18/06/2011

Captain Savoy et les célestes providences

Sept sages.jpgJ'ai dit, lors du dernier épisode de cette série de Captain Savoy, que ce divin héros, les Sept Sages étaient sûrs, étaient certains qu'il interviendrait au moment opportun, au sein de l'Épreuve, si sa présence était espérée, si on l'en priait, si on frappait pour ainsi dire à la porte de la montagne qui lui servait de base secrète, de château d'intervention et d'action, de forteresse. Mais comment pouvaient-ils en être aussi sûrs, comment pouvaient-ils en être aussi certains?

Sachez qu'il en était ainsi parce que ces nobles Sept Experts avaient expérimenté ce prodige, déjà. Il faut savoir que je n'ai pas raconté toutes les aventures de Captain Savoy: nombre de ses interventions, semblables à celle que j'ai évoquée, ont eu lieu: il a combattu bien des monstres, bien des démons, bien des guerriers passés du côté du mal, bien des sorciers ayant puisé des forces proscrites dans les profondeurs du monde élémentaire - et les ayant, du reste, confiées à ces guerriers passés du côté du mal dont je parlais. Mais à quoi bon Achille.jpgtout rapporter? Constamment, Captain Savoy abattit ses ennemis, parfois avec difficulté, mais alors, il faisait appel aux forces célestes, et des anges venaient l'aider, soit - comme les dieux chez Homère - en dirigeant ses coups aux bons endroits, portant sa lance et les éclairs qui en jaillissaient au cœur d'ennemis protégés pourtant par des armures réputées impossibles à briser, mais qui avaient en réalité toujours un défaut caché; soit - comme Jupiter le fit, ou les anges de la Bible - en intervenant directement, et en foudroyant les monstres les plus effroyables, les plus puissants, les plus dotés de pouvoirs magiques tirés des profondeurs, lorsque de toutes ses forces Captain Savoy les en priait: on a vu alors des éclairs jaillir non plus de sa lance directement, mais être simplement repris par la pointe d'or de cette lance, sur laquelle ils ne faisaient que s'appuyer, sur laquelle ils se contentaient de rebondir, étant venus ultimement du Ciel - des astres où demeurent les anges, les Immortels divins. Une autre fois, des anges de la Terre, vêtus d'armures brillantes, ont accouru en masse à sa demande, quand les guerriers mauvais, sortis d'une des bouches de l'enfer - une faille dans une montagne voisine -, des démons revêtus de cottes de maille, de heaumes et de cuirasses, et munis d'épées, de lances, de haches, de masses d'armes, sont apparus à la façon d'une marée noire aux portes de la Cité, couvrant toute la plaine alentour de ténèbres, comme si le lac avait débordé et répandu ses boues des profondeurs, ses boues infectes, immondes, pleines de monstres impossibles à nommer, leur forme échappant à toute hydre-de-lerne.jpgconception ordinaire - étant semblables à d'énormes pieuvres aux tentacules sinistres, aux yeux cruels et démultipliés dans une chair molle, sombre, visqueuse. Et le fait est que de tels monstres avaient justement surgi, invoqués par les sorciers qui accompagnaient et même menaient l'armée des guerriers ténébreux, afin de les soutenir dans leur combat et d'envahir par eux la Terre entière. Et la marée constituée par les guerriers infernaux se mêlait à celle que soulevaient ces créatures atroces.

Alors, se sentant faible et submergé, isolé, et même désemparé, face à cette marée dédoublée de démons et de monstres, Captain Savoy avait appelé ses amis du royaume de Féerie, dont une porte existait en amont du lac, près des montages bleues qui se perdent dans les lointains et luisent au-delà du cristal de l'eau claire. Ce qu'il en advint, nous le dirons la fois prochaine, si nous le pouvons.

Commentaires

Ouahh, à peine tombée du lit et déjà trois bonnes nouvelles : La pluie incessante, la grisaille (j’adooore) et le retour du Capitaine Savoy !!!! Je sens que ça va être un chouette samedi : )

« Comme si le lac avait débordé et répandu ses boues des profondeurs, ses boues pleines de monstres impossibles à nommer, leur forme échappant à toute conception ordinaire »

Ce passage me fait penser aux formes mystérieuses qu’Elric le Nécromancien devait affronter dans les marais, il avait lu dans un grimoire, qu’il s’agissait de « Géants des Brumes » toujours tapis dans les marécages, sorte de vampires qui se nourrissaient d'âmes, entre autres…

A différence du noble Capitaine Savoy, Elric utilise la magie et combat donc le mal par le mal, parfois pendant la bataille il prononce de noms, fait des invocations qui ne représentent rien pour la partie consciente de son esprit…néanmoins, Stormbringer se révèle d’une efficacité redoutable…

Mon âme est déchirée comme celle d'Elric, je suis tantôt attirée par le combat direct du feu par le feu ou par l’appel de la porte aux fées…qui est aussi un moyen valable et surtout plus noble pour gagner une bataille…quoi qu’il en soit, comme disait un vieux spécialiste de la question :

« Un combat spirituel se déroule dans ce monde et nous y participons tous à chaque instant de notre vie »

Meilleures salutations Rémi

Écrit par : Barbie Forever | 18/06/2011

Merci, Barbie! Je me demandais si les aventures de Capt. Savoy passionnaient encore au moins un lecteur. Il y a bien sûr des épisodes prévus, mais il ne faut pas les publier ou même les écrire trop vite, rassembler les informations, à son égard, demande beaucoup d'efforts, il faut aller les chercher, parfois, dans des lieux difficiles d'accès.

La saga d'Elric, je l'ai beaucoup aimée, j'aimais beaucoup son caractère imaginatif. Sur le plan moral, j'avais évidemment des idées moins cyniques que Michael Moorcock. Dans "Elric", les destins semblent bien cruels... Mais je ne pense pas que les moyens puissent être les mêmes, entre le bien et le mal. Ce qui compte, n'est-ce pas, ce n'est pas d'être dans le camp qu'on appelle "le bien", mais réellement ce qu'on fait... On ne peut pas dire que nourrir une épée buveuse de vie, habitée par un esprit vampire, soit une bonne action, même si on l'utilise contre les méchants! Mais bien sûr, Moorcok en jouait. C'était amusant, et dramatique. Romantique, aussi. C'était un héros maudit comme ceux de Byron.

Pour les monstres, je crois qu'il puisait à la même source que moi: celle de Lovecraft et peut-être aussi de Robert E. Howard, le créateur de "Conan". Je ne pense pas qu'on ait fait de plus beaux monstres que Lovecraft, dans la littérature occidentale moderne! D'autres que Moorcock ont repris les mots mêmes du maître dit de Providence et m'ont marqué, par exemple l'auteur de bande dessinée Richard Corben, qui a créé "Den", et des mondes au sein desquels il a réellement pu donner à voir des monstres hideux dans la veine de ceux de Lovecraft et Howard. Il avait adapté superbement une histoire de Howard sous le titre "Bloodstar". Si vous avez l'occasion de le lire!

Merci encore, et à bientôt, ô Barbie!

Écrit par : Rémi | 18/06/2011

Les commentaires sont fermés.