24/09/2017

Captain Savoy et l'adoubement de la Femme de cristal

crystal_maiden_by_finalknight6-d6zhzve.jpgDans le dernier épisode de ce feuilleton cosmique, nous avons laissé Captain Savoy et ses Disciples alors que, réfugiés dans leur base du Grand Bec, en Tarentaise, le premier venait d'adouber quatre des seconds, et que la cérémonie en avait été mystérieuse.

Désormais, ainsi que nous l'avons dit, les quatre Disciples étaient les égaux de Captain Savoy et de l'Elfe jaune, et ils avaient comblé le fossé qui les avait séparés d'eux, et les avait rendus aussi éloignés d'eux que Captain Savoy l'avait été de ses premiers initiateurs, les Hommes de la Lune.

Par la suite, Captain Savoy et les quatre Égaux présents à ses côtés s'employèrent à initier les autres Disciples à leurs tâches et titres à venir. Ils se montrèrent dignes de cette attention, tant par leur vaillance que par leur sagesse, et, quelques mois plus tard, Captain Savoy put annoncer qu'on adouberait, à la Pentecôte suivante, le Démon des Glaces, le Noton bleu et la Femme de Cristal. Les trois derniers Disciples devaient encore apprendre à résister au mal, et à choisir le bien à sa place.

Mais c'était un honneur qu'on leur faisait, en éloignant d'eux le danger d'être tentés trop tôt, nourris par leur puissance, et l'orgueil et la chute qui s'ensuivrait. Ils seraient donc encore plus puissants, si cela était possible, que les Huit déjà adoubés.

La cérémonie eut lieu, semblable à la précédente. Mais la Femme de Cristal, à son issue, fut particulièrement fêtée.

Dans la montagne où brille la neige éternelle, elle était, comme on dit, dans son élément, et les êtres fées protecteurs du Grand Bec l'avaient prise en amitié, en la voyant passer aux franges de leur cité. Ils aimaient ad91473c585c91879d6fb903aea64101.jpgson port, et son attitude, face aux cristaux de neige. Elle avait constamment, en elle, un sentiment de vénération qui éclatait par tous ses gestes, ses mots, ses soupirs. Un jour, ils lui ouvrirent la porte de leur domaine, comme Amariel l'avait fait à Vouan pour l'Elfe jaune, et en firent l'une des leurs.

Parmi ce peuple enchanté du Grand Bec, il y avait autant d'hommes que de femmes; et la Femme de Cristal se lia d'amitié en particulier avec un homme, vaillant guerrier appelé Dorcumïn et qui avait des dons pour le chant et l'art de la lyre. On disait que dans les combats, étrange chose, il venait avec sa lyre et que son chant faisait jaillir, de ses cordes pincées, des rayons de feu qui transperçaient ou enserraient les ennemis, pareils à des liens de fer. Ils étaient de diverses teintes, selon la corde dont ils jaillissaient, et quand son cœur s'embrasait, tout l'arc-en-ciel était représenté. Mais il savait aussi se battre de son épée brillante, et de sa lance acérée!

À la Femme de cristal, le mariage était cependant interdit, si Captain Savoy ne le permettait pas, et elle n'osait lui dire cet amour, que d'ailleurs elle ne voulait pas, consciemment, regarder comme autre chose qu'une amitié douce et suave.

Captain Savoy n'en était pas moins au courant, la reine du peuple fée, 08-inspiring-wallpapers.jpgTëringmel, lui ayant tout révélé. Car cela n'avait pas échappé à son regard divin.

Mais Captain Savoy n'en parlait pas, laissant libre la Femme de Cristal, et attendant qu'une demande lui fût faite, par elle ou son prétendant.

On comprend que lorsque la Femme de Cristal fut adoubée, la fête eût été particulièrement grande, et que ses amis de la cité fée fussent venus en nombre, étonnant et réjouissant les Disciples de leurs chants merveilleux, redoublant l'éclat de la cérémonie précédente, où ils avaient été présents mais moins nombreux.

Le Noton bleu et le Démon des Glaces eurent aussi leurs invités propres, toutefois. S'ils ne s'étaient guère rendus dans la cité de Tëringmel, pendant les combats contre les hordes de Malitroc des amitiés s'étaient nouées, entre les guerriers, et les deux Disciples avaient de bons compagnons parmi les hommes et les femmes immortels qui présidaient à la destinée du Grand Bec. C'est aussi ce qui augmenta la fête et la joie.

Y assistèrent même des êtres jusque-là mal connus, auxquels s'était particulièrement lié, en secret et au cours de ses errances solitaires dans les profondeurs, le Noton bleu. Il s'agissait de Nains, armés d'argent et fiers.

Car il aimait à explorer les grottes et les recoins sombres de la montagne, et, un jour, il s'était rendu dans la cité aux mille diamants des Gnomes, serviteurs et amis de Tëringmel, mais vivant à part. Comme la Femme de Cristal pour les êtres fées de Tëringmel, il était devenu leur ami, et avait appris d'eux des secrets, des vishnu_by_obssydian-d7e93hc (4).jpgformules permettant de commander aux souffles des abîmes. Aussi leur roi, suivi de quelques-uns de ses proches, étaient-ils venus également à la fête, pour la plus grande joie de Captain Savoy, qui les reçut avec magnificence.

À la Femme de Cristal, Tëringmel confia un anneau orné d'un diamant qui jetait des feux étonnants, au Noton bleu, le roi des Nains offrit une amulette, se portant au cou, qui était un saphir également rayonnant, et muni de grands pouvoirs, qui lui permettraient de tenir sa mission de gardien occulte de Chambéry, plus tard. Il lui donna aussi un bâton de justice, qui serait son arme principale, et qui contenait, capté, le feu des étoiles, à ce qu'on raconte.

Quant au Démon des Glaces, il se contenta du don fait par les puissances d'en haut au cours de la cérémonie. Il n'en conçut, apparemment, nul dépit, aimant par-dessus tout la solitude. Mais plus tard, on le sait, il se lierait avec des Ogres des Bossons dont la volonté n'était point toujours pure. Toutefois lui-même ne déchoirait jamais, demeurant fidèle à Captain Savoy et à ses amis. Il en souffrit, éprouva des déchirements, mais répondit toujours présent lors des épreuves vécues par les Disciples, malgré les doutes que ceux-ci avaient, à son sujet. Il les démentirait constamment, ne semblant pas éprouver de peine à les apprendre, mais peut-être son cœur en avait-il des pincements secrets, des déchirures occultes.

Mais il est temps, ô dignes lecteurs, de laisser là cet impressionnant épisode, et de renvoyer à plus tard la suite du récit, qui présentera l'empressement de l'impatiente Amazone céleste à passer à l'action!

Les commentaires sont fermés.