01/09/2013

Saint Louis et la voie des sept teintes

silent-river-night-fantasy-landscape-image-8.jpgDans le dernier épisode de cette très curieuse série médiévale et fantastique, j’ai dit que la figure luisante de saint Germain d’Auxerre s’était présentée au rendez-vous qu’elle avait fixé, puis avait invité saint Louis et ses six compagnons à entrer dans l’eau de la fontaine qui jaillissait à proximité, afin de venir sur la rive où lui-même se tenait, et pour l’y suivre.
 
Or, voici qu’ils descendirent la berge et pénétrèrent dans l’eau, qui sembla s’écarter à leur passage. Ils remontèrent alors de l’autre côté. Aussitôt furent-ils frappés par l’éclat du gazon de cette autre rive: on eût dit de l’or, et les fleurs qui le parsemaient étaient pareilles aux pierres précieuses.
 
Les sept aperçurent le saint à l’orée d’une forêt en apparence identique à celle de Vincennes, mais qui en réalité était étrangement imprégnée d’une lumière douce et dorée, de nature magique, ainsi que bientôt cela leur apparut. 
 
C’était comme si le feuillage des arbres filtrait la lumière en l’accroissant, délivrant une clarté d’émeraude dans le bois immense. Cependant, il mêlait des teintes fantasy forest hd wallpaper.jpgrouges, blanches, jaunes, mauves, bleues, provenant des fleurs ou des fruits qui étaient suspendues aux branches, ou qui, au sein des clairières, constellaient le sol même.
 
L’être merveilleux qui les attendait passa sous la voûte des arbres et s’enfonça dans ce bois - surprenant les chevaliers par sa vivacité et son allure: bien qu’à cheval, ils avaient peine à le suivre. Ses pieds pourtant ne semblaient pas faire de nombreux pas; il glissait au-dessus du sol, comme porté par un air invisible, un flux subtil dont ils voyaient toutefois luire quelques lignes ondoyantes plus épaisses que les autres, et que marquaient à son passage de légères étincelles. 
 
Parfois, même, le saint était si rapide qu’il donnait le sentiment de passer instantanément d’un lieu à un autre!
 
Souvent pensèrent le perdre de vue les chevaliers; mais, d’une part, il laissait derrière lui une lueur, laquelle s’étirait à la façon d’un fil qu’ils pouvaient suivre; et, d’autre part, même quand ils le croyaient Solcum.jpgloin, et hors de portée de leurs yeux, soudain il apparaissait devant eux, au-devant d’un fourré, ou d’un tronc, les attendant! Puis, après avoir brièvement souri, voici! il reprenait sa route.
 
Or passèrent-ils dans des lieux que jamais ils n’avaient vus, bien qu’ils crussent connaître la forêt de Vincennes par cœur. Leur course fut si effrénée que, dans leurs yeux, les feuilles, les fleurs, les fruits, les rivières, les daims, les cerfs, les oiseaux, les clairières se mêlèrent: ils ne virent bientôt plus qu'une superposition de lignes colorées, luisantes, qui s'ordonnèrent peu à peu en sept teintes distinctes - devenant un arc-en-ciel sur lequel ils galopaient, tandis que l'air autour d'eux était devenu un nimbe doré dans lequel ils ne distinguaient plus rien.
 
Leur guide enchanté perdit alors ce qu’il avait conservé de l’apparence de saint Germain, pour devenir un être de lumière, tout semblable à une étoile. Ses membres même ne purent plus être distingués. Ils aperçurent aussi, sur les côtés de l'arc-en-ciel dont ils suivaient les lignes colorées, des êtres étranges - tout semblables à des guerriers à l’armure brillante, à l’épée nue, au bouclier brillant. Ils avaient l’apparence de gardiens de la route, et les suivaient de leurs yeux étincelants. Mais ils allaient allait trop vite pour qu'ils fussent sûrs de ce qu'ils pensaient voir, ces guerriers se mêlant aux couleurs comme à une brume.
bodhisattva007.png
Soudain ils s’arrêtèrent: l’être lumineux, devant eux, avait repris une forme accessible à leurs sens; il était appuyé sur son bâton, devenu une baguette de lumière solide - de feu cristallisé. Il les regardait d’un œil malicieux. Autour de lui était une clarté qui empêchait de voir ce qui se tenait derrière.
 
Ils ralentirent leur allure, et, lorsqu’ils furent à sa hauteur, il se tourna de l’autre côté, et leur montra un pays: celui dans lequel il avait cherché à les emmener! Car les teintes et les lignes s’étiraient désormais en formes distinctes.
 
Les Sept furent émerveillés: ce royaume était d’une beauté fantastique. Il passait tous les mots ordinairement utilisés par les mortels dans leurs faibles langues.
 
Cependant, le moment est venu de finir cet épisode: la description de cette terre enchantée ne pourra avoir lieu qu’une autre fois.

Les commentaires sont fermés.