03/08/2010

Le dieu de l’unité amoureuse

La flûte enchantée.jpgDans La Flûte enchantée - l'opéra de Mozart -, on s'en souvient, les personnages s'exclament, à propos de l'amour:
Ihr hoher Zweck zeigt deutlich an,
Nichts Edlers sei, als Weib und Mann,
Mann und Weib, une Weib und Mann,
Reichen an die Gottheit an.
(Sa fin suprême est clairement proclamée:
Rien n'est noble comme être mari et femme,
Femme et mari, mari et femme
Touchent à la divinité.)

L'union de la femme et de l'homme par l'amour créent un troisième être, divin, et auquel est subordonné le précédent. Comme si l'antique séparation dont parle Platon était résorbée par l'amour vrai, comme si, enfin, chacun trouvait sa propre surhumanité Sitasamvara.jpgdans l'aspiration comblée à ce qui lui manque, la féminité pour l'homme, la virilité pour la femme.

Marivaux disait aussi que les Dieux voulaient améliorer la société en accordant au principe féminin une véritable légitimité, en son sein.

On se souvient de Balzac et de l'idée selon laquelle le double mystique de l'homme a l'apparence d'une femme, le double mystique de la femme, l'apparence d'un homme. Le bon ange est toujours du sexe opposé.

Éliphas Lévi a développé l'idée de l'âme-sœur qui donnait un seul ange gardien à deux personnes s'assemblant parfaitement, s'imbriquant idéalement...

J'ai, ici même, évoqué le mythe fondateur de Persée et Andromède, qui avaient été changés en astres et s'aimaient éternellement au Ciel. Persée lui-même était né d'un dieu, mais Andromède a bénéficié de son union avec lui. Persee_et_andromede.jpgSaint Paul pareillement dit que le conjoint chrétien sanctifie le conjoint qui ne l'est pas, et donc interdit au chrétien de quitter son conjoint sous prétexte qu'il ne serait pas chrétien lui-même. Il admet seulement que si le conjoint païen part, il ne faut pas le retenir: c'est qu'il refuse la sanctification. Andromède ne fit pas cela, évidemment.

Cela revient à dire que l'union intime n'est pas à attendre de l'autre: c'est un acte que chacun doit faire, en espérant une réponse, une réaction qui aille dans le sens dont il montre l'exemple; mais il ne peut pas être sûr que cela adviendra. Son action pleine d'amour et de don de soi peut aussi provoquer l'autre au mépris, et au délaissement, si son esprit était tourné du côté du mal. On en court le risque.

David Lynch représente merveilleusement ces unions intimes, dans ses films. On se souvient de la belle chanson de Blue Velvet:
twin_peaks.jpgSometimes a wind blows
and you and I
float
in love
and kiss
forever
in a darkness
and the mysteries of love
come clear
and dance
in light
in you
in me
and show
that we
are Love

profiled_samvara.jpgDans un épisode de Twin Peaks, un personnage fait explicitement allusion à la tradition hindouiste qui fait de l'amour entre l'homme et la femme le secret de l'accès au monde divin: l'homme trouvant sa parèdre devient semblable aux Immortels - par la voie de Samvara!

Toutefois, François de Sales rappelle qu'un jour ou l'autre, il faut quitter jusqu'à sa femme. Et Jésus dit que dans le monde à venir, il n'y aura plus ni mari ni femme, mais seulement des être humains devenus anges. Persée et Andromède, devenus des dieux, sont au-delà de l'union charnelle. Le mariage n'est qu'une voie: il n'est pas la fin dernière de l'humanité. Teilhard de Chardin s'est exprimé dans ce sens: au-delà de l'union des sexes, il y a l'union avec l'humanité en général, et même avec tout l'univers! Au bout, à ses yeux, se trouve le Christ; les anges sont sur le chemin.

Entre l'homme et la femme qui s'aiment d'un amour idéal, dans le vide apparent qui sépare leurs corps, est l'être doré qui les unit, vivant dans la nappe d'air et de lumière qui se meut entre eux.

Commentaires

je me nourris de votre billet, M. Mogenet et la conclusion: François de Sales, Jésus, Teilhard de Chardin est ce que j'aimerais dire! Dans le vide apparent qui sépare les corps, l'être adoré qui les unit, vivant... avec la nature, l'univers jusqu'à l'Omega.
Comment concilier cette vérité "ressentie" face au scadal de la souffrance?

Écrit par : cmj | 03/08/2010

D'un point de vue mystique, chère Claire-Marie, la souffrance est liée à la séparation d'avec Dieu, atténuée par l'amour terrestre, mais non résolue par elle. Merci de votre message!

Écrit par : R.M | 03/08/2010

Bonjour, je suis heureux de lire tout le contenu de ce blog et je suis très excité et heureux de dire que le webmaster a fait un très bon travail ici pour mettre tout le contenu de l'information et l'information en un seul lieu. Merci!


Regards,
Data Recovery Software
http://www.datadoctor.biz

Écrit par : Data Recovery Software | 03/08/2010

Chez vous, l'élan spirituel touche à la poésie et peut émouvoir même le pire des mécréants. Merci.

Écrit par : l'Acratopège | 03/08/2010

@ Acratopège : La preuve! Cela touche même moi ! Imaginez s’il est doué notre voisin de blog! ;)

Écrit par : Barbie Forever | 04/08/2010

Le bouddhisme souhaite arriver à la libération de la souffrance et de la dépendance aux attachements, par la connaissance des influences extérieures et des sentiments que ces dernières génèrent, dans une voie qualifiée de "troisième voie". Troisième parce que se situant entre deux extrêmes, dont l’une est constituée par la soumission aux sentiments dictés par la matière, et l’autre par le désert affectif qui résulterait de l’élimination volontaire du sens physique : cette voie est appelée "l’octuple noble sentier".

Écrit par : Rabbit | 04/08/2010

Merci de vos commentaires, et de vos compliments. Je pense que si on n'éprouve pas de sentiment de beauté, vis à vis de la vie de l'esprit, il est plutôt vain d'en parler. Du reste, même pour la vie de la matière, je penche pour cette opinion, bien que l'étude de la matière donne aussi lieu à l'invention et à l'élaboration de machines qui peuvent s'avérer utiles.

Merci aussi pour cet exposé sur le bouddhisme. La connaissance en soi peut être imprégnée de poésie et combler en partie le désert affectif lié au désir du détachement; elle peut nourrir le sentiment mystique - favoriser ce que d'un point de vue chrétien on appellerait le sentiment mystique, que les chrétiens néanmoins regardent comme seul propre à combler complètement le vide affectif occasionné par la solitude sur le plan physique. Mais le bouddhisme tantrique tel que l'expose Daniel Odier, par exemple, me paraît aller dans le même sens, par l'union intime avec Shiva, qui peut aussi être comme l'union avec Aphrodite que semble rechercher Dale Cooper, dans la photographie que j'ai tirée de "Twin Peaks". Une connaissance objective dénuée de cet appel mystique ramènerait peut-être aux stoïciens: je ne sais pas.

Écrit par : R.M | 04/08/2010

Les commentaires sont fermés.