24/06/2013

Le départ de saint Louis

statue--saint-germain-vert-le-grand.jpgDans un épisode précédent de cette curieuse série, j’ai dit qu’un être étrange - semblable à saint Germain d’Auxerre, mais lumineux, brillant - avait surgi auprès d’une fontaine de la forêt de Vincennes pour demander au roi saint Louis - qui chassait dans ces lieux - de l’accompagner avec ses hommes dans son mystérieux royaume pour l’aider contre un monstre surgi des profondeurs, fils d’une sorcière et d’un géant mort!
 
Or, à ces mots, le roi vaillant répondit: - Voyons, comment hésiter? Tes paroles à mon cœur portent l’accent de la vérité. Mon ange me souffle que tu ne mens en rien, dans tout ce que tu dis. Je le vois, il me sourit, et me fait signe: il m’encourage à te seconder dans ton combat - et à te suivre, avec mes chevaliers de France, dans ton mystérieux royaume, pour guerroyer et affronter ce monstre qui vous assiège et vous tourmente, dussé-je en perdre la vie! - Tu parles noblement, répliqua l’être étrange. À présent, je te demande d’aller chercher tes preux hommes, et de me retrouver dans sept jours, au même endroit, et à la même heure!
 
Or, ayant dit ces mots, l’ombre de saint Germain disparut: un éclair jaillit, et le roi saint Louis cessa de pouvoir le voir; à la place, la fontaine coulait tranquillement, faisant entendre ses doux murmures. Un instant, le roi crut saisir que des mots étaient prononcés par la fontaine - et, dans l’eau, il pensa distinguer des formes féminines. Mais cette image fut anéantie dès qu’il eut fixé son regard dans l’espoir de les voir d’une façon plus nette. De même, les sons redevinrent ordinaires, dès qu’il eut tendu l’oreille pour les comprendre.
 
Il soupira, monta sur son cheval, bien décidé à revenir la semaine suivante à la même heure avec ses chevaliers, comme le lui avait demandé cet immortel!
 
Et c’est ce qu’il fit. 
 
@limbourg (f) 0012@ (1).jpgDurant les jours qui suivirent, il effectua ses préparatifs, s’efforçant de choisir les meilleurs chevaliers, pour venir avec lui sur la route du pays mystérieux des anges de la Terre. Dans son palais de la Cité, il se rendit à la Chambre Verte - aux murs tendus de soie. Il y méditait, plongeant dans ses pensées profondes, attendant l’image de la Vérité en lui. Elle était bordée d’un oratoire, où il priait. Puis, il était baigné par une émeraude de lumière, à la façon d’un flot; elle semblait être sortie des murs. Soudain, sous ses yeux, apparaissaient des figures tracées de fils d’or, et pour lui elles avaient un sens.
 
Or, à cette fois, il reconnut six visages, auxquels il put sans effort donner un nom: c’était ses frères Charles d’Anjou, Alphonse de Poitiers et Robert d’Artois, ainsi que trois moult vaillants hommes - Thibaut de Bar, Imbert de Beaujeu et Simon de Nesle. Parmi ces six, trois étaient graves, avisés et pensifs, et trois étaient vaillants, gais et hardis. Lui ferait le septième, devant être le point d’équilibre entre ces volontés, le point harmonie entre ces cœurs.
 
Il les fit mander et, dans la même Chambre Verte, il leur annonça ce qui les attendait, en leur faisant promettre de garder le secret: ils devaient seulement dire à leurs proches qu’ils l’accompagnaient à la chasse, en ordonnant qu’on ne comptât pas sur eux avant un certain temps; et ils devaient ajouter en manière de plaisanterie que si leur âme le leur inspirait, ils passeraient la mer et assailliraient les infidèles!
 
Car il fallait que nul ne sût exactement où ils se trouvaient, et qu’on ne les cherchât point.
 
saint-louis.jpgAinsi firent-ils: car ils étaient moult obéissants à leur seigneur, et aussi, leur cœur résonnait des paroles sacrées de l’être étrange que leur prince leur avait rapportées.
 
Or, Louis laissa la régence de son royaume à sa mère Blanche, et ils s’en furent, après s’être armés.
 
Ils partirent au matin, avant l’aube. Suivant la Seine, ils virent les premiers rayons du soleil se refléter sur ses flots d’argent - puis tournèrent à gauche, à Bercy. Ils se rendirent à Reuilly, puis passèrent par Saint-Mandé, avant de s’enfoncer dans la forêt.
 
Ils se reposèrent une heure au manoir de Vincennes, et repartirent. Bientôt parvinrent-ils à la fontaine étrange; et il était à peu près l’heure indiquée: ils arrivaient même quelque peu en avance. Or, lorsque le soleil eut atteint le tiers de son cours, ils virent l’être brillant qui ressemblait à saint Germain: ceux auxquels, parmi les compagnons de saint Louis, il demeurait un doute, qui avaient hésité à croire son fabuleux récit, furent profondément surpris; ceux qui y avaient cru le furent également: il n’était pas aussi beau, divin, qu’ils se l’étaient imaginés, mais de son regard s’exhalait une douceur infinie, qu’ils n’avaient pas prévue, et tous ses gestes avaient une grâce également inouïe. Les six hommes furent charmés au-delà de ce qu’on pourrait dire. Il leur semblait que chacun de ses mots fût un chant, que chacun de ses pas fût une danse, que chacun de ses clignements d’œil dévoilât un nouvel astre! Et lorsqu’il souriait, des anges apparaissaient à ses côtés.
 
Nous dirons néanmoins une autre fois ce qui s’ensuivit, et ce que les chevaliers découvrirent de l’autre côté de l’eau pure, qu’ils traversèrent.

Commentaires

Superbe : l'écriture prend tout son sens et redonne une autre face à l'histoire. J'aime ces suites qui pourraient devenir un GRAND livre.

Écrit par : Jean-Paul Gavard-Perret | 25/06/2013

Merci infiniment! Quel beau compliment, venant de surcroît d'un grand connaisseur de l'Art! Non seulement flatteur, mais très encourageant. Je vais incessamment rendre publiable l'épisode suivant.

Écrit par : Rémi Mogenet | 25/06/2013

Les commentaires sont fermés.