30/01/2008

Paysans de la Haute-Savoie

On ne sait pas vraiment ce qui a pu traumatiser Lionel Chiuch, journaliste littéraire à “La Tribune de Genève”, au point qu’il s’acharne sur les paysans de la Haute-Savoie, car il a recommencé, dernièrement, à en dire pis que pendre sur le blog de Pierre Assouline, journaliste littéraire au “Monde”. Si les paysans de la Haute-Savoie étaient aussi abjects qu’il le disait, il faudrait que leurs dirigeants syndicaux soient des monstres. Or, je connais bien le président des Jeunes Agriculteurs de Haute-Savoie, puisque c’est un cousin. J’ai lu plusieurs interviews de lui dans la presse, et j’ai souvent conversé avec ses grands frères (plus de mon âge), ainsi qu'avec ses parents, et je n’ai rien remarqué de particulier. Ils se contentent en général de défendre l’agriculture de montagne, qui a ses difficultés propres, face à celle des grandes plaines du centre de la France. Je noterai quand même que les agriculteurs de la Haute-Savoie se plaignent des droits de succession qui augmentent, parce que les prix de l’immobilier eux-mêmes montent. Ils sont attachés à ce que les enfants puissent reprendre la ferme ou habiter près de chez leurs parents : c’est vrai. Ils sont attachés à la terre, comme on dit. Du coup, ils aimeraient qu’on résolve ce problème, mais en général, pas en empêchant les gens de s’installer chez eux : en supprimant les droits de succession. Ils ont donc voté pour Sarkozy. C’est peut-être ce qui déplaît à Lionel Chiuch : je ne sais pas.

07:44 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.