03/12/2009

Mysticisme chez Jeanne Guyon & David Lynch

Jeanne Guyon.jpgJeanne Guyon déclara avoir eu pour premier maître François de Sales, qui lui apprit, par l’intermédiaire de ses livres, l’oraison intérieure. La vie de Jeanne de Chantal, qu’elle pratiquait aussi, lui donnait, de son côté, des indications pratiques concernant cette forme de prière silencieuse.

Elle affirme que cet exercice lui a été constamment nécessaire et qu’elle a été la base de sa spiritualité active, mais elle dit également que les prêtres dont elle a été proche, non seulement ne pratiquaient pas comme elle ce qu’on appelait alors l’oraison mentale, mais, de surcroît, qu’ils avaient tendance à la critiquer, et que, globalement, celui qui s’adonne à une activité spirituelle purement intérieure et individuelle sera toujours persécuté.

Bossuet.jpgEn ce qui la concerne, cela se vérifia car les prêtres, la trouvant trop indépendante, la firent mettre en prison. On se souvient de quelle façon Bossuet, l’aigle de Meaux, s’en prit violemment à elle, et même au bon Fénelon, qui la défendait. Bossuet, de fait, voulait surtout insérer la foi dans la société; il voulait que le catholicisme cristallisât les liens entre les hommes et recréer une société sur le modèle antique, mais sanctifiée par la religion chrétienne.

L’affirmation de Jeanne Guyon s’oppose apparemment, par conséquent, à celle de David Lynch, qui, dans son livre, dit, lui, que l’adepte de la Méditation Transcendantale à laquelle il s’adonne voit bientôt, de manière étonnante - merveilleuse - le monde s’ordonner autour de lui pour faciliter sa pratique mystique personnelle. On est surpris, dit-il, de voir que quand on cherche un lieu approprié, et qu’on est loin de chez soi, les gens se mettent à en chercher, comme s’ils éprouvaient une sorte de saint respect à l’égard de cette activité intérieure.

David Lynch.jpgPeut-être David Lynch prend-il comme un don du Monde ce qui vient de son prestige de grand cinéaste, car François de Sales partageait le sentiment de Jeanne Guyon: le monde a horreur, disait-il, de ce qui prétend ne pas lui appartenir. Les proches mêmes, selon le saint évêque, ne cessent de se plaindre de la vie que fait mener le besoin de méditer et de prier! C’est à peu près ce que raconte Mme Guyon dans son autobiographie.

Peut-être qu’en Amérique, la vie mystique telle que peut la mener l’individu est officiellement approuvée, et qu’en Europe, elle ne l’est pas, parce qu’elle contrecarre la tendance naturelle de l’humanité à se penser collectivement, tendance à laquelle, de ce côté de l’Atlantique, on tiendrait particulièrement.

Red Room.jpgQuoi qu’il en soit, la démarche consistant à se placer en relation avec le Tout, à s’immerger dans la Vie divine par le moyen de la Volonté et à y connaître une ineffable joie, à s’y retrouver Soi-Même, cela développant ensuite Charité ou Compassion, est assez comparable chez l’un et l’autre. Peut-être que chez la Guyon, c’était plus exalté, plus éclatant, plus grandiose, même, et chez David Lynch, plus raffiné, plus figuré, plus doux, plus chaud. Lynch, pour expliquer la Méditation Transcendantale, crée par exemple l’image d’une pièce dont les murs blancs sont cachés par des rideaux bleus, jaunes et rouges: rien n’est plus sublime, je pense. Jeanne Guyon a plus animé de sa ferveur des symboles déjà existants, sans d’ailleurs s’y attarder beaucoup: avec elle, tout se perdait vite dans l’éblouissement. Il n'y a guère que le symbole du Père qu'elle a conservé jusqu'au bout dans sa conscience. Cela dit, dans une interview, Lynch a dit que lui aussi croyait au Père tout-puissant et miséricordieux: le symbole est incontournable, dans la vie mystique, parce qu'il renvoie à la Puissance que l'esprit vénère.

Commentaires

Bonjour,

Je trouve interessant votre facon de faire le paralelle entre Jeanne Guyon Bouvier de Lamotte mon ancetre et Lynch!
J'aimerais vous inviter a vous exprimer sur la page Fb que j'ai cree pour Jeanne.
Merci et a bientot

Écrit par : Chantal Bouvier de Lamotte | 05/02/2012

Bonjour,

Merci. C'est vrai que Mme Guyon a eu des enfants. Je m'exprimerais volontiers sur cette page Fb, car j'aime beaucoup Jeanne Guyon, j'ai lu d'elle plusieurs livres, en tout quatre, je crois. Je suis moi-même sur Facebook. Merci de votre visite.

Écrit par : Rémi Mogenet | 05/02/2012

Les commentaires sont fermés.