05/11/2016

Captain Savoy et le salut des chevaliers du Léman

800px-pieter_bruegel_i-fall_of_rebel_angels_img_1455.jpgDans le dernier épisode de cette noble Geste, nous avons raconté comment, après un ultime assaut dont la puissance avait été formidable et dont l'énergie avait fait trembler l'univers, Captain Savoy avait été vaincu une nouvelle fois par le Fils de la Pieuvre et à grand-peine arraché à la mort par les chevaliers-fées de Nalinë, la dame du Léman. Or, ceux-ci firent diversion, et Captain Savoy et ses Disciples purent s'enfuir.

Le Fils de la Pieuvre, fou de colère en voyant cela, rugit, et ses sept monstres hybrides survivants se jetèrent à la suite de Captain Savoy. Ils étaient montés sur de drôles de machines leur permettant de voler, lorsque leur naissance ne leur avait pas donné d'ailes - et quand elles existaient, elles étaient de peau, comme celles des chauves-souris. Mais Captain Savoy se retourna et, de sa lance, fit jaillir des foudres qui les atteignirent, et brisèrent, à trois, les machines et, à deux, les ailes; il en restait deux, qui furent victimes de l'Amazone céleste et du Léopard des Neiges. La première fit jaillir de sa main un foudre, qui volatilisa l'espèce de cabine volante et ajourée dans laquelle s'était glissé un monstre au groin d'ours, le second bondit sur une étrange créature à tête de gorille et à grandes ailes de corbeau, planta son épée dans son cœur à la vitesse de l'éclair, s'appuya sur son corps pour sauter, et revint se placer sur le pont d'émeraude, tombant sur ses pieds, et aussi ses mains: car il lâcha au dernier moment son arme, pour mieux se recevoir, et sans dommage. Puis il la ramassa, et se releva, afin de se rendre à sa stature humaine.

Captain Savoy, de loin, le félicita, et le Léopard s'élança à sa suite; car il ne l'avait point attendu. Il poursuivait la confection de son pont de cristal vert, sur lequel il continuait à glisser. Son disciple griffu avait dû se poser sur un endroit demeuré en arrière, tout proche du bord qui se dissolvait mystérieusement dans l'air. Là, le pont n'avançait plus de lui-même, mais stagnait, avant de disparaître. Cependant, grâce à sa vitesse, le Léopard des Neiges eut tôt fait de rejoindre les autres, et la Houri alpine, qui l'aimait particulièrement, se tourna vers lui et lui marqua sa joie, par un signe de la main et une exclamation. Il en fut ému; il en ressentit du plaisir.

Pendant ce temps, Olosmel et ses guerriers, voyant que Captain Savoy et ses disciples étaient hors de portée du Fils de la Pieuvre, effectuèrent une ruse qui surprit celui-ci: d'un coup ils plongèrent tous, et leurs barges mêmes disparurent sous l'onde. Cela s'était fait en un éclair; ils s'étaient évanouis comme un songe. tumblr_mkc2wlp11V1r1oz3go1_1280.pngIls étaient soudain devenus des ombres. Or, ils nageaient dans les profondeurs sous la forme enchantée qui leur en donnait le pouvoir, qui leur donnait la possibilité de vivre dans l'eau comme les hommes mortels le font dans l'air.

Les Annéciens qui se tenaient sur les barges en furent stupéfaits. Et le monstre qui les commandait sentit, à nouveau, la rage l'envahir. Il balaya l'eau de sa queue, y plongea les bras, mais ce fut en vain: les chevaliers de Nalinë avaient bel et bien disparu. Seul demeurait l'Homme-Cygne, et il était loin: depuis les hauteurs du ciel, il scrutait le Fils de la Pieuvre alors que le soleil se couchait et que la lune se levait. Faiblement et mollement ses ailes battaient, afin de le laisser au même endroit. Il semblait paisible et tranquille, rasséréné d'être hors de portée, et nulle inquiétude ne se lisait sur ses traits. Les derniers rayons du soleil le poudraient d'un or qui, en se mêlant à l'argent de son armure, étincelait, et faisait de lui un être pareil à l'ange saint Michel. En se mouvant, ses ailes, semblables à deux flammes, traçaient autour de lui, depuis le dessus de sa tête que protégeait un heaume gemmé, jusqu'au dessous de ses pieds vêtus de bottes claires, comme un œuf de lumière manifestant sa nature astrale.

Lorsqu'il vit réussie la ruse des chevaliers de sa mère, qu'il connaissait et avait prévue, il s'envola encore plus haut. Il devint bientôt un point lumineux, duquel on voyait jaillir des feux: c'était ses yeux qui reflétaient la clarté des astres.

Par les hommes, l'Homme-Cygne fut confondu avec un météore, et on fit de ses yeux et de leurs flammes une chevelure. Les naïfs mortels s'étonnèrent, ils calculèrent sa trajectoire, et ils la prétendirent régulière et cyclique. Peut-être l'était-elle, et que les actions de l'Homme-Cygne obéissaient à des lois plus hautes, énoncées par les dieux; mais le héros aux ailes d'argent n'en avait cure: il agissait selon ce qu'il croyait juste.

Il n'ignorait pas qu'il existait des lois plus hautes, énoncées par les dieux; mais il n'en utilisait pas moins ses cd95ef6d79f737f1699b8386f6a0e105.jpgmembres comme bon lui semblait, et afin que leurs actions fussent belles, et dignes de l'éclat céleste que diffuse le tableau de la geste divine. Par ces mots, il désignait les étoiles, et les figures qu'elles formaient au firmament. Car plus l'action est juste, plus elle se conforme à l'action divine, et quand elle cesse d'être juste, un plan cosmique existe, qui crée des compensations par lesquelles l'ordre universel demeure respecté. Cela non plus, l'Homme-Cygne ne l'ignorait pas, et que l'être pensant qui agissait conformément à la volonté des dieux cessait d'agir en propre. Alors en reçoit-il une joie ineffable!

À l'œil semi-divin du génie de Genève, les figures célestes étaient des êtres réels, dont il entendait les chants et comprenait le langage. Il pouvait, ainsi, s'il le voulait, obéir à leurs commandements, et entrer dans leur chœur par ses gestes. Mais parfois il s'oubliait, écoutant d'abord son désir.

Or s'en fut-il éclairé par Orion, dont les étoiles perçaient l'azur, et que lui appelait Alar. Il se dirigea vers le nord, laissant la lune derrière lui - laissant luire ses cornes sur les flots du lac -, et parvint à Genève. Passant par les Pierres du Niton, porte du royaume des nymphes du Léman, il rejoignit sa mère et les siens.

Mais cet épisode se fait long: la suite, et le sort de Captain Savoy et de ses disciples, ne pourront être livrés qu'une fois prochaine.

Les commentaires sont fermés.