18/02/2018

Saint Louis et l'orgueil du chevalier-fée

louis.jpgDans le dernier épisode de cette geste du roi saint Louis au pays des fées, nous avons laissé le chevalier immortel qui l'avait fait prisonnier, Etalacün, alors qu'il était en plein doute, et qu'il se demandait si, un jour, les mortels valeureux ne deviendraient pas eux aussi des immortels, doués de superpouvoirs. Or, ses pensées tournoyantes se poursuivirent.

Non, non, cela ne serait que vain feu de paille, illusion grossière, forgerie stérile de l'art humain, machinerie destinée à tomber dans les rets de Mardon! Il fallait, à coup sûr, empêcher cette horrible évolution. Peu importait la grandeur apparente de Louis, son éclat intérieur qui rendait, à ses propres yeux, son corps transparent, et le crucifix qui, à sa poitrine, brillait comme une étoile! Peu importait l'air de bonté répandu sur son visage, ou le courage dont il avait fait preuve: jusqu'à sa naïveté et son incapacité à reconnaître la véritable nature de ses amis, étaient un danger mortel pour les elfes et la création. Peu importe, pensa-t-il distinctement, la voyance qui le rend similaire aux anges, il doit être livré à Ornicalc, et l'illusion qu'il représente, supprimée de la mémoire des peuples!

Il valait mieux que les génies, eux, devinssent tels que des dieux sages et justes! et puissants comme les êtres célestes, comme les entités stellaires, grâce à l'énergie qu'ils tireraient des mortels, et qu'ils voyaient résider en eux de façon errante, incomprise par eux - trop fous pour voir ce qu'ils devaient en faire. En réduisant ces hommes à la servitude, en se nourrissant d'eux tels des vampires, en faisant d'eux un bétail comparable à ceux qu'ils avaient - composés de moutons, de vaches, de chèvres -, n'assureraient-ils pas à la Terre, et à l'homme mortel même, le bonheur, la lumière, la gloire?

Ils agiraient contre la volonté consciente des êtres humains, certes; mais conformément au bien qu'ils ne voyaient pas! Et eux-mêmes deviendraient les nouveaux astres du monde, transformés par Ornicalc et sa science divine, son savoir illimité! La Terre à son tour deviendrait un soleil, éclairant les espaces de sa force 25151895_1915322108508373_7113410459229750921_n.jpginconnue. Et ses maîtres les génies seraient enfin les frères des dieux qu'ils méritent d'être - si ce n'est leurs rivaux! Ils seraient respectés à leur mesure, ayant su faire fructifier leurs dons.

Oui, comment avait-il pu en douter? C'est bien ce qu'il fallait.

Et, face à toutes ces pensées qui se tenaient devant lui comme des cercles de feu, et pendant que le groupe constitué par ses hommes et leurs prises continuait à monter, à s'élever dans les hauteurs, Etalacün se grisa de la vision dans laquelle lui-même, assis sur un trône d'or, conduisait sagement les peuples et transformait la Terre. Il se voyait couronné et maniant le sceptre et la foudre, et voici qu'il éteignit ses scrupules, qu'il fit taire la voix de sa conscience et qu'il redevint orgueilleux et méprisant – voire qu'il le fut plus encore qu'auparavant, la violence de sa haine se nourrissant de ses doutes anéantis.

Regardant Louis d'un œil cruel, il lui annonça: Attends-toi à voir ce que tu n'as jamais vu, et ce que tu ne verras jamais plus, la vraie grandeur terrestre, la façon dont on peut sur Terre être un dieu!

Saint Louis sursauta, et le regarda, étonné de cette intervention impromptue, et ne sachant à quoi la devoir. Etalacün avait parlé comme en crachant, et il frémit en percevant le mépris 1280_astral_castle_abstract_wallpaper.jpgqui s'en exhalait comme un vent, s'attendant désormais au pire, et prévoyant une vision atroce.

La cabine d'air cristallisé empruntée par les douze hommes s'arrêta brusquement, et saint Louis vit disparaître d'un coup les démons qui l'avaient soulevée. Et voici! devant lui était un couloir lisse et pur, aux murs ne montrant nulle jointure, et d'une couleur jaune sombre, comme s'ils fussent de métal; mais ils étaient tièdes, et Louis n'eût su dire en quelle matière ils avaient été bâtis. Des diamants brillants étaient au plafond, diffusant une clarté qui éclairait leur chemin.

Viens! dit Etalacün âprement; et il tira sur la chaîne que liait au cou de Louis un collier de fer. Les autres firent de même avec les compagnons du roi, et ils avancèrent, ne pouvant faire autrement.

Au bout de l'allée, Louis vit deux gardes, assez semblables à ceux de la porte d'en bas, mais plus fins, plus élancés et leurs armures étincelaient davantage, avaient plus d'or, et de pierres précieuses: ils étaient sans doute d'un rang plus haut, quoique ceux d'en bas fussent déjà fiers et nobles, et leurs lances reluisaient à la clarté des diamants du plafond. Elles étaient, pensa Louis, comme des rayons de lumière cristallisés.

Derrière eux se trouvait une porte à deux battants, que décoraient de singuliers bas-reliefs, contenant des formes qui firent se dresser le poil sur la nuque du roi de France, car il s'agissait d'hommes en armure qui avaient des traits animaux, mais, tels qu'ils étaient clairement représentés, étaient couronnés ou jetaient la foudre; et il se demandait quels êtres était-ce là, et auxquels peut-être le seigneur du lieu vouait un culte.

Ce qui l'étonna le plus était de voir qu'ils maniaient visiblement des astres, comme s'ils les créaient, ou comme s'ils les prenaient dans leurs mains pour s'en servir comme de balles à jouer ou de traits à jeter - il 4932c66bbf3f7fcfd40eeab6df8cd31f.jpgn'eût su dire. Étaient-ils des êtres cosmiques? Leur visage était effrayant, et tel avait un mufle de sanglier, tel des yeux de chat, tel une bouche dont jaillissaient des serpents, tel des mains se prolongeant en tentacules; car leurs formes étaient très distinctes, rehaussées qu'elles étaient de pierres précieuses, d'or et d'argent, de cristaux lumineux. Louis était surpris de cet art si dextre qu'il sculptait les êtres comme si on les avait juste solidifiés contre la porte. Tremblant malgré lui, il se signa. Au loin, crut-il entendre, un tonnerre gronda. Il s'interrogeait durement sur l'entité qu'il verrait apparaître derrière ces portes qui, sous ses yeux, commencèrent à s'ouvrir.

Mais il est temps, ô lecteur, de laisser là cet épisode, pour renvoyer au prochain, peignant le hideux tableau qui se déroula alors sous les yeux de Louis!