29/06/2014

Les sources cosmiques de l’égalité

liberte-egalite-fraternite.jpgLes sociétés humaines s’appuient sur des principes éthiques, tels que la liberté, l’égalité, la fraternité, ou d’autres encore, mais la science de l’Occident moderne ne dévoile pas où ils se trouvent appliqués dans la nature. Cela pose à mes yeux un grave problème, car dans la réalité, les hommes n’agissent pas selon de beaux discours, mais selon des modèles qui leur sont proposés, notamment au cours de leur éducation, par ceux qui se posent comme parlant du réel: les savants. Le résultat est que l’égalité apparaît comme une jolie fable, un ornement de discours, destiné à justifier des actions qui vont en fait dans le sens d’intérêts privés. En France, par exemple, on s’en sert pour donner des excuses au pouvoir central lorsqu’il supprime des libertés locales - telle que le droit de parler la langue qu’on veut, ou d’enseigner l’histoire régionale; or, le but, dans un ordre naturel dominé par l’esprit de compétition, peut être simplement d’imposer la volonté de Paris.
 
Il ne suffit pas, cependant, de critiquer cette espèce de nihilisme caché, car en soi l’égalité est assez File0012.jpgressentie comme bonne pour qu’on ne justifie pas, de ce que la science moderne ne dit pas où elle la voit dans l’univers, sa suppression de principe, et son remplacement par la loi du plus fort. La tendance existe en Amérique; mais en Europe, on ne s’en satisfera pas. Il faut aussi, par conséquent, dire, à la fin, où l’égalité existe, au sein du cosmos: dans quelle partie. Or, les anciens l’ont dit, avec raison: le soleil brille pour tout le monde; et ce n’est pas un simple hasard, dont la science ne puisse rien faire: il s’agit bien d’un fait objectif, et constitutif. Là est la source du sentiment d’égalité: dans l’idée que ce fait, le soleil brille pour tout le monde, peut être érigé en principe!
 
Il doit l’être, si on veut développer l’égalité sociale: ce fait est le germe à partir duquel on peut créer un ordre nouveau. Car celui-ci ne saurait être établi à partir du néant, simplement parce que quelques-uns l’ont décidé, ont pensé pouvoir imposer leurs lubies - miraculeusement, à une nature qui n’en veut pas! Il faut partir d’une base.
 
Mieux encore, l’égalité en devient précisée dans son contour, et on sait, si on observe le fait même, comment la développer socialement: à cet égard, la confusion, entretenue par ceux qui s’en servent pour leurs intérêts propres, s’arrête.
 
En effet, le soleil brille pour tout le monde, mais pas de la même façon: l’égalité n’empêche pas la diversité, elle ne contraint pas à l’uniformité. Pour certains, il brille six mois de suite, pour d’autres, il nc1a015cd.jpg’y a jamais d’écart de durée entre le jour et la nuit. Et puis il existe des régions où les nuages sont plus ou moins nombreux: on ne peut pas l’empêcher. L’égalité ne doit donc pas devenir une obsession, même s’il est souhaitable que ceux qui ont trop de soleil se protègent de ses rayons, et que ceux qui n’en ont pas assez disposent de moyens de répercuter sa lumière, afin de ne pas rester dans l’obscurité: ne serait-ce qu’en s’autorisant à voyager au soleil, comme on dit!
 
Il apparaît, également, que le jour doit être continuellement tempéré par la nuit, ou sporadiquement par des nuages, et qu’il est mauvais de s’éclairer à tout bout de champ, que l’homme a besoin de repos, d’obscurité.
 
En outre, le spectre des couleurs, existant dans la lumière, rappelle que, au point de vue culturel, aucune couleur ne doit prévaloir, qu’aucune n’est la lumière même. Car la diversité s’exprime aussi par ce biais. Ce qui importe, certes, est l’éclat de chaque couleur; mais la teinte qu’a chaque culture rappelle qu’aucune tradition n’est mauvaise en soi, puisque toutes contiennent un reste de lumière. Le principe d’égalité bien compris amène donc à approuver la diversité culturelle, et à consacrer la liberté individuelle sous ce rapport; mais il amène aussi à la fraternité, puisqu’il s’agit également d’aimer toutes les formes de culture, toutes les teintes que peut prendre la lumière dans la société - ou sur terre. Car il n’y a pas réellement de solution de continuité entre la biodiversité et la diversité culturelle: 69667ec9.jpgla même force qui a agi dans la nature sensible se poursuit dans l’âme humaine. Teilhard de Chardin parlait, à cet égard, pour les langues, de début de spéciation: la force qui les créait était la même que celle qui avait créé les espèces animales au cours des temps. Elles restent, certes, dans la sphère humaine; mais lorsque cette force quitte l’animal pour entrer dans l’humanité, elle crée les peuples, les langues, les cultures.
 
C’est donc bien en partant de ce qui, dans l’univers, applique le principe cosmique d’égalité qu’on peut non seulement évaluer sa légitimité sociale, mais aussi le comprendre et l’appliquer de façon correcte. Si on continue à dire qu’il émane de la pure subjectivité humaine, on ne pourra plus le développer; les politiques apparaîtront comme des orateurs creux, car on leur attribue de moins en moins la capacité à faire des miracles!

21/06/2014

Captain Savoy et le souvenir de l’Homme-Cygne

arch-angel.jpgDans le dernier épisode de cette incroyable série, nous avons laissé Captain Savoy, gardien de la Savoie occulte, au moment où, venant d’avoir vaincu la grande Pieuvre, il avait vu, de son ventre immonde, surgir un monstre abominable, que sa lance enchantée n’entama pas quand il lui en donna un coup, et qui, en retour, lui en asséna un qui pour lui fut terrible.
 
À ce moment Captain Savoy fut envoyé à plusieurs dizaines de mètres, et il tomba dans le lac. Or, ayant à demi perdu connaissance, il sombra dans ses profondeurs, alourdi par le poids de son armure. Vaguement perçut-il une obscurité grandissante; et il se crut perdu. Car il était incapable de faire le moindre geste.
 
La gueule d’un autre monstre encore sembla s’ouvrir pour l’engloutir, et il reconnut non plus le fils de la grande Pieuvre, mais sa mère - l’abomination qui dort au fond du lac, et que Dal le héros de lumière a jadis enchaînée: fils des dieux, il avait reçu cette tâche d’en haut, et de son épée et de sa vaillance il l’avait domptée; alors put-il se marier avec la dame du Lac, la noble Nalinë! Car elle avait demandé aux puissances célestes de l’aider, contre sa rivale effroyable. 
 
Plus tard, on le sait, elle envoya son époux à la mort, en exigeant de lui qu’il lui ramène l’étoile tombée des cieux; mais c’est une autre histoire, qui sera racontée un autre jour. 
 
Si ses chaînes empêchaient le monstre de se mouvoir et d’affleurer à la surface, si elles le contraignaient d’enfanter à cette fin des copies inférieures de lui-même, il pouvait néanmoins dévorer ceux qui passaient à proximité. En quelque sorte la force de volonté de son petit-fils poussait Captain Savoy, fils spirituel de Dal, vers sa bouche dévorante! Une vengeance s’exerçait, dans cet abîme…
 
Mais à ce moment, un éclair surgit: le Captain vit une guerrière revêtue d’une armure argentée, 1385106_624946890882399_1473804489_n.jpgéclatante de blancheur, asséner de sa lance un coup au monstre - et il reconnut en elle sa propre épouse: c’était Adalïn. Elle le regarda, alors, et lui ouvrit complètement les yeux, qu’il tenait jusque-là à demi fermés, en concentrant sa force psychique sur lui. Et voici! en lui la clarté se fit, il se sentit revigoré, et il s’élança à la surface, échappant à la gueule immonde qui avait été brièvement fermée et repoussée par l’immortelle. Il parvint à l’air libre, et respira; la conscience acheva de l’inonder de sa flamme, et il se demanda où était Adalïn, sa bien-aimée. Il s’apprêtait à regarder sous l’eau, quand il vit surgir, dans une gerbe d’écume, une étoile - née du lac même, et bondissant vers le ciel, prenant en particulier la direction de la lune, qui s’était levée.
 
Or, dans l’éclat de cette boule de feu, il vit, en vérité, sourire sa tendre épouse! Elle était assise sur une sorte de grand aigle doré, un phénix, dont les ailes étendues semblaient être deux flammes traversées d’éclairs! Il montait, et bientôt il se perdit dans les hauteurs: il ne fut plus qu’une étincelle devant le croissant d’argent - avant d’y disparaître. Ainsi Adalïn était-elle venue - sans doute à l’insu de son père - le sauver en dernière instance; mais, craignant la justice d’Ordolün, qui lui avait ordonné de rester dans son royaume, elle était vite repartie vers le ciel.
 
Cependant, il crut entendre sa voix, dans son cœur; elle lui disait: Il faut en appeler à l’Homme-Cygne! Sur le moment, il ne comprit pas ce qu’elle voulait dire; et puis il se souvint. Il y a longtemps - dans ce qui lui paraissait à présent une autre vie, avant qu’il ne se rende dans le royaume d’Ordolün et n’y s’unisse à sa belle -, il avait rencontré, au-dessus des montagnes du Chablais, non loin du lac Léman - où, il le voyait encore, le soleil posait alors son or vespéral -, un homme qui avait des ailes blanches, cristallines, éblouissantes, et qui volait dans les airs.
 
Oh! la rencontre d’abord s’était bien mal passée. Car Captain Savoy revenait d’une visite qu’il avait Grand_Bec_-_3000x2000 (1).JPGrendue au Génie d’or, gardien secret de Paris, capitale de la France, et il s’apprêtait à rejoindre sa base mystérieuse située sous la montagne du Grand Bec, en Tarentaise, lorsqu’il croisa ce héros inconnu, dont les pouvoirs ne devaient rien à l’art des hommes, puisque ses ailes étaient naturelles sur son dos. Toutefois étaient-elles pareilles à des flammes de neige, et Captain Savoy reconnut en elles l’art des anges, qu’ils exercent sur les enfants alors qu’ils demeurent dans le ventre de leur mère - ce que les mortels appellent mutation évolutive, dans leur grande naïveté. Il devait l’apprendre un peu plus tard, cet Homme-Cygne était né de la Dame du lac Léman, laquelle avait la faculté de se changer en cygne, et qui vivait sous les eaux transparentes, en un palais auguste. Jadis s’était-elle unie à un homme connu pour sa grande probité en la ville de Genève, et il en était né cet être, à demi immortel; elle l’avait montré à son père lorsqu’il avait atteint une certaine maturité, lui demandant de lui enseigner ce qui était le propre des hommes mortels; puis, partagé entre ses deux origines, vivant entre deux mondes, il était devenu le protecteur secret de la cité de Calvin. Il agissait au nom de son ange, et par sa mère il le rencontrait souvent; mais il avait aussi une vie parmi les hommes. Pour le moment, néanmoins, Captain Savoy ne savait rien de lui: il ne le connaissait pas.
 
Ce qu’il advint alors ne pourra néanmoins être dit qu’une fois prochaine.

13/06/2014

Le salut par l’État

jesus.jpgAu lien héréditaire, purement physique, l’État oppose souvent un lien rationnel, reposant sur le libre choix. Il se présente ainsi comme libérateur; comme délivrant d’une fatalité. L’idée d’ascension sociale renvoie à cela: elle vient de l’ancienne Rome. Le concept de cité a été créé quand des lois abstraites ont paru pouvoir s’imposer aux mécanismes génétiques. On a ainsi vu apparaître l’adoption: le lien légal remplaçant le lien familial.

En apparence, cela n’est pas sans rapport avec la parole de Jésus selon laquelle Dieu pouvait, s’il le voulait, faire d’une pierre le fils d’Abraham: la filiation devenait spirituelle. Néanmoins, chez les Romains, cette sorte de miracle était limitée à une pensée humaine consacrée par une autorité: on pouvait, si la Cité l’acceptait, faire de Brutus le fils de César; mais l’autorité de Rome n’était pas assez grande pour faire d’un rocher le fils d’Abraham! Elle ne s’imposait pas à la nature, jugée invincible…

Pour le Christ, la citoyenneté s’étend au fond à l’ensemble de la création. Le rocher a un lien avec l’homme, par le biais des os, de ce qui fait d’un homme un être minéral. Il s’agit désormais d’humaniser jusqu’à cette strate de l’existence, laissée jusque-là aux forces extérieures.

Comme l’intellect reste pour ainsi dire dans la partie éclairée qui est la partie aérienne, ne pénétrant l’eau qu’avec difficulté et reculant devant l’obscurité de la terre, l’être humain se dit que le roc est dénué d’âme, et que son corps dans sa partie physique, minérale, est dans le même cas, que créer la civilisation revient par conséquent à s’en affranchir - à s’en dégager.

Teilhard de Chardin, en disant que le but de l’humanité était de s’unir finalement au reste de la création, avait perçu que le Christ pénétrait les apparences physiques jusque dans leur profondeur. François de Vision_des_Ezechiel_von_der_Auferstehung_der_Gebeine_deutsch_17Jh.jpgSales aussi admettait que Dieu était en réalité autant dans le rocher que dans l’étoile, qu’il était simplement plus difficile à l’âme humaine de l’y distinguer. Mais la prophétie qui éveillait jusqu’aux os ne renvoyait pas à l’image de squelettes envahissant la Terre; il s’agissait de dire que l’os serait lui-même transfiguré, deviendrait la base d’un corps glorieux. Au-delà du gouvernement unique, de l’État absolu, l’humanité devait donc s’unir au monde en abattant les murs qui se dressent entre la nature et la culture - comme on dit.

Qu’un État donne la possibilité de s’arracher au lien héréditaire, de changer de langue principale, d’évoluer dans un groupe qui dépasse celui dont par l’hérédité il est issu, on ne peut nier que cela représente un progrès; le modèle romain était en soi éminemment beau. Virgile affirme qu’Énée, le héros fondateur, avait été envoyé par les dieux pour délivrer les peuples du joug de leurs rois et créer une république libre, et universelle. Le christianisme installé à Rome est venu le clarifier, mais en même temps il s’est peu à peu limité à l’idée romaine même. Il en est précisément résulté la conception qu’on a de l’État en France, unitaire, centralisée, mais limitée à l’humanité, n’ayant somme toute rien à voir avec les forces de la nature, bâtissant sur les seules puissances de l’intelligence.

Remarquons les limites de cette idée. D’abord, le lien héréditaire peut en réalité se confondre, au-delà des apparences, avec les lois officielles: une oligarchie qui se perpétue impose ses principes, sa conception de ce qui est juste, à une population abstraitement regardée comme soumise; sous couvert d’universalisme, une ethnie dirige les autres. Et lorsqu’elle résiste à un État fédéral de plus vaste envergure, qu’elle fait valoir son attachement à la nation, entend se distinguer des pays voisins sous prétexte de la supériorité de son modèle, l’idée universelle est clairement battue en brèche; l’orgueil l’emporte. Dès lors toute évolution est compromise, bloquée par un lien héréditaire qui ne dit pas son nom - en se réfugiant derrière des considérations théoriques, générales. C’est de cela aussi que le catholicisme fut accusé, quand il semblait défendre avant tout les Latins, perpétuant le règne des anciens Romains au lieu de le laisser irriguer par la tradition allemande.

L’individu ne peut plus alors s’unir à l’humanité entière: il est contraint par les frontières, qui deviennent un poids. Mais il faut avouer qu’un gouvernement mondial fait peur, parce qu’il n’a pas de butée: au-delà de l’humanité, n’est que le vide. Un gouvernement mondial qui ne propose pas d’entrer en relation avec l’âme de l’univers apparaît comme se tenant au bord du gouffre. Lorsqu’on croyait aux 2001e.jpgMartiens, l’idée était possible; à présent, elle apparaît comme délirante. Le groupe se pense par rapport à ce qui lui est antagoniste, et avec lequel il peut entrer en relation; mais l’humanité prise comme un tout ne peut entrer en relation qu’avec les anges, avec les esprits qui gouvernent la nature. Or, cela fait peur à l’agnosticisme, mais aussi aux religions traditionnelles, qui voudraient en quelque sorte ne relier Dieu qu’à l’humanité seule, sans intermédiaire, et ne se conçoivent pas comme dialoguant avec lui: il leur semble absolu. Ils en restent donc à la nation, seule à même de discuter avec d’autres entités incarnées. Marque de matérialisme, qui prive encore de liberté.