08/12/2012

Captain Savoy et le roi des Elfes

d7b81920608248bab94a4d60583f6fd5-CCP_IMG_600x400.jpgDans le dernier épisode de cette série consacrée à Captain Savoy, nous nous en souvenons, nous avons laissé le héros alors qu’il arrivait devant le roi de la terre de Féerie, le père d’Adalïn, la princesse fée qui l’avait guidé en ces lieux pour une raison inconnue. Or, lorsque Captain Savoy fut devant le roi, et qu’il se fut agenouillé devant lui, baissant le front devant sa majesté, ne pouvant soutenir son regard de feu - son œil éclatant, semblant refléter la force, la gloire et la splendeur des dieux mêmes -, il l’entendit, d’une voix puissante, mais douce, lui ordonner de se relever. Il le fit, et osa regarder le noble prince en face: et son visage rayonnait de clarté, comme s’il fût un lumineux phare; mais de l’amour, de la compassion, de la bienveillance aussi s’en dégageaient, et des couleurs dans son œil se mouvaient qui en voilaient l’éclat, à la façon d’auvents soyeux. On eût dit que des paillettes s’y déplaçaient constamment, qui semblaient vivantes, comme si des anges les eussent maniées. Et une joie secrète paraissait y palpiter, y vibrer!
 
Or, en souriant légèrement, ce roi - qui, en vérité, se nommait Ordolün -, s’adressa à Captain Savoy, et oyez ceci, il lui dit: Ô mortel! Tu as l’air d’un noble guerrier. Ma fille t’a amené ici. Nous t’attendions. Car elle l’a fait à ma demande, sur mon initiative. Il est vrai que depuis longtemps elle t’épie et t’admire; elle aime assister à tes exploits, et pense, sans que je sache si elle a raison, que, quoique ton corps demeure celui d’un mortel, tu as les qualités d’un dieu.
 
Elle a participé, sache-le, au choix qui sera fait aujourd’hui. Mais elle n’est pas la seule: nous te savons béni et protégé des êtres célestes les plus élevés, lesquels t’envoient des anges, pour t’armer, dc293e53.jpgt’entraîner, te secourir! Nous le savons, parce un ange est venu nous le révéler de leur part, et nous demander de t’aider à combattre, à le faire directement, à nous mêler aux affaires de la Terre, afin de te seconder en toute occasion.
 
Car tu sais que les anges t’ont laissé seul, au combat, même s’ils t’ont toujours montré le chemin, même s’ils t’ont éclairé de l’intérieur: et devant toi alors un sentier de lumière s’est tracé, que tu as pu suivre! Mais pour nous autres, nous pouvons nous matérialiser sur Terre et affronter directement les monstres qui t’assaillent, s’ils sont trop nombreux, et si tu faiblis devant eux, si le sentier qui a été tracé devant toi ne suffit pas.

J’ai demandé à ma fille d’aller te chercher dans ta demeure afin de te le dire, et de donner ceci: regarde.
 
Et il lui tendit un objet étrange: il ressemblait à un petit sifflet d’argent; il étincelait, et les couleurs de l’arc-en-ciel semblaient se refléter sur lui; de fins diamants l’ornaient, semblables à des astres. Alors le roi Ordolün reprit: Ô permets-moi de t’appeler Lacner - car tel est ton vrai nom, au-delà du titre que tu t’es donné de Captain Savoy et du nom que tu reçus jadis de tes parents. Oui, Lacner est le nom que tu six06c6.jpgreçus des cieux, et il m’a été communiqué! Alors, en te nommant ainsi, je t’apprends en même temps ton véritable nom, par lequel ton âme peut être saisie: car il s’agit de ton nom éternel, celui qui te créa, et que prononça ton ange à l’orée des temps.
 
Et maintenant, Lacner, sens vibrer en toi les profondeurs du monde, lorsque je t’appelle de ce véritable nom qui est le tien. Mais prends aussi cet objet que je te tends. Sens comme il est léger, doux au toucher, lisse, fin.
 
Et Captain Savoy put le constater en effet.
 
Or sache, reprit le roi Ordolün, sache que si tu portes à la bouche cette sorte de sifflet et souffles dedans, oui, nous l’entendrons dans la salle du trône, dans cette salle même où tu te tiens en ce moment. Nous l’entendrons, et nous accourrons, car ce sera pour nous comme un appel! Ce sera Thor 151-10.jpgpour nous comme une prière à laquelle nous ne pourrons pas ne pas accéder. Et nous viendrons à ta rescousse, lorsque tu seras submergé par le nombre, et que dans ce nombre seront des monstres sortis des profondeurs, des démons de l’abîme, des habitants de l’Orcus!

Car tu ne devras pas te servir de ce sifflet pour de simples mortels qui par des moyens secrets seront parvenus à acquérir un pouvoir défiant le tien: même s’ils ont sous eux des démons qui leur donnent ce pouvoir, ce n’est pas contre les mortels que nous pourrons agir, car nous n’en avons pas reçu la permission. Nous avons été requis de t’aider contre les monstres sortis des profondeurs et les démons de l’abîme, les habitants de l’Orc, et seulement eux. Car ils sont de notre race, mais appartiennent à une branche déchue d’icelle, et notre devoir, notre tâche, notre fardeau est de les combattre: par notre incurie sont-ils passés du mauvais côté, sans doute; nous devons à présent nous sacrifier pour les repousser dans les ténèbres de l’abîme!
 
Or, le roi Ordolün dit encore quelques autres petites choses; mais la place pour aujourd’hui manque, et il faudra attendre un prochain épisode de cette série pour savoir quelles elles furent.

Les commentaires sont fermés.