeuré comme en transe, et avait voyagé, lui avait-il semblé, hors de la Terre.

Captain Savoy, reprenant son récit, annonça à l'Elfe jaune l'adoubement de plusieurs disciples, qu'il nomma: le Second Disciple, après lui, l'Elfe jaune qui était le Premier, avait été et serait l'Amazone céleste, aux bras étincelants, aux yeux de feu; le Tiers Disciple était le Léopard des Neiges, à la force démesurée; le Quart Disciple était la Femme-Faucon, au vol agile et flamboyant; le Quint Disciple était le Nouvel Hanuman, à la queue qui était comme un fouet pouvant battre les mondes; le Sixième Disciple serait la Femme de Cristal, aux lances acérées et fines, amie intime de Tsëringmel; le Septième Disciple, et dernier adoubé, était le Noton bleu, génie de Chambéry et ami des Nains de Tsëringmel. Les ca8945620f30b448434efa83c1b7a44a.jpgquatre autres disciples attendaient la fin de leur initiation, et d'être prêts à recevoir la grâce miraculeuse qui achèverait de leur donner leurs pouvoirs, et les rendrait pleinement chevaliers. Le douzième disciple était encore inconnu, après la défection de Laurent Ripoz, fils de Jacques et Madeleine Ripoz de la rue Carnot. Mais il se préparait dans l'ombre, et un plus grand que lui, ou les mages d'Annecy connus des hommes, l'élevait et l'initiait en secret.

Captain Savoy évoqua encore l'impatience d'en découdre manifestée par l'Amazone céleste, au cœur fougueux, et le Noton bleu, dont l'âme saignait face aux malheurs de Chambéry la grande, toutes les nuits des cris de douleur l'éveillant, et se mêlant aux appels et aux prières de Bær, le fondateur de la cité qui avait gagné le monde spirituel. Il révéla à l'Elfe jaune que lui jugeait que le moment n'était pas encore venu, pour des raisons qu'il n'avait point le droit de dire, et qu'il craignait qu'une scission n'advînt entre lui et plusieurs de ses disciples, la jeune Femme-Comète elle-même ayant exprimé le désir d'intervenir avec ses aînés. Il lui raconta tout, il ne lui cacha rien, puis attendit de voir sa réaction.

Mais il est temps, ô lecteur, de laisser là cet épisode déjà long, pour remettre au prochain la formation de la formidable équipe que constituèrent, en ce temps mémorable, l'Elfe jaune et son nouvel ami Momülc!

Écrire un commentaire