23/01/2009

Echanges culturels : Vaud & Savoie

Jmaistre.jpgLe sondage qui a vu exprimer le désir des Suisses romands que les rejoignent, dans la Confédération, les Francs-Comtois et les Savoyards donne certainement l’occasion de créer des sortes de rencontres culturelles. Beaucoup de faits pourraient être retenus, si on voulait. Évoquons ici ceux qui concernent en particulier les Savoyards et les Vaudois.

La mémoire de Pierre II vient immédiatement à l’esprit. J’ai lu chez un historien vaudois qu’il était un seigneur vaudois devenu comte de Savoie ; il ne faut pas exagérer : il était le frère du comte de Savoie, qui à cette époque prenait ses marques dans le Pays de Vaud, contrée riche et ensoleillée, prestigieuse par le souvenir, qui y demeurait, des rois de Bourgogne. Mais l’importance de Pierre II, en Savoie, est grande aussi, non seulement parce qu’il a fait la château de Bonneville, l’ancienne capitale du Faucigny, mais aussi parce qu’il reçut le titre de vicaire perpétuel du Saint-Empire romain germanique, qui lia la Savoie de façon profonde au Saint-Empire, jusqu’à sa suppression en 1806. On dit aussi que Pierre II reçut des moines de Saint-Maurice les symboles de la royauté de Bourgogne ; or, la tradition de la Savoie s’inscrit dans ce souvenir.

Beaucoup plus tard, et par-delà le règne des Amédée, on peut se rappeler que Joseph de Maistre, fuyant la Révolution, vécut quelque temps à Lausanne. Il y fréquenta un peu Mme de Staël, mais à vrai dire, cela ne dura pas, parce qu’il détestait Benjamin Constant. Cela fait, quoi qu’il en soit, une occasion de commémorer un souvenir commun !

Et puis pensons aux écrits de Ramuz sur la Savoie, et aux séjours qu’il y a fait, notamment à Saint-Jeoire, chez le docteur Gay.

Mais souvenons-nous aussi de l’acquisition de Moudon par le comte Thomas de Savoie, et le gouvernement des États de Savoie par saint Amédée de Lausanne, alors qu’Amédée III était parti aux Croisades ! D’autant plus que saint Amédée fut aussi abbé de Hautecombe.

Oui, il y a bien quelques souvenirs communs.

09:21 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.