15/08/2012

Citoyenneté céleste à Sienne

toscana-siena-palazzo.jpgJe suis allé récemment en Toscane pour voir la mer et m'y baigner, et j'en ai profité pour revoir quelques merveilles de la Culture, en particulier Sienne. C'est une cité connue, et les œuvres d'art sublimes qu'on peut y trouver sont répertoriées partout. Mais en voyant que la sainte Vierge y était vénérée d'une façon toute particulière, et qu'être son fidèle adepte était dans le même temps la marque qu'on était un fidèle citoyen de Sienne, j'ai songé au Cambodge, au sein duquel le parti au pouvoir, dit du Peuple Cambodgien, arbore sur ses affiches un logo représentant Bouddha Sâkya-Muni laissant tomber sur les hommes une manne céleste ressemblant à la fois à des étoiles et à des fleurs de riz. Être khmer et sujet du Roi, c'est être dévot vis-à-vis de Bouddha, et attendre de lui les richesses, tant extérieures qu'intérieures.

Il m'a paru qu'à Sienne on était dans le même cas: la sainte Vierge était réputée donner des biens à la fois temporels et spirituels, aider à la fois dans cette vie et dans l'autre. Or, comme Bouddha Sâkya-Muni, il s'agit d'une mortelle portée au rang suprême par des vertus, mise au rang des Dieux par sa sainteté. Comme lui, elle fut couronnéelascension-de-la-vierge_sano-di-pietro13.jpg aux cieux et nommée reine des anges!

Qu'à Sienne on doive être fils par l'esprit de la Vierge Marie, si on veut être enfant légitime de la Cité, explique que ses peintres soient renommés dans toute l'Italie: leurs tableaux de la Vierge Marie sont si beaux qu'ils ont servi de modèles à tous les autres!

Dans le Palais Public, siège du pouvoir temporel, trône naturellement la sainte Mère de Dieu, belle comme une reine des Fées, tenant son fils entre ses bras parmi les Saints et les Anges: une image immense est sur un mur, représentant cela. Ailleurs dans le même palais, on trouve les Saints importants pour la Cité, d'autres Anges, mais aussi des Dieux païens, des grands hommes de la république de Rome, et l'histoire de l'Unité italienne. Tout est mêlé: le physiques et le spirituel, la religion et le pouvoir civil, la Rome antique et l'Italie moderne! Et pourtant, la cohérence demeure.

Lorsque les Sages de la cité légifèrent, pour ainsi dire, l'œil brillant de la Vierge Marie éclaire les cœurs et les consciences. Elle leur inspire les plus sages lois. La Grèce antique, en vérité, avait la même conception: est véritable citoyen l'homme qui a un lien intérieur avec les Dieux. Le véritable Olympe éclaire son esprit, lui fait distinguer le juste de l'injuste, et les lois en découlent.

On admire Sienne également pour sa pureté architecturale: elle est telle qu'un joyau déposé sur une colline par le Ciel, un reflet de la cité divine! Des choses en apparence contradictoires y trouvent un ordre miraculeux dans un style noble et digne, et il s'en dégage une impression incroyable, comme si chaque détour de rue menait à un mystère; on se croit dans un rêve!

La Cathédrale même est éblouissante. Les Sages de l'Antiquité païenne y sont, là encore, vénérés à côté des Saints chrétiens, comme si lasienne_image23.jpg parfaite synthèse des siècles y était réalisée, et la bibliothèque du pape siennois Alexandre III, sur le côté, contient des tableaux représentant le monde élémentaire de la plus poignante manière. Faunes, Nymphes, monstres étranges flottent dans des fonds étoilés, bleus ou rouges. Le monde éthérique est directement représenté! C'est le royaume de Féerie. Cette pièce apparaît comme une excroissance du monde divin - dépôt de celui-ci sur Terre - antichambre du pays des Anges!

L'histoire de Sienne s'y trouve représentée: ses personnages augustes ont la dignité des êtres du monde divin, quoiqu'ils soient mortels: ils sont pareils aux Elfes de Tolkien! Une forme de perfection est en ce lieu atteinte, qui unit les pôles du monde. Et voilà pourquoi Sienne résiste aux siècles: elle a capté une force qui lie toutes les choses de l'univers. Il faut le voir pour le croire. Mais la Renaissance italienne y atteignit réellement une sorte d'apogée. Le monde spirituel était tout proche: à peine un voile en séparait les mortels!

Car la Cathédrale avait été bâtie sur un terrain gracieusement prêté par les Fées. Les initiés du temps savaient comment passer dans leur monde, qui se trouvait juste derrière; ils en connaissaient la porte! Or, depuis cet espace enchanté, on pouvait voir directement les Anges. Les peintres n'avaient plus qu'à les peindre. On pouvait déceler jusqu'au visage de la sainte Vierge. Au-delà, le regard se perdait dans la lumière; on était ébloui.

Il y eut aussi, sans doute, la tentation de renoncer à voir au-delà, et de se contenter de cette vision céleste devenue ordinaire: le temps s'est figé. Mais qui ne voudrait pas demeurer dans une telle gloire? Elle serait déjà, pour nombre d'hommes, une telle bénédiction!

09:09 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Si j'ai bien compris tout, de cette Ville, La Vierge l'a faite Sienne!

Écrit par : Baptiste Kapp | 19/08/2012

Oui. Ou c'est elle qui s'est faite Vierge.

Écrit par : Rémi Mogenet | 19/08/2012

Les commentaires sont fermés.