30/01/2014

Momulk et l’Elfe Jaune parmi les Fées

970603_10151541711568105_840336009_n.jpgDans le dernier épisode de cette série mouvementée, nous avons laissé l’Elfe Jaune au moment où il venait d’être lâché par Momulk, lequel l’avait tenu de sa ferme poigne jusqu’à ce qu’une pointe d’or dépasse sous ses yeux de son épaule droite, enfoncée par la reine des fées de Vouan Amariel par l’omoplate. Elle avait été appelée par l’Elfe: il en avait reçu le pouvoir de Captain Savoy.
 
Une telle blessure n’avait encore jamais été infligée au monstre vert, métamorphose de Mirhé Maumot: il en fut comme stupéfait. Pour la première fois une peur se lut dans ses yeux.
 
Il voulut se retourner pour voir qui l’avait frappé, mais déjà la belle reine des fées était passée devant lui, suivie de ses nymphes, qui étaient moins grandes qu’elle, mais vaillantes aussi, et pas moins magnifiques, dans leurs armures d’argent.
 
Amariel était majestueuse; elle rappelait l’antique déesse Diane, ou Minerve. À son image, elle avait au frminerva_spranger.jpgont, à la naissance des cheveux, un croissant d’argent qu’ornaient des diamants luisants. Ses yeux étincelaient, et un éclair courait le long de ses sourcils blonds. Elle portait une cuirasse renforcée d’écailles brillantes, également d’argent. Ses longues bottes dorées remontaient au-delà de ses genoux, et une courte robe de soie bleue flottait, attachée à sa taille par une ceinture blanche, dont le nœud laissait tomber deux pans. Elle tenait à la main un long poignard dont la garde était ornée de pierreries, et déjà une de ses suivantes lui donnait un nouveau javelot, qu’elle prit de l’autre main. Ses cheveux blonds volaient derrière son crâne comme une flamme, bien que le vent fût doux; on eût dit qu’ils étaient animés de sa propre fureur.
 
Or, Momulk eut alors une réaction des plus étonnantes: la beauté de ces êtres, et en particulier de la reine, éveilla visiblement en lui un souvenir enfoui; son œil s’alluma, et il demeura coi.
 
La belle Amariel alors parla: Hé bien, monstre, tu ne dis ni ne fais plus rien? Mon petit javelot t’a-t-il meurtri à ce point? fit-elle. Momulk tenta de répondre: Belle… fée… Étoiles… faites… femmes…, l’entendit-on prononcer obscurément.
 
L’Elfe Jaune lui aussi avait été frappé par la beauté de ces immortelles, la première fois qu’il les avait vues - et encore aujourd’hui il en était charmé, comme ébloui, le souvenir ne rendant qu’à peine le vif éclat qui les ceignait; aussi comprenait-il ce qui se mouvait en Momulk. Elles le comprirent aussi, ayant déjà eu l’occasion de constater l’effet qu’elles produisaient sur les mortels auxquels elles se montraient. Soudain, la clarté, la lumière qui s’exhalait d’elles avait rejeté dans les ténèbres profondes - à la faveur aussi du choc du javelot - le mauvais esprit qui était dans le monstre vert, et laissé la conscience de Mirhé Maumot revenir un tant soit peu à la surface, fait place à une part de son esprit véritable, jusque-là totalement exilé dans les limbes.
 
Elles s’approchèrent, Amariel à leur tête. Et quand celle-ci prit en main le javelot qu’elle avait enfoncé dans sa chair en passant derrière lui, comme subjugué par elle, et soumis à son parfum, il la regarda, 426px-pallasetlecentaure1.jpgd’un air effaré, sans rien faire. Elle retira le trait de son épaule - et il glissa sans effort, étant enchanté, et pouvant comme se dématérialiser en partie, ou à volonté s’assouplir.
 
Ô Momulk, fit alors la reine immortelle, tu as du bon en toi: tu perçois encore, au fond de ton abîme, la beauté des filles de la Lune! Tu n’es pas totalement perdu, pas complètement damné! Viens dans mon royaume et nous te soignerons, t’apprendrons de nouveau l’humanité, ramènerons ton esprit enfoui à la surface, si nous le pouvons: nous possédons pour cela des remèdes!
 
Momulk ne dit rien, mais il sembla plus adouci encore, comme s’il approuvait ce qu’il venait d’entendre, comme s’il en ressentait du plaisir, comme si la perspective de se rendre dans ce pays merveilleux apportait en lui un immense souffle d’air frais. Il parut heureux, et on s’attendait à ce qu’il accepte l’invitation. De fait, il fit entendre un faible: Oui, au sein d’un vague grognement. - Bien! dit Amariel, et les nymphes qui l’entouraient esquissèrent un sourire. Et toi, Elfe Jaune, qui nous as appelées, veux-tu venir aussi avec nous, afin de surveiller le monstre, au cas où sa fureur se déchaînerait à nouveau, et parce que ton maître Captain Savoy t’a demandé de t’occuper de lui? Nous t’y invitons pareillement.

L’Elfe Jaune écouta ces paroles avec émotion: la voix de la reine de Vouan était d’une douceur ineffable, et en même temps une autorité profonde l’habitait. Qui eût pu lui dire non, même parmi les hommes qui avaient acquis une nature d’elfe, de génie, de demi-dieu, étaient, comme lui devenus, par la grâce d’entités cosmiques grandioses, égaux aux immortels? Il dit, d’une voix claire: Oui! La reine alors sourit. Et énonça: Hé bien, allons-y! Ses nymphes rirent.
 
L’Elfe Jaune brièvement se demanda pourquoi.
 
Mais la suite ne pourra être narrée qu’une autre fois.

08:56 Publié dans Momölg | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.