05/07/2009

Raison et visions mystiques

Athena.jpgDans la Tribune de Genève, Jean-Noël Cuénod s’est un jour demandé comment on pouvait concilier raison et foi, comme le conseillait alors Benoît XVI; il se l’est demandé notamment pour les apparitions de Lourdes. Or, la question était rhétorique: pour lui, ces apparitions ne peuvent sans doute pas être rationnellement expliquées.

Si c’était le cas, néanmoins, cela voudrait dire que la raison ne peut aborder que les problèmes matériels, et que le spirituel est forcément hors de sa portée - à moins de l’avoir préalablement ramené à un phénomène physique. Mais n’est-ce pas illogique, puisque la raison, jusqu’à preuve du contraire, est elle-même une faculté de l’esprit? Cela signifie que si la raison cherche à se saisir, cela lui est impossible, à moins de considérer que la raison peut tout à fait éclairer la sphère psychique - aussi bien que la sphère physique. Que la pensée peut appréhender le spirituel de façon claire.

De fait, si la raison est une faculté de l’esprit, il est raisonnable de regarder l’esprit comme la source en soi de la raison. Un phénomène spirituel non lié à la raison, certes, pose l’esprit comme pouvant avoir des ressorts non rationnels; mais en quoi la raison devient proscrite de l’esprit, parce que l’esprit peut n’être pas rationnel, c’est difficile à concevoir. La raison est-elle dans l’impossibilité de comprendre des réactions irrationnelles? Il lui suffit de saisir une logique qui existe au-delà de la conscience du sujet agissant. Or, on ne peut pas présupposer qu’un phénomène spirituel à première vue incompréhensible soit absolument dénué de toute logique: cette logique peut aussi bien exister au-delà d’un stade de compréhension momentané.

On ne peut pas avoir la certitude complète de l’impossibilité, pour la pensée, de saisir la foi. D’ailleurs, la raison elle-même n’a-t-elle pas, depuis au moins l’ancienne Grèce, fait l’objet d’une sorte de foi? On peut tout à fait écrire des poèmes mystiques en son honneur; voyez Paul Valéry, dans son Cantique des colonnes: Filles des nombres d'or / Fortes des lois du ciel / Sur nous tombe et s'endort / Un dieu couleur de miel. (Ce dieu pouvait volontiers s’appeler Athéna.)

Il se peut, à l’inverse, que les apparitions de Lourdes soient compréhensibles par la pensée sans qu’on ait besoin de les ramener à des phénomènes matériels. Il suffit de commencer l’exploration éclairée de l’esprit par la pensée, qui se saisit elle-même; ensuite, pourquoi ne pourrait-elle pas explorer les parties de l’esprit situées au-delà? L’émotion qui fait naître les visions mystiques peut aussi avoir une source au-delà d’elle-même, comme la pensée d’un concept peut avoir sa source dans un mode de fonctionnement du réel qui est lui-même réel, bien qu’il soit un lien entre des éléments matériels, et non une matière en soi.

Les commentaires sont fermés.