31/05/2013

Momulk et l’Elfe Jaune

Solcum 14.jpgDans le dernier épisode de cette série, j’ai laissé Momulk au moment où, à Vouan, il s’est retrouvé, alors que le soleil venait de se coucher et la lune de se lever, face à un être étrange aux yeux lumineux, dont le feu le perçait. Mais bientôt, la puissance de ce regard s’atténua, et il put distinguer la forme de l’être qui le scrutait ainsi.
 
Or, il était entièrement revêtu d’un vêtement jaune, qui était d'un tissu bien étrange, car il épousait la moindre courbe de ses muscles, et scintillait, comme s'il fût fait d'un métal inconnu à la Terre, à la fois léger et solide: il s'agissait autant d'une armure. Cependant, à ses mains et à ses pieds étaient des gants et des bottes rouges, qui semblaient être faits de bandes de métal, et qui luisaient davantage encore. Quant à son visage, il portait un masque violet, qui lui recouvrait aussi le crâne; mais, de nouveau, il épousait parfaitement ses traits, comme s’il était en symbiose avec sa chair, et, quand il ouvrait la bouche, on voyait ses dents blanches et sa langue rose, et il ne ressentait aucune gêne lorsqu’il voulait s’exprimer - comme Momulk allait bientôt s’en apercevoir! Plus étrange encore, à la place des yeux, des joyaux éclatants empêchaient de distinguer la moindre pupille; ils étaient de véritables rubis, qu’un feu mystérieux animait: de fins éclairs dorés les zébraient.
 
Sur sa poitrine était représenté un phénix stylisé, avec deux ailes vermeilles, et un topaze dans l'armure, entouré d'un collier d'or; on eût dit qu'il avait sa vie propre, qu'il disposait d'une présence occulte: un rythme était dans son éclat.
 
L’arrière et le dessus de sa tête étaient dénués de la moindre chevelure, mais une crête métallique et luisante surmontée d’un panache jaune à la forme changeante - comme s’il était fait d’une flamme toujours vive - se dressait et remplissait l’air d’un mystérieux chatoiement - y faisait comme un nimbe. Elfe.jpgParfois, d’une manière curieuse et effrayante, des traits luisants s’en détachaient, s’élançant vers le ciel; lorsqu’ils arrivaient à hauteur des nuages, un éclair jaillissait, et, dans sa lumière, une forme énorme se dessinait. Cet être merveilleux, faisant face à Momulk, était-il, par ses pensées, en lien constant avec des entités divines? On pouvait bien le croire!
 
Il était majestueux; et, derrière lui, une cape de soie rouge s’étendait, mais sans toucher le sol, comme si elle fût animée d’un mouvement propre, et douée de sensibilité: même quand aucun vent ne se faisait sentir, elle bougeait, semblant légèrement danser selon les ondes invisibles qui traversaient l’air. On la sentait prête à bondir, et à étouffer tout ennemi qui se fût présenté; et, plus encore, elle brillait, comme si elle eût elle aussi de lumière, et à peine cristallisée par l’art de quelques tisseuses enchantées. Jamais l’être qui la portait n’eût pu être gêné par elle lorsqu’il se mouvait, car elle s’accordait parfaitement avec lui, et était son alliée dans ses combats!
 
Les rayons de la Lune, en se reflétant sur lui, multipliaient leurs feux.
 
Or, pour la première fois sous sa propre apparence abjecte, Momulk s’entendit prononcer des paroles audibles! L’être étrange avait éveillé en lui la raison, sans pour autant ramener le calme du cœur qui à coup sûr lui eût rendu son humanité; car il dit: Q… q… qui… es-t… t… tu? 
 
L’être lumineux ressemblait, dans son souvenir, à Captain Savoy, le héros qui l’avait vaincu, mais il pouvait voir que ce n’était pas lui. Il l’entendit alors lui répondre d‘une voix forte et tonnante: Ah! monstre, ainsi donc, tu peux parler? Le démon qui est en toi n’a donc pas anéanti toute forme d’humanité? Eh bien, je vais te dire ce que tu veux savoir, puisque tu as fait cet effort de ramener en toi la lumière de l’intelligence, jadis éteinte par l’esprit obscur qui t’habite. On m’appelle l’Elfe Jaune, et je suis l’ami et le disciple de Captain Savoy, que tu connais, et qui m’a chargé à ton endroit d'une mission: te dompter166079_570351066337909_16657313_n.jpg et éveiller ta raison, afin que, même sous cette apparence de créature des ténèbres, tu sois en mesure de distinguer le bien du mal et d’agir en toute liberté, vainquant le mal qui est en toi et t’empêche de suivre le bien que ta pensée conçoit.
 
Captain Savoy n’a pas pu venir lui-même; il est pris par d’autres tâches - notamment celle d’une bataille contre la pieuvre immense qui s’est arrachée aux profondeurs du lac d’Annecy et s’emploie à présent à  envahir ses rivages! Comme j’eusse aimé l’aider! Car il aura fort à faire, dans ce conflit affreux: il peut même y laisser la vie. Ce monstre, doué d’une intelligence maligne, est né de l’abîme; dans ce monde, il n’a fait que se créer une enveloppe! Si donc Lacner succombe dans ce grand combat, je ne me pardonnerai jamais de n’avoir pas été à ses côtés - car il est mon père, mon mentor, mon maître et mon guide! Mais il m’a spécifié que cette mission vis-à-vis de toi était de la plus haute importance, et que l’avenir de tout un pays, voire de toute l’humanité, pouvait en dépendre. Alors j’espère que tu te montreras digne de ce don que je te fais, en ne me posant pas trop de problème! Tiens-toi comme il faut, face à moi, car Captain Savoy m’a dit comment il t’avait vaincu, il sait à présent ton point faible, et je le connais aussi: tu ne me résisteras pas longtemps, si tu décides de t’opposer à moi.
 
Et, ayant dit ces mots, il fixa son regard sur Momulk. Celui-ci, d’abord surpris de son autorité, fut bientôt irrité par son arrogance. Et ses yeux jetèrent des flammes, et il se dressa de toute sa hauteur. Il saisit un petit hêtre qui se dressait à sa gauche, et l’arracha sans effort du sol, qui en trembla; celui qui se faisait appeler l’Elfe Jaune ne fut pas trop étonné de cette réaction: il se tenait prêt. Momulk bondit et voulut asséner un coup monumental à son nouvel adversaire. Ce qu’il en advint sera dit une fois prochaine, si cela est possible.

Les commentaires sont fermés.