03/10/2013

Une visite au Palais royal de Phnom Penh (II)

20081228xr.jpgJ’ai évoqué la dernière fois le début de ma visite du Palais royal de Phnom Penh; en voici la suite et la fin.
 
Au sud de l’aire carrée où luisent aux yeux les fresques du Reamker, je pus contempler la statue du roi Norodom: elle était belle, riche, fine. La splendeur des princes modernes apparaît dans un style plus occidental que les mystères de Râma et de Sîta!
 
Puis je me dirigeai vers la Pagode d’Argent - contenant, comme à Bangkok, le Temple du Bouddha d’Émeraude. Or, on y trouve d’éblouissantes merveilles. Maintes statues du Bouddha créent tout un peuple d’hommes divins! Mais la facture en est très diverse. Indéniablement, une statue de Maitreya en or et en diamants domine les autres par sa beauté. Elle m’a bouleversé. Elle représente le Bouddha de la fin du monde, celui qui doit emmener les hommes vers la cité idéale. Il a les deux mains ouvertes, paumes tournées vers l’avant, coudes repliés, comme pour indiquer le chemin, que lui-même représente; il brille à l’horizon. Il accueille ceux qui passent par lui, et dans le même temps il est le gardien d’une ultime porte. Quand on songe que Maitreya est censé vivre maitreya1.jpgactuellement parmi les hommes, n’étant pas encore devenu Bouddha, et étant seulement Boddhisattva, on est saisi d’un saint effroi. Où est-il? Quelle forme a-t-il pris? Me connaît-il? Est-il près de moi? Veille-t-il sur les pas que j’accomplis en cette vie? Comment puis-je le reconnaître? Car cette statue, naturellement, le représente tel qu’il sera. L’or montre déjà son corps de lumière! Et les diamants, les astres qui le sertiront…
 
Le plus incroyable est les endroits où ces joyaux sont placés. Ils sont nombreux. Mais le visage attire forcément l’attention. L’air de sérénité joyeuse ne vient pas seulement du sourire énigmatique - qui est celui des voyants pour qui le monde spirituel n’a plus de secrets et qui peuvent ainsi en saisir l’essence pleine d’amour, celui aussi qui était déjà présent sur le visage sculpté de Pharaon, au sein de l’ancienne Égypte. Non: car les yeux faits de pierres scintillantes donnent à l’être qui les porte un air vivant, qui annoncent celui qu’il possèdera à la fin du monde, lorsqu’il sera devenu pareil à un dieu. Son corps même n’est qu’un voile: une enveloppe ouvrant sur la lumière, une clarté pleine d’âme et où des étoiles se meuvent - et cela explique l’apparence de cette statue.
 
Sans doute, on pourrait s’ébahir du prix représenté par cet or et ces diamants, et dissimuler sa jalousie sous l’invocation de la charité en se plaignant de la pauvreté du peuple qui a nourri de ses impôts la confection et l’entretien de cette œuvre magistrale; mais il ne faut pas tomber assez dans le matérialisme et le philistinisme pour oublier que ces matériaux étaient les seuls qui pussent créer un reflet fidèle de l’être de Bouddha Maitreya! Là était le but, et non de faire dans une ostentation profitable au pouvoir royal, comme on pourrait croire; et cela, même si la justice du roi entouré de Cambodge 2008 Phnom Penh Palais Royal 00010 (18).jpgbrahmanes est bien censée permettre aux simples mortels d’atteindre la cité sainte que garde à ses portes cet homme du futur éblouissant.
 
Je dois dire qu’après la rencontre de cette statue, je crus avoir vu le plus beau de ma visite. D’ailleurs, elle était presque finie. Il n’y avait plus qu’à admirer les stupas contenant les cendres des princes, et arborant, sur sa surface, l’ornement de jolies petites sculptures. Et, face à elles, je songeai à ceci que ces cendres étaient près du Bouddha et du Temple, mais orientées vers le ciel, le stupa poussant de sa ligne élancée les esprits vers les étoiles. Il est important de donner un sens aux formes; cela n’a rien d’anodin, d’interchangeable.
 
Je dirai pour finir que le Palais Royal de Phnom Penh n’est pas seulement un agrément pour les yeux, ou bien une curiosité éveillant la réflexion, mais aussi une expérience intérieure pleine et intense, un sanctuaire dont le roi est la divinité principale. Il atteste du rituel qui entoure la vie de sa famille, et du sens sacré que chacune de ses actions: il témoigne du rôle qu’a le roi de montrer non sa richesse propre, mais le chemin que doit suivre, pour être digne de sa destinée, le peuple qu’il protège. Il montre l’horizon, où le Bouddha est semblable à un astre. Le long de la route, d’un côté on voit les figures mythologiques du Reamker, de l’autre, les membres illustres de la dynastie des Khmers. Entre l’image de l’autre monde - celui des légendes, du rêve -, et l’image de ce monde-ci - celui de l’histoire -, est l’harmonieux sentier menant à la perfection. Et entre la religion et le trône, le lien se fait par l’art, qui pour tout homme crée le pont menant aux cieux!
 
[Note: l'image de Maitreya ici placée n'est pas celle de la statue à laquelle je fais allusion dans l'article, d'une facture différente, plus sobre, mais dont je n'ai pas pu trouver de reproduction.]

Les commentaires sont fermés.