04/09/2016

Captain Savoy et la fuite salutaire

paintings ocean monsters waves thor storm legend fantasy art boats artwork warriors sailing sea_wallpaperswa.com_18.jpgDans le dernier épisode de cette geste par fragments, nous avons laissé Captain Savoy alors qu'il venait d'impressionner le Fils ignoble de la Pieuvre parce qu'il avait surgi des ruines de Châteauneuf, à Duingt, dans une éclatante lumière, qui semblait lui venir du ciel. La créature était effrayée à l'idée que les dieux le secourussent directement et l'eussent pris sous leur protection.

Captain Savoy s'élança vers le monstre à la vitesse de l'éclair, et le frappa de sa lance en pleine poitrine. Un coup de tonnerre retentit. Une vague monta, engloutissant les deux combattants, et la montagne trembla: un morceau de la Dent de Lanfon tomba, et des rochers roulèrent, dévastant les forêts de hêtres, détruisant les maisons. Les disciples et l'Homme-Cygne, ainsi que les chevaliers de Nalinë et les monstres hybrides, ne virent plus, pendant un temps, ce qui se passait. Les flots bondissaient autour des deux êtres grandioses, et les cachaient à la vue.

Enhardis par l'attaque glorieuse de leur maître, les Disciples retournèrent à l'assaut, et l'Homme-Cygne parvint à abattre, de son aile coupante, un autre monstre hybride, après lui avoir tranché les jambes: il jeta un foudre blanc, de ses mains, sur son visage, et il en fut mort.

Mais quand enfin le calme revint, et que les flots s'aplanirent, ils virent que Captain Savoy était sous le Fils de la Pieuvre. Celui-ci l'enfonçait dans les flots, et le projetait au fond du lac, puis le maintenait au sol - qui n'était point, à cet endroit, trop loin de la surface, à peine à vingt mètres. Et l'on voyait le monstre bondir et maarvellous-journy--992x510.jpgnon seulement tenter de noyer, mais de briser les membres de Captain Savoy sur les pierres qui tapissaient à cet endroit le fond du lac. À vrai dire on ne les voyait pas, ces pierres: mais le Noton bleu savait ce qu'il en était, lui qui maîtrisait les eaux et connaissait le lac par cœur, en était comme le futur génie, et il l'annonça aux autres. On voyait le monstre soulever des gerbes d'écume en bondissant sur le héros, et en le meurtrissant. Sous l'armure de gueules à croix d'argent les pierres, le sol se brisaient et Captain Savoy s'y enfonçait, y devenait enchaîné, et la proie des gnomes qui commandent au monde minéral.

La consternation fut immense, parmi les Disciples, et ils eurent bientôt le dessous, face à l'ennemi: à nouveau ils reculèrent. L'Homme-Cygne décida de réagir. Il s'élança et frappa une fois encore le Fils de la Pieuvre de ses foudres blancs. Il l'attaqua ensuite de ses ailes, mettant toute son énergie à le frapper sans relâche, ne lui donnant pas le temps de répliquer, et espérant offrir un répit à Captain Savoy. Il virevoltait autour de son ennemi, et allait si vite qu'il ne formait plus, aux yeux des autres, qu'une ligne lumineuse, une comète f7eacc1069f051e73b8d741340f8a83e.jpgblanche piquant son ennemi de traits fulgurants, qui créaient sur sa peau cuirassée des gerbes d'étincelles, ou de la fumée, lorsqu'il parvenait à l'entamer. Et quelques gouttes de sang noir jaillirent, de coupures accomplies par ces ailes.

Les chevaliers de Nalinë sautèrent sur l'occasion. Faisant bondir leurs barques, ils se rendirent auprès de l'autre rive où se déroulait cette bataille, et, plongeant, ils arrachèrent Captain Savoy de dessous le pied du monstre, en piquant ensemble celui-ci de leurs épées: et ce fut dix coups qui furent donnés au même moment, et le pied allégea sa pression, et trois chevaliers-fées, génies armés du lac Léman, purent saisir et soustraire le héros à la force du Fils de la Pieuvre et à l'emprise des gnomes du sol lacustre.

Ils revinrent, et déposèrent Captain Savoy sur leur maître esquif, où se tenait le capitaine Olosmel, qui guidait les chevaliers de Nalinë dans leurs combats, et était d'une haute origine, et avait accompagné la Dame du Léman dans tous ses voyages et combats, et était comme son garde du corps. Il n'était pas né sur Terre, il faut le savoir; mais il y vivait, et assumait pleinement et vaillamment son rôle. Captain Savoy, qui avait sombré dans l'inconscience, bientôt revint à lui, et Olosmel lui annonça qu'il allait faire diversion, et couvrir sa fuite nécessaire, avec ses Disciples.

Cependant, les chevaliers couvraient de flèches le Fils de la Pieuvre, pour donner à l'Homme-Cygne le temps de s'enfuir et de reprendre son souffle. Il revint vers Olosmel, et ce que celui-ci avait décidé lui fut annoncé, et il en fut d'accord. Il était impossible de résister à l'assaut de ces monstres et surtout de leur chef, de leur prince et père, l'ignoble Fils de la Pieuvre. Les chevaliers de Nalinë devaient avant tout donner à Captain Savoy et à ses Disciples la possibilité de se sauver et de rejoindre indemnes leur base du Grand Bec, où ils pourraient se protéger et songer à une revanche. Dans l'immédiat, l'ennemi ne pouvait être vaincu.

Las et sombre, et la mort dans l'âme, Captain Savoy ne put pas rejeter cette offre, car il voyait bien que rien 29be1f3f705af9c21bc89ea8c9f8db8d.jpgd'autre pour le moment n'était possible.

Olosmel donna ses ordres, et l'Homme-Cygne vola auprès des disciples, pour qu'ils fussent prévenus. Il les aida à repousser les monstres qui les assaillaient, et les guerriers d'Olosmel se jetèrent sur eux tous d'un coup, feignant de jeter leurs dernières forces dans un ultime assaut.

Les guerriers qui par leurs traits maintenaient occupé le Fils de la Pieuvre furent appuyés par deux nouvelles barges de soixante hommes chacune, et Captain Savoy, voici! traça dans l'air un pont d'émeraude, et s'en fut, glissant dans le ciel sur ce fil de lumière durcie, accompagné de ses Disciples, même si ceux qui volaient ne faisaient qu'y poser le pied de temps en temps.

Mais cet épisode est suffisamment long pour aujourd’hui, ô mes lecteurs chéris! La prochaine fois nous verrons comment s'en sortirent les chevaliers de Nalinë, et ce que devinrent Captain Savoy et ses Disciples.

Les commentaires sont fermés.